• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Jeux olympiques de Tokyo

Bilan de nos Guyanais aux Jeux olympiques de Tokyo! Que retenir?

Mickael Alcide Jeudi 12 Août 2021 - 11h35
Bilan de nos Guyanais aux Jeux olympiques de Tokyo! Que retenir?

Avant d’accueillir la sprinteuse Guyanaise Gémima Joseph, cet après-midi à l’aéroport Félix Eboué, France-Guyane fait le point sur les performances des dix Guyanais engagés aux Jeux olympiques de Tokyo.


Dimanche 8 aout 2021, se sont clôturés les trente-deuxième Jeux olympiques de l’ère moderne. Les sportifs originaires de notre territoire ont au total participé à 11 épreuves dans 6 disciplines différentes. Le sort des quelques guyanais du clan français a oscillé entre grandes satisfactions et déceptions à Tokyo mais à l’arrivée, deux médailles, toutes deux en or ont été remportées par Beatrice Edwige (handball) et Enzo Lefort (escrime - fleuret par équipe). C’est la première fois que deux sportifs originaires de Guyane repartent médaillés d’or de la même olympiade.
Beatrice Edwige et Enzo Lefort sacrés champions olympiques !

Ulrich Robeiri en 2008, Lucie Décosse en 2012, et désormais Beatrice Edwige en 2021. La handballeuse originaire de Mana est devenue le week-end dernier la troisième guyanaise championne olympique avec l’équipe de France de handball féminine grâce à une victoire 30-25 en finale face au Comité Olympique Russe. Le chemin jusqu’à cette finale olympique fut néanmoins long et périlleux malgré la victoire en ouverture de tournoi face à la Hongrie (30-29). Beatrice Edwige et les Bleues ont ensuite trébuché face à l’Espagne (25-28) mais se sont rachetées deux jours plus tard en arrachant le nul face à la Suède grâce à une belle prestation défensive (28-28). En clôture de la phase de poule dans un match couperet les opposant au Brésil, les tricolores éteignent leur adversaire (29-22) et infligent le même sort aux néerlandaises championne du monde en titre en quart de finale (32-22). Direction les demies. Poussées par une grâce Zaadi auteure de 7 buts et une Cléopâtre Darleux de 7 arrêts, les Françaises ont bataillé jusqu’au bout face aux Suédoises (29-27) pour s’offrir une deuxième finale olympique consécutive après celle de Rio en 2016. En finale face aux Russes, Edwige et les siennes ont quasiment toujours été devant au tableau d’affichage, faisant grimper leur avance jusqu’à 6 buts pour finalement s’imposer 30-25. La pivot guyanaise de 32 ans et ses 14 coéquipières exultent au buzzer, elles sont championnes olympiques. Elles offrent ainsi leur première médailler d’or olympique au handball féminin, le seul titre qui lui manquait. Beatrice Edwige, deuxième meilleure contreuse de ce tournoi olympique avec 7 tirs contrés sur la seule phase de poule, s’est exprimée sur cette aventure olympique au micro d’RMC : « On le mérite tellement. On a grandi et on est devenues beaucoup plus fortes. Je suis tellement fière de nous. Je suis fière pour moi, ma famille, pour les DOM et pour les filles. Je suis très heureuse, pour tous les gens qui nous ont suivi depuis le premier jour jusqu’au dernier. [...] Pour tous ceux-là, je leur dis un grand merci. On n’y serait pas arrivé sans vous. »

Un mot enfin pour le natif de Cayenne Enzo Lefort, lui aussi médaillé d’or sur ces JO avec l’équipe de France de Fleuret. Après avoir effacé l’Egypte en quart de finale (45-34) et le Japon en demi-finales (45-42), les fleurettistes tricolores se sont imposés 45 touches à 28 en finale face au Comité Olympique Russe concourant sous pavillon neutre cette année. En trois relais presque parfaits, le leader des Bleus a inscrit 17 touches en finale et s’offre une très belle consolation après sa laborieuse 5e place sur le tournoi individuel. Il est désormais de retour en Guadeloupe, là où l’escrime a commencé pour lui et où il a grandi et vécu de ses à 3 ans à ses 16 ans.

Lui aussi doit être compté parmi les guyanais médaillés de cette quinzaine tokyoïte. Bryan George, l’assistant vidéo kouroucien de l’équipe de France de Basket a lui aussi fait le voyage retour la médaille autour du cou. L’équipe de France de Basket s’est en effet hissée en finale olympique cette année mais a été défaite par les Etats-Unis (87-82). Les tricolores avaient pourtant mis au tapis la Team USA en début de tournoi (83-76) , une performance hors norme à laquelle le stratège des Bleus n’est en aucun cas étranger.

