• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SANTE

Des infections nosocomiales au CHC ?

Ayodele GERMA / a.germa@agmedias.fr Vendredi 14 Janvier 2022 - 17h07
Des infections nosocomiales au CHC ?

 Les membres du Collectif Trop Violans ont manifesté ce matin contre "l'état d’insalubrité, d’infection et de détérioration du bloc opératoire" du CHC. Ils font état d'infections nosocomiales dont y auraient été victimes certains patients. Explications. 

 Munis de leur étendard et de banderoles aux slogans récriminatoires "Clara Dehors" ou encore "non au pass vaccinal", les militants du collectif Trop violans ont tenu, ce matin, un sitting devant l'hôpital de Cayenne. Si ces derniers mois, ils s'étaient plutôt illustrés par leur opposition au pass sanitaire et à l’obligation vaccinale, cette fois-ci, ce sont les conditions d’accueil des patients du CHC qui sont dans leur viseur. C'est Yvane Goua qui délivre la revendication du jour : « le fait que 4 blocs sur 6 soit fermés est inadmissible ! Nous dénonçons l’état d’insalubrité, d’infection et de détérioration du bloc opératoire du CHC », s’indigne la porte-parole du collectif. Et de poursuivre : « il y a des personnes intubées qui ont potentiellement été contaminées par des infections nosocomiales à travers l’outillage d’intubation".  Contactée plus tard par téléphone, la militante nous confirme qu' "au moins deux familles ont porté plainte et des autopsies ont été réalisées"
 
Graves accusations...
Par définition, les infections nosocomiales sont contractées au cours d’un séjour dans un établissement de santé ; des accusations que réfute le CHC.
 
Pour le directeur, Christophe Robert : "le CHC se réserve le droit, suite à ces propos publics et largement diffusés, d'entamer des poursuites pour dénonciation calomnieuse et propagation de fausses nouvelles visant à jeter le discrédit sur le service public hospitalier au moment même où ses agents, qui depuis 2 ans sont en première ligne sur le front de la pandémie, ont plus que jamais besoin du soutien de la population. Cette instrumentalisation des questions touchant à la santé des Guyanais n'honore pas ses auteurs dans un contexte qui appelle, au contraire, plus de solidarité, de reconnaissance et de respect mutuel."
Des travaux en cours
Contacté par téléphone, Patrice Albarel le directeur de l’ingénierie et du patrimoine du CHC nous confirme qu’il y a bien des salles du bloc opératoire qui sont inactives, mais pas autant que selon les allégations du collectif : "nous avons quatre salles qui sont viables, deux salles viscérales et deux salles gynécologiques. En règle générale, nous ne pouvons pas ouvrir une salle sans des contrôles particulaires (pour contrôler les particules en suspension dans l’air NDLR) et microbiologiques. Un contrôle est également effectué sur la qualité des éléments bio-nettoyés ". La EOHH, l’équipe opérationnelle d’hygiène hospitalière est la cellule du CHC qui est dédiée à cette tâche. Son rôle est d’effectuer les prélèvements règlementaires au sein du centre hospitalier.
Les travaux au bloc opératoire devraient s'achever à la fin du mois. -

Si ces tests se révèlent positifs aux prélèvements particulaires et microbiologiques, l’établissement est tenu de fermer les salles concernées et de réaliser les travaux nécessaires à leur mise en conformité. C’est pourtant ce qui s’est passé récemment et « nous avons dû fermer 3 salles. Dans deux des salles, des travaux sont en cours en raison de joins à restituer sur les parois. Cela peut effectivement être un générateur de résultats positifs d’où notre intervention pour des aménagements qui se dérouleront du 24 janvier au 1er février », détaille Patrice Albarel.
D’autres travaux devraient également être mis en route entre le 11 et le 28 février pour la réfection totale du sol sur le parcours de circulation du bloc opératoire. « Cette opération était prévue depuis l’automne dernier, mais il est difficile de trouver des prestataires pour les poses de sol conforme aux besoins des blocs opératoires. Nous avons finalement trouvé les professionnels à même de réaliser ces travaux très spécifiques », nous explique le directeur de l’ingénierie et du patrimoine du CHC.
Est également prévue, une sur-toiture au-dessus du bloc opératoire car « la toiture de la terrasse est régulièrement sujette à des fuites » ; les travaux devraient prendre fin en juillet. D’autre part « une réhabilitation totale du bloc opératoire est prévue sous 4 ans. Nous lancerons une mission d’étude de faisabilité en mars prochain », conclue Patrice Albarel.
Vaut mieux tard que jamais ? 
Inaugurée en 1992, l’état de délabrement du Centre Hospitalier de Cayenne est fréquemment décrié par les syndicats de professionnels soignants. A la question de comprendre pourquoi de tels travaux ne sont entrepris qu’en ce début d’année 2022, la cellule de communication du CHC nous indique qu'ils ont été initiés à partir du mois de mars 2021 par la nouvelle direction menée par Christophe Robert. Quant à Patrice Albarel, le directeur de l’ingénierie et du patrimoine du CHC, il nous explique qu’« en 2018 ces travaux ont été retirés du COPERMO » (Comité interministériel de performance et de la modernisation de l'offre de soins NDLR). Cette année-là, 40 millions d’euros avaient été approuvés par le Comité Interministériel dédié aux projets des hôpitaux: pour la construction d’un bâtiment de recherche, de trois centres de santé à Camopi, Papaïchton et Apatou ainsi qu'un hôtel hospitalier de 25 places dans l'enceinte du CHAR en vue de l’accueil des populations des communes éloignées.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
13 commentaires

