• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
INTERVIEW

Pass sanitaire : un mois de délai pour « laisser un temps de réflexion aux Guyanais »

Propos recueillis par Pierre ROSSOVICH Mardi 10 Août 2021 - 13h58
Pass sanitaire : un mois de délai pour « laisser un temps de réflexion aux Guyanais »
L’île de Cayenne, Macouria et Kourou sont à nouveau confinés les dimanches. - infog SR

L’île de Cayenne, Macouria et Kourou sont à nouveau confinés les dimanches. Le Pass sanitaire, applicable aux cinémas, théâtres et établissements recevant du public de plus de 50 personnes depuis le 21 juillet, ne sera instauré que dans quatre semaines pour les bars et restaurants. Le préfet Thierry Queffelec répond à nos questions.

Nous sommes déjà dans la quatrième vague ?
C’est exact. Nous y sommes déjà, alors que la troisième vague n’est pas encore terminée. Nous luttons encore contre le variant Gamma, dit brésilien. Aujourd’hui, c’est le variant Delta, dit indien, qui prend possession de la majorité des cas détectés en Guyane.
Vous décidez de reconfiner l’île de Cayenne, Macouria et Kourou du samedi soir à 20h au lundi à 5h, « par anticipation » ?
Nous devons prendre des mesures de protection du territoire. On connaît aujourd’hui – même si certains les contestent – l’intérêt des motifs impérieux, des couvre-feux et des parcours de confinement pour casser l’épidémie. On a proposé à la CIC un couvre-feu le dimanche, qu’on a déjà pratiqué en Guyane. Une telle mesure a statistiquement énormément de bénéfices sur le taux d’incidence. Un dimanche qui n’est pas utilisé à visiter les amis, la famille, ou avoir des activités sociales, joue beaucoup et favorise la non-transmission du virus. Car on sait que le Delta se transmet très vite et est surtout très virulent.
Pensez-vous que les Guyanais sont à même d’entendre ce discours ? Depuis mars 2020, la Guyane n’a jamais été totalement déconfinée, c’est inédit.
On a actuellement l’exemple des Antilles que l’on observe. Nous ne sommes pas dans l’improvisation, mais dans le calcul de maîtrise des événements. Il apparaît évident que si la Guyane ne prend pas des mesures rapides, il y aura des conséquences sur le nombre de cas qui entreront à l’hôpital et qui iront en réanimation. On sait que 22% des personnes touchées par le variant Gamma dit brésilien ont connu un séjour en réanimation. En réanimation, on a deux chances sur trois d’en sortir.

Le variant Delta est réputé être plus virulent. Il s’accroche, va très vite, et envoie très rapidement les gens en réanimation. Nous devons faire en sorte que le corps médical ne soit pas amené à faire des choix avant d’entrer en réanimation. Le but c’est que tous ceux qui en ont besoin puissent être pris en charge.

« La stabilité actuelle du nombre total de contamination n’est qu’un leurre », évoque Clara de Bort, directrice générale de l’ARS. Que nous réserve la prochaine rentrée scolaire ? Le timing n’est-il pas trop serré ?
C’est pour cela qu’il faut casser cette montée exponentielle du taux d’incidence. On sort d’un variant agressif, que nous sommes l’un des seuls départements français à avoir connu. On a des protocoles déjà installés, mais nous travaillons en permanence pour avoir de l’avance sur le virus. Ce couvre-feu du dimanche vise à freiner la hausse du taux d’incidence qui est révélateur d’une crise sanitaire à venir.
La loi élargissant le pass sanitaire s’applique depuis lundi sur le territoire national. Qu’en est-il en Guyane ?
En Guyane, comme dans les autres départements qui dépendent de l’article 72-3 de la constitution, le préfet peut déroger à la mise en place du pass sanitaire, s’il estime cela nécessaire dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Le pass sanitaire est un très bon outil et s’applique actuellement en métropole où la population est vaccinée à plus de 60%. Le problème en Guyane, c’est que 78 % de la population n’est pas protégée par le vaccin. Il y a donc un nombre trop important de personnes qui ne sont pas allées vers la vaccination et sont donc vulnérables au variant Delta.
Le pass sanitaire est donc adapté et sera mis en place dans quatre semaines chez nous ?
Oui, pour laisser les gens réfléchir à la vaccination. Je pense que les meilleurs ambassadeurs sont les vaccinés eux-mêmes, qui ne vont pas chercher à convaincre mais expliquer à leur entourage qu’ils sont vaccinés, que ça va bien et que surtout ils sont protégés. Les vaccinés pourront être atteints du covid mais simplement ils n’en souffriront pas. Et s’ils le transmettent à quelqu’un ce sera à faible intensité. Nous décalons la mise en place du pass sanitaire pour laisser un temps de réflexion aux Guyanais, de se décider ou pas. Mais la Guyane doit vivre aussi dans le monde. On ne peut pas empêcher des déplacements sur le fait de croire à quelque chose qui n’est pas scientifique, qui n’est pas réel. Il y a actuellement 3,9 milliards de personnes qui ont reçu une première injection dans le monde, et le nombre d’incident est proche de zéro. Il y a quelques évènements réactifs, mais le vaccin ne tue pas, il protège évidemment.

