• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SANTÉ

Covid-19 : le CHC sur le pied de guerre

Samuel Reffé Mardi 11 Mai 2021 - 11h39
Covid-19 : le CHC sur le pied de guerre
Les patients atteints des formes les plus graves du Covid-19 occupent actuellement 60% des lits en réanimation. - D.R.

 Vendredi 7 mai, 35 personnels du Service de santé des armées et du Régiment médical de l’armée de terre se sont posés sur le sol guyanais. Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, un module militaire de réanimation leur sera confié au Centre Hospitalier de Cayenne.

 Soutien d’envergure dans le cadre de la lutte pour contenir la troisième vague - le taux d'incidence du coronavirus était hier à 426 cas sur 100 000 habitants dans l’île de Cayenne - le service de santé des armées prend ses marques au CHC. Sur demande du Ministère des Solidarité et de la Santé, le Ministère des Armées a déployé en Guyane une trentaine de soignants accompagnés de cinq officiers logisticiens.

Basés dans plusieurs régiments de l'hexagone, les 35 personnels ont posé pied ce vendredi sur le territoire guyanais. Le module militaire de réanimation dont ils auront la charge permet le déploiement de six lits supplémentaires au CHC de Cayenne, “avec une possibilité de monter à huit” précise le professeur Hatem Kallel, chef du service réanimation au CHC.
"On n'est pas encore très bousculés"
Dans l’ensemble, les lits réservés aux patients atteints de formes les plus graves du Covid-19 étaient occupés à hauteur de 60 % ce mardi 11 mai. “On n’est pas encore très bousculés” assure le professeur Kallel, avant de préciser : “il y a toujours un décalage entre les vagues. La montée de la courbe épidémique se traduit par une montée de l’activité à l’hôpital puis de l’activité en réanimation, on mesurera l’impact des chiffres d’aujourd’hui dans 10 à 15 jours”.

L’élément militaire, déployé à plus grande échelle à Mulhouse en 2020 et à Mayotte, est désormais intégré dans le service de réanimation avec des locaux distincts, dans le cadre d’un fonctionnement autonome. “On a installé des circuits de fluide en nombre plus important ce qui a permis de créer une aile pour accueillir l’élément militaire de réanimation.” nous explique Christophe Robert, directeur du CHC. Le module militaire de réanimation, présenté ce lundi au préfet de Guyane et à la directrice générale de l'ARS a ainsi vu le jour. “C’est un renfort départemental, dès l’annonce de leur arrivée on a déclenché la possibilité de transfert des malades, en fonction de leur état, à partir des autres centres hospitaliers” poursuit Hatem Kallel.
Une première en Guyane
L’an passé, un hôpital médico-chirurgical de campagne, l’ESCRIM, avait été déployé le 28 juin au CHC. Cet élément de sécurité civile avait pour mission d’accueillir des patients "non-covid" afin de libérer des places pour les patients atteints du Covid-19. “Cette fois c’est une équipe spécialisée en réanimation qui vient pour des patients en détresse respiratoire.” détaille le directeur du CHC. Une première en Guyane. Des militaires du service de santé des armées avaient déjà été déployés au CHOG à Saint-Laurent-du-Maroni le 10 juillet 2020 pour venir en soutien aux soignants durant la deuxième vague de contaminations.

Le module militaire de réanimation promet un nouveau mode de fonctionnement dans ce service crucial : “il y a un interfaçage certain mais il sont assez autonomes et indépendants dans cette opération.” assure le professeur Hatem Kallel. Et si la régulation médicale est ciblée et centrée - une seule personne régule les entrées et sorties en réanimation - éviter le dépassement des capacités en réanimation par un travail de concert entre soignants de l'hôpital et de l'armée est désormais le "nerf de la guerre".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 12.05.2021
Atali avait predit le covid...

Atali, celebre conseiller de Miterand avait donner un entretien dans un livre il y a 30 ans, il avait deja dit que le covid allait etre mis en place pour tuer les vieux car ils coutent trop cher à la société. C'est publier sur tous les reseaux sociaux mais curieusement la presse n'en parle pas (souci d'étouffer la vérité?).

Répondre Signaler au modérateur
cap40 11.05.2021
chouette...

Chouette...Les djihadistes-complotistes de la non vaccination vont pouvoir contaminer un peu plus...

Répondre Signaler au modérateur
Parbo 12.05.2021
Cap40

Tu as trouves que ça dire comme conneries !!!
Tu devrais te rejouir de cet afflu pour la Guyane.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
1 commentaire