• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Obligation vaccinale : blocage au CHK

G.T Mercredi 3 Novembre 2021 - 11h23
Obligation vaccinale : blocage au CHK

Depuis hier matin, l'entrée du Centre Hospitalier de Kourou, est bloquée par certains de ses salariés syndiqués à l'UTG. Seuls les soignants nécéssaires au service minimum ont pu prendre poste. Un huissier - mandaté par la direction de l'hopital - est également présent pour constater l'occupation. 

 Un blocage est actuellement en cours au Centre Hospitalier de Kourou. Comme lors de la grève initiée en septembre dernier, le mouvement est suivi par le personnel hospitalier membre du syndicat de l'UTG. Ils s'opposent à l’obligation vaccinale et au pass sanitaire.

Alors que hier le personnel en grève empechait l'entrée des véhicules des employés qui venaient travailler. Aujourd'hui, ils bloquent également de nombreux soignants qui tentent d'y entrer à pied. Seul le personnel nécéssaire au service minimum a pu accéder au centre.

Selon un soignant du CHK, "les grévistes ont ce matin empêché certains soignants des urgences et de la maternité, d'entrer dans l'hôpital pour travailler. Les urgences tournent depuis ce matin avec seulement trois infirmier au lieu de cinq. Et la maternité avec une seule sage femme, qu'ils ont laissé passer pour potentiellement une vingtaine de femme sur le point d'accoucher ou l'ayant déjà fait".

Ce même soignant témoigne d'ailleurs de l'ambiance générale au sein du centre hospitalier "ceux qui travaillent sont épuisés, et certains sont même harcelés par les grévistes".

Olivier Monimenfou, Secrétaire Général adjoint de l'UTG au sein du CHK décrit l'action du jour : "il y a une loi qui dit que toutes les personnes qui ne sont pas vaccinées ne peuvent pas travailler au sein de l'hôpital. Le mouvement d'aujourd'hui a été de montrer à l'administration que si les personnes ne peuvent pas travailler, l'hôpital ne peut pas tourner. Nous avons effectué cela en laissant passer seulement les médecins et personnes vaccinées qui constituaient le service minimum du jour. Les personnes qui ne sont pas passées étaient celles qui n'étaient pas vaccinées et n'avaient pas d'assignation. On voulait ainsi montrait qu'il y avait une discrimination vis-à-vis des suspensions".

De leur coté, les gendarmes suivent la situation "en position d'observateurs, pour s'assurer qu'il n'y ait pas de débordements".

Un huissier est également sur place actuellement. Il a été désigné par le Directeur de l'établissement pour constater le blocage. Une procédure est donc en cours pour éventuellement évacuer les manifestants. A suivre sur France-Guyane.

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

g6d 04.11.2021

Plusieurs milliards de personnes vaccinées dans le monde sans problème particulier et beaucoup de Guyanais attendent toujours la catastrophe sanitaire liée à cette vaccination qui est tant annoncée sur les réseaux sociaux.

Répondre Signaler au modérateur
cap40 04.11.2021
C'est dur ...

C'est dur...d'apercevoir la défaite qui arrive à grand pas. Alors on bloque et on bloque encore...au nom de la liberté de pourrir la vie de ceux qui ont besoin de soins.La laideur citoyenne dans toute sa bêtise la plus crasse.

Répondre Signaler au modérateur
Zorglub1962 04.11.2021

Et ces gens prétendent que c'est l'état qui met en danger les patients !
C'est une farce !

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 03.11.2021
S’il faut donner une chance...

Il paraît qu’une isle paradisiaque Française recherche des brancardiers, aide ménagère,et cuisinières confirmées, c’est très bien payé ! ( une IMC élevée est un atout pour postuler)
Dumont Durville.

Répondre Signaler au modérateur
Miroslav 03.11.2021

Et si il y a un décès de malade pendant ce blocus. Qui sera tenu pour responsable ? Grosse prise de risque la part de l'UTG.
Le blocus de la SARA a déjà fait grincer beaucoup de dents. Attention à ne pas se couper de la population.

Répondre Signaler au modérateur
Rudy M. 03.11.2021

"il y a une loi qui dit que toutes les personnes qui ne sont pas vaccinées ne peuvent pas travailler au sein de l'hôpital. Le mouvement d'aujourd'hui a été de montrer à l'administration que ..." Ben, oui ... et ils ne sont pas vaccinés, donc "hors-la-loi" .. et ils viennent pour donner des leçons de droit à l'administration. Demain, des bons samaritains empêcheront tous ceux qui travaillent au noir de bosser pour montrer que la loi sur le travail illégal est idiote ...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
21 commentaires
1 commentaire
5 commentaires
2 commentaires
A la une
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos