• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
EDUCATION

Une rentrée sous tension

AG Mardi 7 Septembre 2021 - 15h45
Une rentrée sous tension

  Depuis fin juin dernier, le bras de fer ne cesse de se durcir entre le collectif des parents d'élèves et le rectorat de Guyane.
Le nœud du problème est le non-respect des demandes d’affectation des élèves par les services en charge.

Il est un peu plus de 8 heures du matin, quand un groupe d’une quarantaine de parents d’élèves et enseignants se sont massés devant les portes closes du rectorat. On pouvait y lire cette notice: “ Le rectorat sera fermé ce jour, pour des raisons d’organisation”.
Dans les rangs des manifestants, c’est l’indignation. Une mère de famille, excédée, expose le cas de son enfant:
 
“ J'habite à Rémire Montjoly, on l’a affecté à Balata alors que nous avions demandé Léon Gontran Damas ou Lama Prévot. Le rectorat nous a proposé comme solution d’attendre la rentrée, dans l’espoir qu’une place se libère. C’est inadmissible! C’est une façon de faire payer à nos enfants leurs erreurs et leur mauvaise gestion”.

Deux mois de revendications 
Depuis 2 mois, les membres du Collectif des parents d’élèves de Guyane réclament que les vœux d’affectation de leurs enfants soient respectés au moment de leur passage de la classe de la troisième à la classe de 2nd. A l’heure actuelle, les dossiers de plus de 380 élèves sont en suspens dans l’attente d’une place dans les établissements souhaités.

Le service académique d'information et d'orientation est mis en cause dans ces dysfonctionnements. Orliange Hélène, professeure au lycée professionnel Jean-Marie Michotte et représentante du collectif des parents d’élèves de Guyane, explique :

“ Le SIAO ne donne aucune raison valable qui justifie ces défauts d’affection, il y a des incohérences, il y a des injustices et surtout il n’y a pas de réponse claire et ferme concernant les solutions qui, apparemment, auraient été trouvées par le rectorat et la CTG pour cette rentrée scolaire.”

Plus tard dans la matinée, le président de la CTG, Gabriel Serville s’est entretenu avec une délégation du Collectif des parents d’élèves. Des solutions telles  que la mise à disposition des locaux de l’OPRF de Matoury et de Kourou, ainsi que des locaux du RSMA, ont été proposées pour pallier le manque de place.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
5 commentaires
3 commentaires
3 commentaires
3 commentaires
A la une
Société

Avril 1981 : Cayenne a soif

Marlène CLÉOMA ( m.cleoma@agmedias.fr) - Mercredi 8 Décembre 2021

 En ce premier trimestre de l’année 1981 les Guyanais font face à de nombreuses...