France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
MIGRANTS

Buzaré déserté, les oubliés sur le pavé

Xavier-Paul Le Pelletier / Photos : Alexandre Clair Lundi 22 Février 2021 - 17h39

Dans un entretien exclusif, les équipes de Médecins du Monde signalent les irrégularités dans le processus d'évacuation du camp de Buzaré qui ont fini par laisser plusieurs personnes sur le carreau.

  • Le camp de Buzaré finalement démantelé © Alexandre Clair

  • © Alexandre Clair

  • © Alexandre Clair

  • © Alexandre Clair

  • © Alexandre Clair

  • © Alexandre Clair

  • © Alexandre Clair

  • © Alexandre Clair

  • © Alexandre Clair

  • © Alexandre Clair

  • © Alexandre Clair

  • La plateforme de la Croix Rouge en charge de l'accueil des demandeurs d'asile semble ne pas avoir encore obtenu de solutions des pouvoirs publics concernant ces personnes qui ont décidé de rester devant toute la nuit. © XPLP

 Il faisait quasiment partie intégrante du paysage cayennais, aujourd'hui le camp de Buzaré n'est plus. Pour les plusieurs centaines de personnes qui y ont vécu de longs mois dans des conditions qui ne respectaient pas la dignité humaine, des solutions d'hébergement d'urgence ont pu être apportées dans la plupart des cas grâce au relais des opérateurs mandatés par les services de l'État. Ce sont la Croix Rouge et le Samu Social qui ont assuré la délicate mission de mettre en place le dispositif, afin de recenser et accompagner les migrants vers leurs nouvelles habitations.

Pour les familles ayant reçu une protection internationale sous un statut de réfugié et relevant désormais du droit commun, c'est le centre Covid mis en place à l'Hôtel du Fleuve de Sinnamary et devenu inusité qui a fait office de solution idéale. Les personnes profilées y ayant déménagé étant supposées être arrivées au bout de leur procédure et n'ayant plus besoin de se rendre dans le chef-lieu que pour des démarches ponctuelles et pour lesquelles le Samu Social devrait offrir une logistique en termes de navettes.

Pour les couples sans enfants, un placement en appartement a pu être organisé autour de l'île de Cayenne tandis qu'une dizaine d'hommes seuls ont, pour leur part, pu trouver un lit dans le site d'une ancienne bibliothèque du campus Saint-Denis. Les autres personnes ont été dispatchées entre les deux sites aménagés à Galmot et Suzini.

Pour autant, près d'une quarantaine de personnes n'auraient toujours pas été prises en charge et plusieurs dizaines sont venues depuis ce matin se poster avec tous leurs bagages et quelques enfants devant la plateforme de la Croix Rouge située avenue d'Estrée à Cayenne. Si, la plupart semblent être des Syriens arrivés du Vénézuela ce mois-ci -donc trop récemment selon les décisions des autorités pour pouvoir être pris en charge- au moins quatre hommes sont toujours en attente de décision concernant leur statut de demandeurs d'asile depuis le dernier trimestre 2020.

La plateforme de la Croix Rouge en charge de l'accueil des demandeurs d'asile semble ne pas avoir encore obtenu de solutions des pouvoirs publics concernant ces personnes qui ont décidé de rester devant toute la nuit. - XPLP


MÉDECINS DU MONDE SIGNALE LE MANQUE DE COORDINATION LOGISTIQUE

L'association Médecins du Monde, qui ne fait pas partie des opérateurs officiels de l'État, a cependant joué un rôle primordial tout au long de la crise migratoire qu'a connu le seul site de la pointe Buzaré en assurant l'accompagnement médical et psychologique des légions de demandeurs d'asile dans le besoin.

" On constate un décalage entre le discours de la Préfecture et ce que l'on a vu sur le terrain. La Préfecture a d'ailleurs reconnu pendant l'audience de jeudi au Tribunal administratif qu'elle avait eu un problème de coordination avec les opérateurs : ce qui s'est ressenti sur la cohérence du recensement effectué sur le camp, explique Sophia Derbak, coordinatrice du programme Urgence de l'association. Il semblerait que cela ait été leur volonté de ne pas communiquer leur venue pour le recensement afin de ne pas risquer de créer un effet d'appel d'air. C'est plutôt le contraire qui s'est produit puisque des personnes qui n'étaient dans leurs tentes à ce moment là se sont donc retrouvées avec des procédures d'éviction, poursuit la travailleuse sociale.

Les soucis ne se sont pas posés que pour le décompte, mais aussi dans les modalités de l'évacuation. Il fallait que les recensés se présentent à la Croix Rouge avec une convocation par SMS. Ça peut sembler pratique, mais pas lorsque vous n'avez pas accès à une prise électrique pendant parfois trois jours, constate Sophia Derbak bien désolée. Il y a même eu ce cas invraisemblable où au moment d'embarquer dans le bus, une dame sans interprète est partie chercher son mari et à qui l'on a finalement refuser le départ pour Sinnamary en lui disant qu'elle venait de refuser les conditions matérielles d'accueil (CMA) pour son foyer. "

Toujours autant mobilisées, les équipes de Médecins du Monde craignent désormais de rompre leur continuité de soins avec leur patientèle la plus fragile. " En réglant l'urgence par de l'urgence, on ne peut pas apporter de solution viable, en attendant certaines personnes malades sont dans la nature. " conclut la responsable de projet.

Cet après-midi, le camp était vide et les baraquements détruits et empilés. Les personnes avenue d'Estrée en famille ont elles indiquées qu'elles n'auraient pas d'autre choix que de dormir sur le trottoir et en appelle à la bienveillance de la population.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

anne.jolly.bonnet@gmail.com 23.02.2021

il faudra bien qu'un jour on arrête d'ouvrir les portes a tous les migrants, la GUYANE a fort a faire avec sa population ,je me demande pourquoi
les migrants ne font pas le ménage après leur passage ,il était possible de
mettre quelques bennes a disposition avant le départ puisqu'ils ont des droits ile ont aussi des devoirs

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
Une

La Kaz ti'tri de Beauséjour nettoyée par les...

JMT - Dimanche 5 Septembre 2021

A la une
1 commentaire
1 commentaire