• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Suriname : la mort de Walter Bouterse devient une affaire d’Etat

Eric GERNEZ, à Paramaribo Lundi 19 Juillet 2021 - 19h40
Suriname : la mort de Walter Bouterse devient une affaire d’Etat
Le drame s'est produit le 22 juin à Bazaltstraat dans Paramaribo-Nord - Eric Gernez à Paramaribo

Vol d’armes lourdes, découverte d’une grenade et disparition de pièces à convictions... Ces faits d’actualités pourraient bien finir par se relier entre eux et constituer une véritable affaire d’Etat au Suriname.

 Rappel des faits : le 22 juin dernier, Walter, le petit-fils de l’ex-président Désiré Bouterse était retrouvé mort (lire ici). La police conclu le lendemain à un suicide. Sans lien direct affirmé, la nouvelle de la disparition d’armes était déclarée au domicile du président en retraite.

Ces armes faisaient partie de l’arsenal national et avaient vocation à contribuer à sa sécurité. Le détail de l’inventaire n’était pas précisé.

Le 29 juin, la presse locale, par la voix de Nita Ramcharam, déclarait : « Il y a déjà des informations selon lesquelles des armes ont été revendues à la pègre. Une somme d’argent a été trouvée chez Walter. »
Quels sont les nouveaux développements ?
• La nature des armes
Longtemps sous le couvert du silence, la nature des armes vient d’être révélée par notre confrère Ivan Cairo, du ‘’Ware Tijd’’. On comprend l’embarras des autorités et la volonté de discrétion qui les anime à la lecture de ces lignes : ‘’Ce ne sont pas des pistolets, mais des armes lourdes, que vous n’emportez pas dans un sac en plastique’’, a déclaré le président Chandrikapersad Santokhi au Times. Le Ware Tijd déclare que ses sources parlent de : ‘’lance-roquettes RPG, grenades à main et mitrailleuses, entre autres.’’

• Une grenade dans un jardin
Le dimanche 11 juillet, une grenade à main, heureusement non dégoupillée, est retrouvée dans le jardin d’une maison de Paramaribo. Insolite information, qui devient encore plus intéressante quand on connaît exactement à quel endroit. C’est dans le jardin de la voisine de Danielle Veira, qui est Colonel et qui a été successivement directrice du Service central du renseignement et de la sécurité, puis de la sécurité nationale ; autrement dit, pas n’importe qui. Comment et pourquoi une grenade à cet endroit ? Cela ressemble fort à un acte d’intimidation ou d’avertissement.
Vol de pièces à conviction du dossier Walter Bouterse
Une somme d’argent trouvée au domicile du petit-fils de l’ex-président avait été saisie après la constatation du suicide. Il s’agissait de 16.000 Euros et 40.000 SRD, pièces à conviction dans le dossier judiciaire. Cette découverte avait servi à imaginer un lien possible entre le suicide et la disparition des armes. Surprise le 16 juillet, quand on apprend que le service des enquêtes criminelles de la police a fait l’objet d’un cambriolage et que ces pièces ont disparu. Il n’en fallait pas moins pour épaissir le mystère qui entoure l’affaire et donner des arguments à tous ceux qui imaginent des combinaisons complexes dans ce dossier.
Horrible règlement de compte
En marge de cette actualité, un horrible fait divers a eu lieu dimanche 18 juillet. Tôt le matin, une voiture est signalée en feu au bord d’une route isolée. Les pompiers arrivent vite sur les lieux, mais ils ne peuvent que constater les dégâts. Une Ford Ranger a été complètement calcinée, apparemment de manière criminelle avec des hydrocarbures. C’est après l’incendie que la police va découvrir une scène d’effroi : trois corps calcinés sont à l’intérieur, deux ligotés et un avec des impacts de balles. Les investigations sont en cours et l’on sait déjà qu’il y a eu une course poursuite en pleine nuit entre le véhicule calciné et une autre grosse cylindrée.

Il n’en fallait pas moins pour aviver l’imagination de certains qui trouvent dans ce fait divers une énième ramification de ce qui devient l’affaire Walter Bouterse.
Ambiance juridico-politique chargée
A douze jours du procès des ‘’meurtres de décembre’’ auquel l’ex-président est appelé à comparaître, et avec une convocation le 29 juillet pour s’expliquer sur le vol des armes, l’agenda de Désiré Bouterse est chargé. Sa personnalité et son rôle décisif dans l’histoire contemporaine du Suriname attirent toute l’attention à un moment où le pays cherche à comprendre où il va.

Nous devons également citer la date du 22 juillet, à laquelle la Cour Constitutionnelle va se prononcer sur la validité de la loi d’amnistie.

À suivre sur France-Guyane


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Georges de Cayenne 20.07.2021
L'Etat Sauvage !

Nouvelle version de "L'état sauvage", film de Francis Girod de 1975 (tourné en Guyane), cette fois-ci en version réelle ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
8 commentaires
A la une
4 commentaires
1 commentaire