"78 % de la population guyanaise n’est pas protégée par le vaccin", déplore Thierry Queffelec - PR

Pour qui le pass sanitaire sera-t-il exigible ?
Pour personne. Il y aura peut-être une notion de volontariat. On va en parler. On ne va pas l’imposer. Nous démarrons un combat contre cette quatrième vague. Il nous faut l’ensemble des forces vives, l’ensemble du corps de soignants pour être au maximum opérationnel. Et en même temps continuer de vivre. Il y a la rentrée scolaire. Un enfant qui n’est pas scolarisé est un enfant qui perd des chances de définir son propre destin. L’objectif est évidemment d’avoir le minimum de morts. Toute personne doit pouvoir trouver un lit en réanimation. Les outils nous les avons, mais il faut conserver la capacité à suivre quelqu’un en réanimation sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Nous n’avons plus le temps pour un débat politique sur le pass sanitaire. Nous sommes dans le temps de l’action. Et l’action c’est de sauver des gens.
Les soignants manifestaient encore lundi contre l’obligation vaccinale qui leur est faite. Quelle solution ?
Pour les soignants, l’obligation vaccinale est incontournable. Il y aura peut-être des tensions. Mais celui qui soigne doit être en capacité de ne pas rajouter une difficulté. C’est ubuesque d’être dans un hôpital et d’être en contact avec un soignant qui serait contaminant. On peut appeler ça une erreur professionnelle. Cette obligation vaccinale touche l’ensemble des corps en rapport avec des personnes fragiles. Raison pour laquelle les sapeurs-pompiers sont concernés.
Les personnels des écoles devront-ils être obligatoirement vaccinés ?
Il y a aura un suivi, comme on a pu le connaître l’année scolaire dernière. 34 classes ont alors dû fermer temporairement sur 3800 en Guyane. Il y aura peut-être des nouveaux tests salivaires. La lutte contre le virus va s’améliorer avec de nouvelles techniques. L’école va s’adapter. Le choix d’une école ouverte est la priorité du gouvernement.
Donc la rentrée scolaire n’est pas remise en cause ?
Elle n’est pas remise en cause pour l’instant. Elle pourrait l’être si la quatrième vague était un désastre majeur et amenait un confinement. Mais ce n’est pas vers quoi on s’oriente puisque l’on prend des décisions très rapides et assez lourdes pour l’ensemble de la population.
À partir du 15 août jusqu’au 15 septembre les voyageurs en provenance des Antilles devront faire un test antigénique à l’aéroport Félix-Éboué ?
Oui. Protéger le territoire c’est aussi protéger ses entrées. Les taux d’incidences aux Antilles sont largement au-dessus de 1 000 pour 100 000 habitants. On a donc environ six fois plus de chances de rapatrier quelqu’un porteur du variant. On veut être sûr que les gens qui entrent en Guyane sont réellement non-porteurs. Toute personne sans schéma vaccinal complet devra présenter un test PCR négatif pour quitter les Antilles. Lorsqu’elle arrivera à l’aéroport Félix Eboué, elle devra faire un test antigénique. Si celui-ci est positif, un arrêté préfectoral prévoira un isolement de dix jours, avec test PCR au bout de sept jours. Tout ceci sous le contrôle des forces de l’ordre.
En attendant la mise en place du pass sanitaire en Guyane, quid des évènements ou lieux accueillant plus de 50 personnes ? Un protocole sanitaire avait été testé en Guyane, on pense notamment à la Rasta chic de Loic Lei-Sam Clery, cité en exemple par Roselyne Bachelot.
Toute activité supérieure à 50 personnes doit être déclarée en préfecture. On sait qu’on a un rendez-vous en début d’année qui est le carnaval. On va le préparer à partir d’octobre. Le pass sanitaire y jouera tout son rôle. Deux années sans carnaval en Guyane, cela m’attristerait. La Rasta Chic a été un moment de création qui a bien fonctionné.
Que répondez-vous aux petits commerçants qui se sentent plutôt oubliés ?
On a fait un travail de fond sur ce que l’on a nommé les « magasins non-essentiels », appellation que je déteste. On a réussi à les retirer de la liste des interdits avec l’écoute du gouvernement.
Vous êtes arrivé en Guyane en pleine crise sanitaire. Comment jugez-vous votre rapport avec la population pour l’instant ?
Je sortais d’un an de crise sanitaire dans le Pacifique avant d’arriver en Guyane. Je suis nommé pour assurer des fonctions. Pénalement, je suis responsable si je prends des décisions qui sont hors du champ de la loi. Je n’ai aucune science infuse, mais des expériences opérationnelles de sécurité civile. Le rôle d’un préfet, surtout en outre-mer, est d’être un couteau suisse. Être apprécié ou non, ça se saura ensuite. Nous sommes nommés et pas élus. On est là pour prendre la responsabilité de l’État et l’État est séculaire.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
11 commentaires

Vos commentaires

MAGOU 11.08.2021
M. Le Préfet

Mon parcours vaccinal complet est actif depuis mi avril !!!
En conséquence, je fais ce que je veux, quand je veux !!!
Conseillez à vos contrôleurs de ne pas me chatouiller le QR Code !!!

