• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le cancer de la prostate bientôt reconnu comme maladie professionnelle

FXG Jeudi 21 Octobre 2021 - 16h40
Le cancer de la prostate bientôt reconnu comme maladie professionnelle
Les ouvriers agricoles, et en particulier les retraités actuels, sont les premières victimes de l'exposition à la chlordécone. - Photos Archives France-Antilles

Comme attendu, le cancer de la prostate devrait être prochainement inscrit au tableau des maladies professionnelles. Une première reconnaissance pour les ouvriers agricoles, qui répond à une promesse d'Emmanuel Macron, en septembre 2018.

 Interpellé le 20 octobre par le sénateur écologiste du Morbihan, Joël Labbé, lors de la séance de question au gouvernement, le ministre de l'Agriculture et de l'alimentation, Julien Denormandie a indiqué qu'il allait très prochainement publier le décret relatif à l'inscription du cancer de la prostate lié aux pesticides au tableau des maladies professionnelles.

En effet, le 12 octobre dernier, la Commission supérieure des maladies professionnelles en agriculture (Cosmap) a rendu un avis favorable pour reconnaître le cancer de la prostate comme une maladie professionnelle pour ceux qui utilisent des pesticides à des fins professionnelles. " Je prendrai le décret conformément à l'avis de cette commission ", a indiqué le ministre.
La voie aux indemnisations

L'inscription de cette maladie au tableau des maladies professionnelles concerne évidemment tous les ouvriers agricoles antillais qui ont eu à manier le chlordécone. Rappelons que c'était une promesse du président Macron qu'il avait faite en septembre 2018 à l'occasion d'un déplacement en Martinique dans une exploitation agricole du Morne-Rouge polluée par le chlordécone.

Le sénateur écologiste, heureux de la réponse du ministre, l'a toutefois prévenu qu'il serait vigilant à ce que " les indemnisations incluent l'ensemble des victimes " et que " les conditions d'accès ne soient pas trop restrictives ". Il a ainsi rappelé les demandes des associations de victimes : un délai d'exposition de cinq ans et, pour la prise en charge, un délai à quarante ans.

Le collectif des ouvriers agricoles, lui, se bat aussi pour la reconnaissance des autres pathologies liées à l'exposition aux pesticides.

• Lire sur le même sujet - Tests chlordécone gratuits : ce qui freine les ouvriers agricoles

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

jayjay5 22.10.2021
clordecone

plus gros scandale medical de la planete, une honte! et apres y save pas pourquoi on veut pas leur "vaccin"...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
3 commentaires
23 commentaires
A la une
3 commentaires
1 commentaire