• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
IMMIGRATION

Sandra Trochimara, la maire de Cayenne entame une grève de la faim illimitée

M.ODRY (m.odry@agmedias.fr) Jeudi 21 Juillet 2022 - 09h49
Sandra Trochimara, la maire de Cayenne entame une grève de la faim illimitée
La maire de Cayenne, Sandra Trochimara, entame une grève de la faim !

Hier soir (mercredi 20 juillet), à la rue Arago, de nouvelles tensions sont survenues entre la mairie et les migrants. C’est la goutte de trop pour la maire de Cayenne, Sandra Trochimara, qui décide d'entamer une grève de la faim.

 Les tensions autour de la situation des migrants dans les rues de Cayenne se sont encore exacerbées mercredi à la rue Arago, où depuis de nombreux mois, des demandeurs d'asile sont présents. Hier, des interactions verbales et presque physiques se sont déroulées à la rue Arago, où se situe l'OFII. Sandra Trochimara, maire de Cayenne, a pu constater les incidents et demandait la venue du Préfet. 

 

Une femme migrante a été transportée à l’hôpital, suite à un problème qui semblerait être un malaise. On comprend que cette fois-ci, la maire de la ville arrive à saturation.



Cette dernière a ainsi décidé d'entamer une grève de la faim : “ En ma qualité de maire et par ailleurs de 1er magistrat de la ville, je fais le choix réfléchi, par une grève de la faim, d’exprimer un NON à cette situation qui perdure dans le temps et qui génère des désordres insupportables et inhumains sur le domaine public.

Tout doit être mis en œuvre par le gouvernement pour limiter, voire restreindre l’accès au territoire de la Guyane et contrôler cette nouvelle dynamique migratoire.
"



“Cayenne, ville capitale, un refuge illusoire sans toit !”
 
Ces informations proviennent d’un communiqué d’alerte intitulé :“Cayenne, ville capitale, un refuge illusoire sans toit !”. La ville de Cayenne est un lieu où de nombreux migrants demandeurs d’asile arrivent sur le territoire grâce à un droit de l'immigration. La ville de Cayenne rappelle que “ ce territoire ne comporte pas les structures d'accueil et d'hébergement dédiées à ces publics.
La mairesse questionne : “ ne faudrait-il pas que ces visas soient suspendus compte tenu de l’incapacité de notre territoire (la Guyane) à absorber ces flux migratoires?"



Laura Hidair, adjointe au maire, nous confie cette grève de la faim est une” affaire très sérieuse”.
À suivre sur France-Guyane



Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
23 commentaires

Vos commentaires

cap40 30.07.2022
Pas grave ...

Pas grave ...elle a de bonnes réserves

Répondre Signaler au modérateur
DASHA 26.07.2022
TROCHIMARA

Madame TROCHIMARA Il est dramatique que vous soyez obligée d'en arriver là ! pour alerter la haute sphère gouvernementale ! Nous sommes nombreux à partager votre point de vue . Au nom de la loi laissons entrer ces émigrés, et laissons les dans la rue comme des bêtes, mais pour certains, cela est sans importance on les laisse rentrer c'est bien ! Oui votre action est tout le contraire du racisme si quelques uns pouvaient y réfléchir... Madame, je vous souhaite bon courage...

Répondre Signaler au modérateur
g6d 22.07.2022

Les Guyanais ont voté majoritairement pour Melenchon au 1er tour de la présidentielle. Il est favorable à l'accueil d'immigrés, les électeurs voient leur choix validé.

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 22.07.2022
marre maintenant

on a pas la place ici pour toute la "planete"... on dirait que la terre entiere veut venir ici, faut arretez les c.nneries comme meme!
si la france veut "se la jouée" ouverture, droit humain ect. et ben y ont qu'a prendre leurs syriens a sangat, calais ou je sais pas ou au lieu de nous les envoyez comme sa!

Répondre Signaler au modérateur
Uku man 22.07.2022
gravos

Alors comme ça, on va faire le touriste-colon qui visite les favelas de Rio, pour "trembler", olalala, et vous dites que toute la planète veut venir en Guyane? Vous savez combien de guyanais vont vivre en métropole, aux USA et ailleurs? La bêtise ne vous étouffe pas, c'est le moins qu'on puisse dire.

Répondre Signaler au modérateur
Uku man 22.07.2022
racistes

Voilà, les racistes sont de sortie ! Bravo à vous !

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 22.07.2022

Hum, rappelons juste à la mairesse qu’au sens strict ces migrants demandeurs d’asile sont entrés de façon irrégulière sur le territoire national, autrement-dit sans visa… Suspendre des visas qui n’existent pas, à part faire frétiller le muscle bulbo-spongieux des fâchés pas fachos, cela semble donc plutôt vaporeux comme idée.
Mais soyons charitable, elle voulait sans doute évoquer le souhait de suspendre la possibilité de déposer une demande d’asile en Guyane… Il faudrait pour cela s’extraire du droit national et des conventions internationales. Un fantasme qui motive très probablement certains adeptes de l’évolution statutaire, qui par ce biais exotique rêvent de pouvoir opportunément mettre en oeuvre leur vision xénophobe, en se libérant du carcan du droit international. Mais en attendant, une telle ambition régressive reste bel et bien une lubie politique et juridique. Et d’ailleurs même en cas de changement de statut, en l’état actuel des choses la république et l’Europe qui nous subventionne, ne seraient de toute façon pas favorables à une telle régression dans le cadre du nouveau statut mis en œuvre… En plus clair, l’Orbanisation du territoire guyanais ne fera bander personnes dans les hautes instances politiques, tant que l’extrême-droite (la seule à annoncer ce renoncement aux conventions internationales) n’aura pas pris le pouvoir.

Répondre Signaler au modérateur
A. LEA 22.07.2022

Contrairement à ce que vous affirmez, dès que ces migrants rentrent en Guyane il leur est remis un visa pour leur permettre de circuler sur le territoire et déposer une demande d'asile à Cayenne.
Ils ont donc un document remis à la frontière. C'est ce visa que la Maire de Cayenne voudrait qu'on arrête de délivrer tant que les conditions d'hébergement qui relèvent de la compétence de l'Etat et non de la Commune, ne seront pas meilleures pour ces personnes.
L'Etat ne peut se défausser sur une commune qui n'en a pas les moyens et qui ne reçoit aucun financement pour ce faire.
C'est pourquoi, la position de la Maire de Cayenne n'est pas du racisme comme certains commentateurs l'affirment, tout au contraire. Ceux-là semblent préférer que les migrants, hommes, femmes, enfants, soient couchés par terre sur des trottoirs comme des bêtes, sans hygiène ni décence.

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 23.07.2022

La toute première étape c’est la demande d’asile. C’est ensuite l’attestation de demande d’asile qui leur est remis, qui vaut autorisation de rester sur le territoire. Il n’y a pas de visa remis entre l’entrée illégale sur le territoire et la demande puis l’attestation de demande d’asile. Pour mémoire les visas sont demandés et accordés dans les consulats des pays d’origine… Les illégaux ayant par définition ignoré cette démarche.

https://www.ofpra.gouv.fr/sites/default/files/atoms/files/guide_du_demandeur_dasile_fr_septembre2020.pdf#page5

Répondre Signaler au modérateur
Nicolas Hory 26.07.2022

A part faire frétiller mon muscle bulbo-spongieux du fâché que je suis, mais pas facho, je me pose la question" pourquoi venir en Guyane, plutôt que d'aller direct en Europe ? Cela fait des frais de transport inconsidérés. de plus la plupart de ces dits migrants sont des migrants économiques, pas des réfugiés de guerre.Alors arrêtons de nous prendre pour des C...

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 27.07.2022
Gaffe ça rend sourd… voire plus.

« J'ai quitté la Syrie en 2015 à cause de la guerre. Liban, Qatar, Brésil, Vénézuela, le Brésil à nouveau et enfin la Guyane. » Bachar

https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/centre-littoral/cayenne/une-quarantaine-de-refugies-syriens-installes-dans-une-rue-de-cayenne-en-attendant-une-solution-de-la-croix-rouge-1033573.html

« À cause de la guerre » qu’il vous dit… Et quant à deviser sur le fait de savoir si un migrant qui fuit son pays, politiquement, socialement et économiquement dévasté par une décennie de guerre, le fait pour des raisons économiques ou par crainte pour sa vie. Vous vous embourbez un peu dans la candeur cynique il me semble…

- Marie-Chaaannntal! Regaarrrrde, le migrant il a encore ses deux bras et ses deux jambes!!! Même pas un ou deux doigts en moins! C’est sûr, on ne me la fait pas! Celui-là il vient pour l’argent! Bouh Marie-Chaaannntal, le mauvais migrant il nous prends pour des cons, dis-donc!
- Tout à fait mon bichon! Un bon migrant ça a au moins la patience d’attendre les bombardements avant de se débiner!

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/syrie-huit-morts-dont-cinq-civils-dans-un-bombardement-de-l-armee-a-idleb-20211020

https://www.lemonde.fr/international/article/2022/01/04/en-syrie-la-province-d-idlib-de-nouveau-visee-par-des-bombardements-russes_6108135_3210.html


Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
1 commentaire
A la une