• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SOCIÉTÉ

Le Centre Météorologique de Guyane tire la sonnette d’alarme

S.R. Mardi 27 Avril 2021 - 19h09
Le Centre Météorologique de Guyane tire la sonnette d’alarme
Le services des prévisionnistes fonctionne actuellement en effectif réduit. - S.R.

 La politique de réduction des effectifs entamée par Météo France au Centre Météorologique de Guyane entraîne des perturbations importantes dans l’ensemble des services aux Antilles et sur notre territoire.


Un nouvel appel à la grève a été lancé ce lundi, suivant de près le premier message d'alerte formulé par l'intersyndicale qui représente les services météorologiques aux Antilles et en Guyane. Au début du mois, la quasi-totalité des prévisionnistes des centres météorologiques de la zone était vent debout face à la nouvelle organisation du service guyanais. Alors qu’elle devrait compter sept agents pour que la permanence fonctionne “H24”, la “cheville ouvrière” du Centre Météorologique de Guyane (CM973) affiche au bas mot des effectifs bien plus maigres.

Depuis près d’un an, deux départs à la retraite et plusieurs mutations ont entraîné une situation sans précédent : “les prévisionnistes ne sont désormais plus que deux sans compter le brigadier venu en renfort de Martinique” alerte Régis Tellier, météorologue et représentant syndical basé en Guyane.

C’est pourtant de ce service crucial que sont envoyés les bulletins d’alerte et de prévisions concernant les fortes pluies ou encore les feux de végétation. Les prévisionnistes assurent également la surveillance de l’espace aérien en lien direct avec les tours de contrôles. L’annulation des vols de la compagnie Air Guyane ce jour résulterait d’ailleurs, selon les informations fournies par la compagnie, de l’annulation du bulletin de prévisions météorologiques produit cette nuit concernant la piste de l’aéroport Félix Eboué à Matoury.
Un service crucial qui fonctionne en effectif réduit
Un “couac” prévisible, puisque le service de nuit du CM973 n’existe plus… “Plusieurs dysfonctionnements ont déjà été constatés (pas de prise en compte d’un fort épisode pluvieux, retards sur les décisions de passage en vigilance)” déplore dans son préavis de grève l’intersynidcale. Les missions qui étaient vouées au service de nuit du CM973 ont été basculées en Martinique, entraînant une “surcharge de travail et une charge mentale supplémentaire pour le prévisionniste sur place” assure Philippe Camo, délégué régional Antilles-Guyane.

“Une réunion le 25 mars nous avait laissé entrevoir une lueur d’espoir car le directeur adjoint de la Direction Interrégionale Antilles-Guyane, lors du comité technique du 18 mars, avait dit que cette organisation était provisoire et qu’on devrait revenir au printemps 2022 à un effectif nominal de sept agents en prévisionnistes.” nous explique Philippe Camo.

Renouvelée suite au préavis de grève communiqué ce lundi, la réunion avec la direction nationale de Météo France a cette fois été “un échec total” selon le représentant syndical. “On souhaite que ce qu’ils appellent une période provisoire pour le service des prévisionnistes ne soit pas pérenniser” poursuit-il. Car le processus d’alerte des permanenciers est désormais enrayé. Si le service de nuit est assuré par la Martinique, “les vacations [en Guyane] se caractérisent désormais par une prise de service en fin de nuit et une succession de tâches irréalisables qualitativement dans le temps imparti” expliquait le communiqué conjointement signé par les syndicats SNITM-FO, SOLIDAIRES-Météo et CFDT-Météo. "Les services météorologiques seront donc à nouveau très perturbés par cet appel à la grève" prévient l'intersyndicale. 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

Éveil de Guyane 29.04.2021
Si seulement

Si seulement une tournade pouvait passer pour détruire tout Cayenne en épargnant la population, ça aurait été bien. C'est la seule solution à l'heure actuelle pour reconstruire cette Ville "CAPITALE" CORRECTEMENT!

Répondre Signaler au modérateur
mikeromeo 28.04.2021

Pas de risque majeur dans la zone contrôlée.
AF447 cela vous parle ?
Les prestations de vols sont le cadet des soucis.

Répondre Signaler au modérateur
Taïra 28.04.2021

Confortablement installée dans une zone géograhique caractérisée par l'absence de risque météorologique majeur, l'équipe de Météo France Guyane a choisi, pour faire valoir ses revendications corporatistes, d'impacter très durement les Guyanais de l'intérieur qui dépendent pour beaucoup du trafic aérien d'Air Guyane.
Cette compagnie elle-même et les opérateurs touristiques déjà fragilisés par les restrictions de la crise sanitaire, survivront-ils à ce nouveau coup bas?
Ce n'est manifestement pas la préoccupation des grévistes.
Villageois bloqués sur la côte avec un coût de séjour exorbitant, touristes bloqués à l'intérieur du pays, rupture d'approvisionnement en médicaments, vaccins, produits alimentaires de première nécessité, carburants, gaz...à Saül, par exemple,la situation deviendra très vite insupportable.
Pour occuper leur surcroît de temps libre, nous conseillons aux initiateurs de cette désastreuse opération syndicale, qui ne brillent pas par leur clairvoyance économique, la lecture de l'excellent "Bullshit Job" du regretté David Graeber.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
4 commentaires
1 commentaire
A la une