• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Opération séduction : Le CHC fait les yeux doux aux soignants guyanais (et hexagonaux) à l’issue du 35e Salon Infirmier

Jade Letard-Methon (j.letard-methon@agmedias.fr) Mercredi 25 Mai 2022 - 17h13
Opération séduction : Le CHC fait les yeux doux aux soignants guyanais (et hexagonaux) à l’issue du 35e Salon Infirmier
Plus d’une quarantaine de personnes ont rempli des fiches pour signaler leur intérêt et leurs dates de disponibilité. - Service communication du CHC

À l’occasion du 35e Salon Infirmier, le Centre Hospitalier de Cayenne a été particulièrement plébiscitée lors sa participation. L’hôpital s’est engagé dans une véritable parade pour se présenter et plaire aux soignants hexagonaux dont les Guyanais qui pourraient vouloir rentrer au pays.

Une venue remarquée. Au Salon Infirmier - qui s’est tenu en marge du salon Sant’Expo de Paris - 6 membres du personnel du Centre Hospitalier de Cayenne ont participé à cette grand-messe des professionnels de santé pour représenter leur établissement et tout ce qu’il a à offrir. Derrière cette première, le CHC a eu de la suite dans les idées en voulant faire connaître l’hôpital plus largement en France hexagonale tout en cherchant à séduire du personnel de santé "qu’ils soient aguerris ou nouvellement diplômés pour revenir sur le territoire et enrichir nos effectifs", nous précise Serge Demba, cadre supérieur de santé au pôle urgences et soins critiques.

Une centaine de postes sont ainsi à prendre principalement dans les pôles Urgences-Soins critiques tout comme au pôle Femme-Enfant mais également dans l’ensemble des autres services. Par ailleurs, en venant "chasser les têtes" directement dans l’Hexagone, les objectifs sont de pourvoir les postes des nouvelles activités proposées à l’hôpital - comme Unité de Soins en Continu ou les urgences pédiatriques - tout en remplaçant les personnels qui vont s’en aller par mutation.

Au pôle Femme-Enfant, par exemple, les besoins tournent autour de 35 personnes. "Il faut ce personnel pour pouvoir fonctionner de manière optimale et permettre aux agents de partir en congés sans que l’on ait à s’inquiéter de savoir si tous les postes d’affectation sont pourvus", précise Murielle Mazia, cadre de santé puéricultrice au pôle Femme-Enfant. Alors que l’activité est en augmentation, un personnel suffisant permettrait de ne pas bousculer les affectations des personnels de jour et de nuit ; mais aussi de respecter les normes édictées par le ministère des Solidarités et de la Santé.
Le CHC a eu de la suite dans les idées en voulant faire connaître l’hôpital plus largement en France hexagonale tout en cherchant à séduire du personnel de santé. - Service communication du CHC

Aider les Guyanais à rentrer à la maison
Du 17 au 19 mai derniers, au moyen de documentation, de diaporamas montrant les locaux avec du personnel mis en situation ou de rencontres directes avec des représentants des ressources humaines et des différents pôles en quête de personnel, la délégation a pu rencontrer plus de 500 personnes durant les deux jours du salon. Quand on sait que la prochaine promotion de l’IFSI en Guyane ne viendra pas couvrir tous les besoins du CHAR uniquement mais aussi ceux de Saint-Laurent-du-Maroni, de Kourou et également de sites antillais, il est urgent pour le CHC de recruter du sang neuf en provenance de toute la France. Et pourquoi pas de la Guyane ?!

Pour les natifs du “péyi” et les originaires de la Guyane, le Centre Hospitalier de Cayenne se met en quatre grâce à des conditions de recrutements alléchantes. Ainsi, l’hôpital prend en charge leur billet d’avion et s’occupe de leur logement de fonction le temps pour ceux qui viennent d’arriver de pouvoir trouver une solution sur place. Les conditions d’accession à la fonction publique hospitalière leur sont aussi présentées au même titre que celles pour mutations. Selon Murielle Mazia, "quand ils [les soignants guyanais] sont loin, ils n’ont pas la notion de l’évolution concrète au niveau du CHAR : ils entendent beaucoup de choses mais ce qui est concret, ils ne l’ont pas.

Résultat des courses : des Guyanais ont déjà sauté sur l’occasion et devraient commencer incessamment sous peu. Les raisons qui les poussent à vouloir regagner leurs pénates sont nombreuses. "Il y en a une qui nous a dit que son père est tout seul et qu’elle veut rentrer pour être auprès de sa famille.” De même que Gladys Mabialah, une infirmière libérale guyanaise et son compagnon qui ont pour projet de rentrer exercer en Guyane l’année prochaine. “On va pouvoir préparer notre rentrée en Guyane de manière sereine”, nous confie Gladys avec confiance. Pour elle, qui est âgée de 34 ans et qui a une appétence pour la chirurgie, « il y a de quoi faire » ; son compagnon de vie, qui a 37 ans, a un penchant pour le service psychiatrie. Tous deux veulent rejoindre de la famille vers Cayenne mais ne sont pas fermés à l'idée de travailler en commune.

D’ailleurs, en commune, les centres délocalisés de prévention et de soins (CDPS) “attirent”, toujours selon Murielle Mazia. Des médecins pédiatres hexagonaux qui viennent de partir à la retraite ont aussi exprimé leur intérêt pour venir y faire des missions.

Enfin, plus d’une quarantaine de personnes ont rempli des fiches pour signaler leur intérêt et leurs dates de disponibilité.

Pour les natifs du “péyi” et les originaires de la Guyane, le Centre Hospitalier de Cayenne se met en quatre grâce à des conditions de recrutements alléchantes. - Service communication du CHC

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 27.05.2022
medecine en Guyane

bien jouer! faut attirez les "vocations". A quand la fac de medicine en Guyane? Les jeunes ici qui veulent devenir medecin doivent aller aux Antilles, pas normal.

Répondre Signaler au modérateur
den97300 26.05.2022

Super ! Très belle et bonne initiative. Le Centre hospitalier recrute afin que les postes manquants soient pourvus. Ainsi, la qualite de soin n'en sera que meilleure et les conditions d'accueil seront nettement améliorées.

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 26.05.2022

Faut bien recruter là où se trouvent les compétences...lol
Índice : philosopher à la Ergojay n'en est pas une...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
A la une
1 commentaire