• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SOCIÉTÉ

Marché de Saint-Laurent-du-Maroni : les vendeurs annoncent une nouvelle manifestation ce samedi

Samuel Reffé Vendredi 9 Avril 2021 - 11h19
Marché de Saint-Laurent-du-Maroni : les vendeurs annoncent une nouvelle manifestation ce samedi
Une partie des vendeurs est en désaccord avec l'instauration d'un système de rotation imposé par la mairie. - image d'illustration

  Depuis près d’une semaine, les agriculteurs de Saint-Laurent-du-Maroni protestent contre la nouvelle organisation du marché imposée par la commune face à la propagation du virus. Une délégation était reçue mercredi après-midi par la mairie et le sous-préfet aux communes de l’intérieur. Selon nos informations, la grève est maintenue et une partie des vendeurs compte de nouveau défiler ce samedi.

 À Pâques, il était impossible de faire ses emplettes comme d’ordinaire du côté du marché de Saint-Laurent-du-Maroni. La raison ? Les étals sont vides et les vendeurs ont déserté les espaces qui leur sont réservés pour afficher leur mécontentement. Les nouvelles restrictions sanitaires imposées par la mairie au sein du marché local sèment la discorde depuis près d'une semaine. À tel point que les agriculteurs ont décidé de cesser de vendre leurs productions depuis la semaine dernière. Une grande partie des 260 exposants n'a pas déployé ses éventaires de fruits et de légumes sur les deux derniers jours de marché d’ordinaire octroyés, soit samedi dernier et ce mercredi.

En guise de protestation, une partie des éleveurs, exploitants, cultivateurs ou paysans de l’Ouest guyanais s'est rendue sur place au cours des deux journées dès 4 heures du matin, mais sans production. Unis face aux différentes problématiques qu’ils rencontrent depuis le début de la crise sanitaire, ils ont tenu à se rassembler samedi et mercredi pacifiquement. Les approvisionnements des consommateurs en vue des fêtes de Pâques s'en sont retrouvés affectés, “mais les gens comprennent notre démarche” assure un représentant des agriculteurs sur le marché local.

Le principal élément déclencheur de cette mésentente entre mairie et agriculteurs vient de la répartition des vendeurs sur plusieurs jours de marché, notamment le mardi et le vendredi, pour éviter la cohue sur place. Cette mesure, prise sous couvert des nouvelles restrictions sanitaires par la commune de Saint-Laurent-du-Maroni, devait être rendue effective le 1er du mois. Tout sauf un poisson d'avril pour les principaux concernés : certains vendeurs, qui pouvaient déployer leurs étals le mercredi et le samedi, ont hérité d'un stand une seule journée par semaine.

Insuffisant pour écouler l’ensemble de leur production, puisque le samedi est le jour où l'affluence est la plus élevée. “Ceux qui sont présents ce jour-là sont les agriculteurs qui ont une ancienneté de plus de cinq ans sur le marché et qui sont à jour sur leurs documents agricoles” explique Sophie Charles, maire de la commune. Un avantage en vertu de l’ancienneté, car “le reste de la semaine le marché connaît une affluence bien moindre” assure Mme Guerra, représentante locale du syndicat des Jeunes Agriculteurs. Résultat, les agriculteurs qui n'avaient droit qu'à exposer le mercredi, le mardi ou le vendredi (aux côtés des revendeurs qui s’approvisionnent directement chez des producteurs, ndlr) se sont retrouvés défavorisés économiquement.
"C'est un casse-tête"
 
De là, un mouvement de contestation s'est mis en place. "Il n’y a pas eu de consultation de la profession ni de dialogue, les vendeurs se sont sentis sous pression." poursuit la représentante du syndicat agricole. “C’est pourtant une lettre justement écrite par le syndicat des Jeunes Agriculteurs à la mairie qui a conduit à l’application de ces mesures restrictives.” fait valoir Siong Tsa, représentant des exposants du marché à la réunion d’hier. Des dires corroborés par la première magistrate de la commune, également présidente de la CCOG, qui précise toutefois que l’Etat avait déjà écrit à la mairie pour que les deux mètres de distanciation sociale entre les exposants soient respectés. Mercredi matin, une cinquantaine d’agriculteurs ont manifesté leur mécontentement dans les rues de Saint-Laurent-du-Maroni pour faire part de leur situation à la population locale.

“C’est un casse-tête, il faut que ce soit une décision communale et que la mairie nous explique quels jours on travaille. En tant que pratiquant, on demande une renégociation.” stipule Siong Tsa, cultivateur de Mana qui vend ses produits depuis près de quarante ans à Saint-Laurent-du-Maroni. La commission interne qui réunit les élus des services techniques de la mairie a pris la décision d'inviter les différents services représentés sur le marché. Les vendeurs et représentants syndicaux dont Jean-Yves Tarcy, président du syndicat agricole Grage, ont notamment été reçus par Frédéric Bouteille, sous préfet en charge des communes de l'intérieur et le président de la chambre d'agriculture Albert Siong accompagné de son vice-président.
“On est ici dans une période transitoire”
 
Et les revendications des exposants ne concernaient pas uniquement la révision de l’organisation du marché. Sur place, la sécurité inquiète les vendeurs. Ces derniers estiment avoir obtenu une pincée de propositions concrètes à l’issue de cette réunion tant attendue : "Je suis quand même satisfaite parce qu’il y a eu un dialogue. Des promesses au niveau de la sécurité et de la présence de forces de l’ordre." poursuit la représentante des Jeunes Agriculteurs, qui était également présente à la réunion de mercredi après-midi, "la mairie a également proposé un système de rotation entre les personnes qui vendent mercredi et samedi". L’objectif affiché est de diviser le nombre d’exposants, d’ordinaire estimé à 120 par jours de marché, par deux.

Ce mercredi soir, les différentes parties de cette réunion en mairie ont exposé aux agriculteurs de leurs villages les propositions faites pour désenclencher le mouvement de grève. Problème, la plupart des représentants des agriculteurs de l’Ouest guyanais ne se sont pas rendus à la réunion. “Certains qui ont déjà une place assurée le samedi souhaite rester dans l’immobilisme” nous expliquait Siong Tsa hier. À compter de mercredi soir, les vendeurs avaient 24 heures pour annoncer une éventuelle reconduction de la mobilisation. C’est désormais chose faite, puisque selon nos informations, la mairie a annoncé aux représentants qu’ils ne pouvaient pas obtenir plus d’emplacements que ce qui leur a déjà été octroyé. La grève est donc maintenue, et les vendeurs qui s’estiment lésés par ces nouvelles restrictions devraient de nouveau manifester ce samedi.

“On est ici dans une période transitoire” affirmait Sophie Charles au lendemain de la “réunion de crise”. Au premier confinement, le marché local avait été délocalisé sur le Stade B de la municipalité justement dans l’objectif d’appliquer les gestes barrières. Désormais, tout l’enjeu pour la mairie est de trouver un nouvel espace qui peut accueillir les 260 exposants. En l’attente, agriculteurs et élus devront tricoter avec les restrictions dans l’objectif de trouver un terrain d’entente, puis un terrain tout court…





Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
4 commentaires
1 commentaire
3 commentaires
A la une
1 commentaire