• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Journée de lutte contre les violences conjugales

Journée de lutte contre les violences faites aux femmes : les évènements à ne pas manquer

Romane Marchewska (Stagiaire) Jeudi 25 Novembre 2021 - 10h14
Journée de lutte contre les violences faites aux femmes : les évènements à ne pas manquer

La Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, jeudi 25 novembre, est l’occasion pour certaines associations de mettre en place un certain nombre de manifestations et d’événements. France-Guyane fait le point.

À l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes le jeudi 25 novembre, l’association Arbre fromager organise une marche pour lutter contre les violences et rendre hommages aux femmes victimes décédées en 2021. Le rendez-vous est fixé sur la place des palmistes à partir de 17h15. Tout le monde est invité à venir participer à cette marche. Le dress code imposé est un haut blanc et le bas foncé. La mairie de Roura se mobilise également en cette journée en diffusant le court-métrage « Parce que je t’aime » à 18h30 au Centre Socio-culturel de Roura. La projection sera suivie d’un débat. Le film est déconseillé au moins de 12 ans.
A la télévision

Dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, ce 25 novembre à 20h en télé, Guyane la 1ère propose deux courts-métrages faits par deux réalisatrices Guyanaises : « La violence ne rend pas aveugle » de Marie-Sandrine Bacoul et « Ma mère est une super héroïne » de Chloé Bebronne. 

La violence ne rend pas aveugle

Ce court métrage veut provoquer une prise de conscience sur les conséquences traumatiques des violences conjugales sur les enfants. A travers un film poignant et réaliste, Mathys, petit garçon de 7 ans nous emmène sur le chemin de ses émotions…

Ma mère est une super héroïne

Ce film sur la violence conjugale est tourné du point de vue naïf d’un enfant qui fuit cette réalité sordide en construisant un monde imaginaire. Cette fiction sensibilise chacun et chacune à la nécessité d’agir et de réagir face au fléau et au drame de ces violences insupportables.
Retrouver dans notre hébdomaidre de ce vendredi 26 novembre deux témognages poignants et l'intervention d'une psychologue.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
2 commentaires
11 commentaires
A la une