Première réussie pour Gemima Joseph et Steven Aimable
A 19 et 22 ans, les deux Espoirs guyanais de l’athlétisme et de la natation découvraient pour leur part les Jeux olympiques et ont ainsi eu l’occasion de se confronter aux meilleurs dans leurs disciplines respectives. Sur les pistes d’athlétisme, la sprinteuse kouroucienne Gemima Joseph, sélectionnée avec le relais 4 x100m a participé à sa première finale olympique grâce à une quatrième place en séries (42’’68). Les Bleues ne finissent que 7e de la grande finale mais la Kouroucienne s’est offert une première de luxe avec le relais tricolore séniors. En individuel, elle est parvenue à se hisser en demi-finale des Jeux Olympiques sur 200 m en finissant 3e de sa série en un temps de 22 secondes 94. Elle a par la suite fini 7e de sa demi-finale, courue aux côtés de la quintuple championne olympique jamaïcaine Elaine Thompson. Gemima Joseph effleure déjà les sommets de l’Olympe à 19 ans. Rendez-vous à Paris, dans 3 ans. Le retour de Gémima Joseph est à suivre ce jeudi 12 juillet sur le live Facebook de France-Guyane.


Steven Aimable engagé sur le 100m papillon sous la bannière du Sénégal s’est lui aussi illustré malgré sa non-qualification pour les demi-finales. Le nageur Matourien fini 5e de sa série mais établit grâce à son chrono en 53 secondes 64 un nouveau record du Sénégal. « Mes premiers Jeux olympiques étaient tout simplement incroyables […] Un grand merci à ma famille, mes coachs, mes amis, mes coéquipiers et toutes les personnes qui m’ont supporté and m’ont poussé à devenir la personne que je suis aujourd’hui. ».

Parcours compliqué pour Mehdy Metella
Bien revenu de sa lourde blessure à l’épaule début 2020, le nageur de 29 ans n’a pas réussi à se sublimer sur ces olympiades et n’est pas parvenu à créer la surprise au centre aquatique olympique de Tokyo. Il n’a pas passé les séries du 100 m nage libre, terminant dernier d’une série très relevée, tandis qu’il n’a dû se contenter que d’une 6e place en finale olympique avec le relais 4 x 100 m. Le relais 4 x 100 4 nages tricolore pour sa part a été éliminé dès les séries. Enfin sur sa spécialité (100 papillon) Mehdy Metella échoue en demi-finale, à seulement deux centièmes de la finale avec un temps de 51’’32.

Mickael Mawem : « ça s’est joué à rien »
Sorti 2e et 8e des qualifications, les frères Mickael et Bassa Mawem ont fait bonne impression pour l’entrée des épreuves d’escalade aux Jeux olympiques. L’ainé, Bassa a établi le premier record olympique de l’histoire en arrivant au sommet du mur de 15 mètres en 5 secondes 45. Deux jours plus tard, son frère cadet, héroïque en finale, termine finalement à la 5e place. Des finales marquées par l’absence de Bassa Mawem, gravement blessé au biceps qui aurait pu tout changer au classement final. A 31 et 36 ans, les frères Mawem ont pour objectif de participer de nouveau aux JO de Paris en 2024 et remporter la médaille olympique.

Dénouement tragique pour Marvin René, Amaury Golitin et Leïla Heurtault
Les choses ont été plus compliqués pour les athlètes Golitin et René qui devaient tenir leur place au sein du relais 4 x 100m tricolore. Cependant, tous deux gênés par une blessure à la cuisse, ils ont dû déclarer forfait et céder leur place. Grande déception pour les deux Guyanais.
Leïla Heurtault pour sa part n’a pas su trouver le bon rythme à Tokyo. Avec trois défaites sur quatre combats, la Mananaise n’est pas parvenue à atteindre les demi-finales malgré une victoire sur son dernier combat (2-0) et une défaite seulement 1-0 face à la numéro 1 mondiale Yin. Privée de son entraineur, Leila Heurtault s’est tout de même dit satisfaite de son aventure olympique bien que déçue de son résultat. Le karaté ne ce sera malheureusement pas reconduit pour les JO de Paris.

EN BREF…
Analia Pigrée participait début août aux championnats d’Espagne de natation dans le cadre de sa sélection en équipe de France A’. La Guyanaise de 20 ans a brillé en remportant les Championnats d’Espagne et en battant une fois de plus son propre record de France sur 50 mètres dos avec un nouveau temps de référence de 27 secondes 39. Elle s’est aussi offert un nouveau record personnel et un deuxième titre sur 100 Dos (1’’00’46).


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
3 commentaires
A la une
3 commentaires
2 commentaires