• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FOOTBALL

« Je suis Mike, debout, noir et fier » répond Mike Maignan, cible d'insultes racistes en Italie

Mickael ALCIDE Mercredi 22 Septembre 2021 - 18h29
« Je suis Mike, debout, noir et fier » répond Mike Maignan, cible d'insultes racistes en Italie
©AC Milan

« Qu'est ce qu'on fait pour combattre le racisme dans les stades de football ? » interrogeait ce mardi le gardien de but du Milan AC d’origine guyanaise à travers un message plein de sagesse posté dans la soirée sur ses réseaux sociaux. Ayant été la cible d’insultes et de cris racistes lancés par les supporters de la Juventus de Turin ce dimanche 19 septembre à l’Allianz Stadium, l’international français a décidé de sortir du silence au surlendemain de la rencontre, fustigeant le manque d’efficacité de la lutte contre le racisme dans les stades, un problème récurrent en Italie.

« Un incident non-isolé »
 Alors que Mike Maignan et ses coéquipiers de l’AC Milan se rendaient à Turin dimanche dernier pour disputer le choc de la quatrième journée de Série A qui les opposaient à la Juventus, le natif de Cayenne a été pris pour cible dès l’échauffement par un groupe de supporters Turinois lançant des cris et des insultes à caractère raciste, le comparant à un singe et pointant du doigt sa couleur de peau. 48h plus tard, l’ex-Lillois réagit et poste un message d’une vingtaine de ligne sur ses réseaux sociaux, exprimant son ressentiment, non seulement à l’égard des auteur des faits mais également envers les instances incapables d’empêcher les récidives récurrentes de tels évènements : « Qu'est-ce que vous voulez que je dise ? Que le racisme c'est mal et que ces supporters sont bêtes ? Il ne s'agit pas de cela. Je ne suis ni le premier, ni le dernier joueur à qui cela arrivera. » explique Maignan.

En effet, l’épisode « Mike Maignan » ne se produisait que 10 jours après l’ouverture d’une enquête par la fédération italienne, pour des cris racistes de supporters de la Lazio Rome visant deux autres joueurs du Milan AC : Yannick Kessié et Tiémoué Bakayoko.

Ancien joueur du Milan AC, Marcel Desailly avait également visé par des chants racistes dans les stades italiens au cours des années 90. Plus récemment, une multitude d’autres footballeurs de renommée internationale ont été touchés par ce fléau atteignant durement les stades italiens : Paul Pogba sur le terrain de la Fiorentina, Antonio Rüdiger sur celui de la Lazio, Moise Kean et Romelu Lukaku à Cagliari, Kalidou Coulibaly à San Siro par les supporters de l’Inter ou encore Mario Balotelli à Vérone, tous ont fait l’expérience du racisme qui gangrène les tribunes transalpines de Série A.



Des instances qui peinent à trouver des solutions concrètes
Maignan a également critiqué l’inaction des instances du football qui, selon lui et malgré les apparences n’agissent pas suffisamment pour mettre fin à de telles manifestations de haine dans les stades : « Tant qu'on traitera ces évènements comme des « incidents isolés » et que l'on n'aura pas une action globale, l'histoire est amenée à se répéter, encore et encore et encore. Qu'est ce qu'on fait pour combattre le racisme dans les stades de football ? » fini par demander la recrue du Milan AC.

Les amendes et les huit clos imposés aux clubs, par ailleurs non-responsables de leurs supporters, ne permettant pas d’éradiquer le problème, les slogans « No To Racism » ou encore « Respect » inscrits sur les maillots n’ont pas démontré plus d’efficacité.

« Nous avons besoin d'être plus nombreux et d'être tous unis dans cette bataille pour la société qui dépasse le cadre du football. Dans les instances, les personnes qui décident savent-elles ce que ça fait d'entendre des insultes et des cris nous reléguer au rang d’animal ?»
Le gardien de but formé au PSG demande alors que soient adressées des sanctions plus strictes, plus sévères, plus concrètes. Ce qui est pour l’instant loin d’être le cas en Italie étant donné que très peu d’interdiction de stade ciblées ou encore de sanctions judiciaires n’aient été prises, comme c’est le cas ailleurs en Europe.

Pour conclure, le Guyanais a tenu à rappeler sa fierté d’être noir, ne se considérant absolument pas comme une victime :
« Je ne suis pas une "victime" du racisme. Je suis Mike, debout, noir et fier. Tant qu'on pourra donner la voix pour changer les choses, on le fera. »

©AC Milan -

Mike Maignan, imperturbable sur le terrain
Malgré tout cela, « Magic Eagle » a comme à son habitude pesé sur la rencontre depuis ses buts face à la Juventus dimanche dernier. Battu après 4 minutes sur une contre-attaque éclair, le neo-milanais a maintenu son équipe dans le match enchaînant parade sur parade durant la première comme la seconde période. Le score reste d’1-0 grâce à ses efforts et à la 75e minute son équipe refait son retard au tableau d’affichage. Les deux équipes se séparent sur un match nul 1-1. A noter que les Rossonneris ont provisoirement pris la tête du classement de Série A avec 13 points tout comme l’Inter après leur victoire 2-0 de ce mercredi face à Venezia.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

Plume libre 23.09.2021

Et si on mettait le respect en première ligne!!!!Que de repos nous aurions! on pourrait enfin regarder l’autre pour ce qu’il est : une personne autre que mais digne de faire l’objet des mêmes égards que nous.

Répondre Signaler au modérateur
g6d 23.09.2021

JJ5 défend une personne victime de racisme en ayant un propos raciste à l'encontre des Italiens. c'est ça la Guyane ?

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 24.09.2021

Tout à fait... l'allégorie de l'idiotie...

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 23.09.2021
bien dit

l'homme noir est fier, halte au racisme! en Italie, ya que des raciste (cri de "singe" ect). sale pays...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
6 commentaires
1 commentaire
1 commentaire
2 commentaires
2 commentaires
A la une
1 commentaire
1 commentaire