Répondre Signaler au modérateur
Rudy M. 11.08.2021

Un temps de réflexion supplémentaire ... pour nous qui avons eu l'accès au vaccin plus vite (en particulier par tranche d'âge) et que dans l'hexagone ... 5 à 7 semaines pour un schéma vaccinal complet. Si les hésitants ne se réveillent pas aujourd'hui, le réveil en septembre-octobre sera douloureux pour la Guyane.

Répondre Signaler au modérateur
Laguya2020 11.08.2021
La Guyane sous cloche

Réponse du préfet :
Ici la cloche c'est moi!

Réponse à Garimpo, le médecin fortuné (?) mais fatigué :si les majorités décidaient en toutes circonstances, le monde serait en bien piteux état !

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 11.08.2021

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
cap40 11.08.2021
Ah bon ...

Ah bon grande nouvelle... les guyanais réfléchissent à 15 %???

Répondre Signaler au modérateur
P.Daudet 11.08.2021
Mensonges d’Etat

« le variant Delta…prend possession de la majorité des cas détectés en Guyane ». Dans ma famille, 5 personnes ont eu le covid. Aucune ne sait quel variant l’aurait touchée. Le document transmis par le Laboratoire n’en fait pas mention. Comment le Préfet peut-il le savoir ?

« Un dimanche qui n’est pas utilisé à visiter les amis, la famille ». Réunissez vous en semaine, vous ne risquez rien ?

« On sait que 22% des personnes touchées par le variant …brésilien ont connu un séjour en réanimation. En réanimation, on a deux chances sur trois d’en sortir ». 2/3x22% soit 15% ont la chance de ne pas mourir. Ouf !

« Ce couvre-feu du dimanche vise à freiner la hausse du taux d’incidence qui est révélateur d’une crise sanitaire à venir ». La Pythie prévoit les crises mais n’apporte aucune solution.

« Le pass sanitaire est un très bon outil »…qui n’a pas empêché la 4ème vague ni la « crise sanitaire à venir »?

« Les vaccinés pourront être atteints du covid mais simplement ils n’en souffriront pas » sauf J.D. ?

« Pour qui le pass sanitaire sera-t-il exigible ? Pour personne. Il y aura peut-être une notion de volontariat. On va en parler. On ne va pas l’imposer ». Rendez-vous …

« On peut appeler ça une erreur professionnelle ». Comment s’appellent l’orpaillage illégal, les frontières poreuses ? Les héros de 2020 sont devenus des parias ?

«en début d’année qui est le carnaval. On va le préparer à partir d’octobre ». De Gaulle aurait : sinon c’est la chienlit

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 11.08.2021

Démocratie malade qui se soumet aux minorités.

Répondre Signaler au modérateur
bozo 11.08.2021
Tout le monde dans le même sac

Le préfet reconnaît le risque moindre des personnes vaccinées, c'est une évidence.
Alors pourquoi ne pas exonérer de restrictions les personnes vaccinées ?
Il y a soit une contradiction, soit un manque de courage dans les décisions à prendre.

Répondre Signaler au modérateur
DJC 12.08.2021
Beaucoup de questions.

Il a dit que 2 personnes sur 3 survivent à une hospitalisation donc 7% de mortalité selon lui. Cela semble faux.

15% de personnes vaccinés donc la très grande majorité des personnes qui n'est pas vacciné. Pourquoi vouloir imposer quelque chose que la majorité ne veut pas.

Ils ont échoué à la 1ere, 2nd, 3eme vague. Et ils te disent : ne vous inquiétez pas on va y arriver. Et ils utilisent les même procédés. Peut on réellement leur faire confiance.

Si le confinement était si efficace comment malgré plus d'un an de confinement continue. Il y a maintenant ce qu'ils appellent la 4e vague.

Des études prouvent que les vaccinés contaminent autant que les non vaccinés, sont autant hospitalisés et font autant de formes graves, donc désolé pour eux mais le vaccin jusque là n'a pas fait ses preuves. Pourquoi vouloir l'imposer. La preuve en est les vaccinés n'ont aucun privilège sur les non vaccinés.
Il y a sûrement des gens qui en doutent. Et bien dans ce cas comment des pays vaccinés à 99% subissent eux aussi des flambées de cas.

Je crois qu'il serait plus sérieux d'aborder le problème différemment, d'apporter d'autres solutions pour espérer avoir un résultat différent, meilleur et plus adapté à la Guyane...

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 12.08.2021

Pouvez-vous nous envoyer les liens sur les études dont vous parlez ? Hâte de les lire...

Répondre Signaler au modérateur
bozo 13.08.2021
Des pays vaccinés à 99%: lesquels?

Aucun pays n'a vacciné à 99%
Aucune étude citée par ce DJC n'a jamais existé.
Encore un médecin diplômé par l'université de Facebook qui repend ses états d'âme sur le net...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
1 commentaire
10 commentaires
A la une
1 commentaire