Vos commentaires

Garimpo 16.01.2022
La faute à qui ?

Si cet hôpital bat de l’aile ?
A l’occasion d’une hospitalisation, une traînée de vomi sec tapissait le mur à un mètre de mon lit.
J’ai fait la remarque à la femme de ménage et ais été gratifié d’un tchiiiippp outré de la « soignante » me rétorquant que ce n’était pas son problème, le nettoyage des murs ne rentrant pas dans ses attributions.
Le médecin m’a par la suite expliqué que cette charmante « soignante » était déléguée syndicale UTG. Ceci expliquant cela.

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 16.01.2022

Brandon Narcisse va vous expliquer pourquoi vous dites n'importe quoi...

Répondre Signaler au modérateur
cap40 16.01.2022
Au delà....

Au delà des réactions hystériques de ce groupuscule nauséabond et insupportable dont le QI de ses membres laisse pantois ,Il y a vraiment de quoi être effaré de constater ce délitement de la Guyane dans de nombreux domaines et s'interroger sur l'emploi des deniers publics pour avoir laissé pourrir une telle situation qui est inacceptable.Pas grave...la "has been " Taubira va recadrer tout ça!

Répondre Signaler au modérateur
bozo 15.01.2022
Trop violants ou trop cons ?

Ils ont chopé le Covid, ils sont restés chez eux avec des soins à domicile qui ont été pris en charge par les contribuables.
Ils sont anti tout, ils critiquent tout,
mais que font ils pour améliorer les choses ?
Rien, ils continuent à se plaindre.
Des purs parasites de la contestation.

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 16.01.2022
Elle n’a pas le choix...

...elle a monté sa petite entreprise et comme tout entrepreneur elle se doit de la faire prospérer.
N’oublions pas qu’elle est de formation RH, experte pour embobiner ses employés.

Répondre Signaler au modérateur
g6d 15.01.2022

et les patients hospitalisées qui contractent le Covid19 grâce à la non vaccination de patients, sont-ils comptés dans ces cas que les accusateurs ne sont pas capables de dénombrer. Qu'en pense Mme Said élue de l'UTG au sein du CHC ?

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 16.01.2022
pas logique

comme d'habitude, votre peur de "covid" vous fait perdre la raison... vaccin, sa empeche pas d'etre contaminer ni de contaminer les autres...

Répondre Signaler au modérateur
cloclo 15.01.2022

Stop trop violans!
N'allez pas plus loin!
Formez-vous!
Ne dites pas du n'importe quoi.
Vous discriminez les personnels en charge de la vigilence infectieuse..

Stop, cessez de diaboliser ce qui n'est pas..
Sinon, le ChcAR aurait eu plus de mort...

Vraiment tout pour vous faire entendre, c'est bien, mais soyez honnête, intellectuel, connaisseur avant tout propos qui se retourne contre vous..
Stop

Répondre Signaler au modérateur
cloclo 15.01.2022

Stop trop violans!
N'allez pas plus loin!
Formez-vous!
Ne dites pas du n'importe quoi.
Vous discriminez les personnels en charge de la vigilence infectieuse..

Stop, cessez de diaboliser ce qui n'est pas..
Sinon, le ChcAR aurait eu plus de mort...

Vraiment tout pour vous faire entendre, c'est bien, mais soyez honnête, intellectuel, connaisseur avant tout propos qui se retourne contre vous..
Stop

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 15.01.2022

L'injure publique, qu'il s'agisse de traiter quelqu'un de de pian, d'âne ou d'autre chose, c'est plutôt de l'insignifiance il me semble Dtc…

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
5 commentaires
1 commentaire
A la une
2 commentaires
2 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos