France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
VOYAGEURS

La galère d'un faux-positif pourtant déjà vacciné lors de son arrivée à Orly

France-Guyane Vendredi 30 Avril 2021 - 11h18

Le test PCR effectué aussi le 27 suite au faux-positif du test antigénique qui aura contraint notre voyageur à rallier Paris à l'Espagne par la route. Résultat négatif ! - DR

 Nous avons choisi de vous partager ce témoignage d'un de nos lecteurs parti de Guyane pour aller travailler en Espagne et à qui les autorités aéroportuaires ont interdit de prendre sa correspondance, le considérant comme positif alors que vacciné. Les nombreux dysfonctionnements logistiques qu'il a constaté l'ont même poussé à s'interroger. Les faux résultats qui auraient été attribués à lui et deux autres vaccinés pourraient-ils être ceux de personnes véritablement malades ? 

Résultat : notre lecteur n'a pas pu prendre sa correspondance et a dû à ses frais louer un véhicule pour conduire jusqu'en Espagne... où en arrivant il a découvert les résultats négatifs du PCR du matin-même !

Retrouvez ici son récit ainsi qu'en photo les différents documents relatifs.

J'ai décidé de vous écrire pour dénoncer le traitement que les autorités nous ont réservé à Paris Orly à l'arrivée du vol Air France parti de Cayenne le lundi 26 et atterri à Paris le 27 avril.

Nous avons quitté l'avion en petits groupes de 20-30 personnes (l'avion ne comptait qu'environ une centaine de passagers) puis on nous a déposé dans une salle d'embarquement avec des guichets pour effectuer les tests à l'arrivée. L'attente pour effectuer le test a été d'environ une heure.

Après les prélèvements, nous sommes passés dans une zone d'attente où il n'y avait pas assez de sièges pour tous les passagers, on nous a alors annoncé que l'attente pour le résultat serait de 15 minutes. On attend…
Problème informatique
Après plus de 45 minutes, on nous annonce finalement que le système informatique a un problème et que les résultats seront donnés "bientôt". Nous avons chacun une feuille avec nos renseignements et un numéro de prélèvement.

Dans la salle d'embarquement-prélèvement il y a beaucoup de personnes, dont moi, qui doivent prendre une correspondance le jour même, et qui demandent des explications de ce retard. Aucune aide nous est offerte.

Au contraire les employés dédiés aux prélèvement et à la gestion de cet événement demandent des renforts à la police aux frontières puisque les voyageurs commencent à se plaindre de cette attente. Certaines personnes âgées ont besoin d'assistance, d'autres qui posent des questions en Anglais sont ouvertement ignorées avec des réponses en Français (nous sommes à l'aéroport, on s'attendait un minimum d'Anglais).

Plus d'une heure après le prélèvement, ils appellent 4 numéros, dont le mien, et ils nous annoncent… que nous sommes positifs! Nous sommes éloignés du reste du groupe de passagers et ne recevons aucune information pendant encore plus d'une heure. Pendant ce temps, nous sommes obligés d'attendre assis devant les toilettes.
Des positifs pourtant déjà vaccinés
En parlant avec mes nouveaux copains de voyage eux-aussi positifs, nous nous rendons compte que sur quatre personnes positives à ce test antigénique à l'arrivée, nous sommes pas moins de trois à être vaccinés de deux doses Pfizer. Un patient vacciné positif, on pensait que c'est quand même un événement assez rare, imaginez trois!

Ici nous nous rendons compte combien la situation tient de l'absurde puisque le responsable de la salle commence à appeler des numéros qui ne correspondent à aucun voyageur… puis il appelle des voyageurs qui ne sont pas de notre vol! Apparemment le "bug informatique" a repêché dans son systèmes d'anciens voyageurs des jours précédents. Voire mélangé des anciens tests ? Alors que personne n'a encore répondu aux appels, une dame réagit à l'un des noms en indiquant qu'il s'agit d'une connaissance à elle qu'elle sait avoir pris l'avion plusieurs jours auparavant !
Refus du renouvellement du test
Face à cette absurdité, je demande que notre test soit renouvelé : s'agissant d'un test antigénique, le résultat est immédiat après une quinzaine de minutes. On pourrait ainsi vérifier comment nous trois -considérés comme positifs depuis ce dernier test alors que vaccinés- avons vraiment eu la malchance d'attraper un variant extrêmement agressif et que nous sommes vraiment malades.

Impossible, me répond-t-on. Le test est unique et ne peut pas être refait : obstruction totale de la part du responsable de salle quant à la répétition des tests antigéniques.

Pendant que les voyageurs négatifs effectuent leurs formalités, ils nous informent qu'un test PCR nous sera fait pour vérifier si nous sommes porteurs d'un variant COVID. Les résultats seront disponibles d'ici 24 heures.

Je parviens à attraper une conversation entre le chef de salle et une infirmière : "Si on commence à refaire ne serait-ce qu'un seul test ; alors il faudra tous les refaire".

Le responsable de salle nous indique nos droits (plutôt nos obligations). Comme ne pas quitter notre zone d'isolement pendant dix jours, nous devrons ensuite faire un test et que nous n'avons pas le droit de sortir même pas pour faire nos courses : nous devons nous faire livrer.
Pas de solution de la part des autorités
Problème : je suis en correspondance pour aller en Espagne pour travailler. Mon cas n'est pas prévu dans leur programme. On fait quoi?

Après une longue négociation (c'est moi qui leur ai proposé la solution) : j'arrive à donner une adresse en Espagne pour effectuer l'isolement de 10 jours mais je dois quitter l'hexagone le jour même et sans prendre l'avion.

Le responsable me dit d'avoir informé la compagnie aérienne VUELING de mon prélèvement positif et que je ne pourrai donc pas monter à bord.

Vers midi, arrivée de l'autorisation du préfet, je signe les documents d'isolement et je suis accompagné à pied par deux policiers jusqu'à la zone de bagages où je retrouve ma compagne.

J'ai donc été obligé de prendre un véhicule de location à mes frais et de me rendre en Espagne en voiture, dans la journée. Le soir, en Espagne, je reçois le résultat du PCR qui dit que mon prélèvement est négatif.

Quelques questions se posent : est-ce que j'ai eu un faux négatif ? Pourquoi le test n'a pas tout de suite été répété? Avoir 3 positifs vaccinés (rarissime) ne soulève-t-il pas quelques doutes sur les tests effectués ? Le médecin qui a signé le test antigénique ne nous a jamais consulté, ausculté, ni même posé des questions, pourquoi ? Pourquoi on ne nous a pas posé de questions par exemple pour isoler les cas contacts ? Est-ce que ce bug informatique a mélangé les résultats ? Mais surtout, est ce que les quatre cas qui seraient positifs (s'ils existent) sont partis dans la nature à notre place ?

En tout cas, nous avons été traités comme de la marchandise pourrie et l'opacité de la gestion de mardi matin cache peut être une vérité de mélange de tests qui démontre l'incapacité à gérer cette situation.
Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
9 commentaires

Vos commentaires

cap40 02.05.2021
Bienvenue en absurdie...

1- Constat: l'ensemble des variants (brésilien, indien, sud africain anglais lunien et martien etc...) circule en métropole...
2- le 3 Mai fin des restrictions de déplacements interrégionaux sans tests ni impératifs "impérieux" pour les résidents métropolitains
3- le voyageur guyanais lui a droit à un traitement beaucoup plus allégé: test RTPCR plus Test antigénique, plus motif impérieux au départ de Cayenne puis rebelote à Orly puis mise en quarantaine sur un lieu déclaré avec sortie de 10 à 12 h puis contrôle inévitable des forces de l'ordre 3 fois en 3 jours (véridique pour un ami parti à Nice pour raisons médicales)

Bref bienvenue en absurdie...

Répondre Signaler au modérateur
cap40 02.05.2021
Bienvenue en absurdie...

1- Constat: l'ensemble des variants (brésilien, indien, sud africain anglais lunien et martien etc...) circule en métropole...
2- le 3 Mai fin des restrictions de déplacements interrégionaux sans tests ni impératifs "impérieux" pour les résidents métropolitains
3- le voyageur guyanais lui a droit à un traitement beaucoup plus allégé: test RTPCR plus Test antigénique, plus motif impérieux au départ de Cayenne puis rebelote à Orly puis mise en quarantaine sur un lieu déclaré avec sortie de 10 à 12 h puis contrôle inévitable des forces de l'ordre 3 fois en 3 jours (véridique pour un ami parti à Nice pour raisons médicales)
Bref bienvenue en absurdie...

Répondre Signaler au modérateur
MAGOU 01.05.2021
NEURONE TONIC !!!

Un seul neurone suffit pour constater que le lecteur voyageur de FG est vacciné depuis trois jours à son arrivée à Orly
(pas vacciné par anticipation au 24 mai suivant la légende)
Donc: contamination potentiellement possible !!!
Le neurone "NAZI" suspicieux de nature trouve étrange ce rappel à moins de quatre semaine pratiqué habituellement en Guyane.
Urgence du voyage ???
Cela ne remet pas en cause le déroulé des évènements à Orly.
L'Intelligence Artificielle bien que dotée d'une capacité d'analyse hors du commun ne comprend pas qu'autant de conneries puissent être écrites à ce sujet.

Répondre Signaler au modérateur
Georges de Cayenne 01.05.2021
La biologie n'est pas une science exacte

La biologie n'est pas une science exacte et vouloir établir des règles administratives et juridiques sur des bases biologique relève de la quadrature du cercle. Les faux positifs et les faux négatifs existent pour tout examen biologique et quand on a affaire à des employés qui n'ont qu'un seul neurone pour juger de situations de ce type, on en arrive à ces situations dignes d'un régime nazi ! Tout résultat biologique doit s’interpréter dans un contexte clinique et c'est le travail d'un médecin, pas d'un technocrate. Il est inconcevable que ces passagers n'aient pas pu consulter un médecin sur place pour aider ces passagers à sortir de cette impasse kafkaïenne. A sa place, je porterai plainte pour demander des dommages et intérêts. Ça passe ou ça casse mais qui ne tente rien n'a rien et ça refroidirait peut-être les ardeurs administratives de ces technocrates qui semblent être davantage payés pour harceler les citoyens que pour veiller sur leur santé... Il pouvait très bien y avoir plusieurs faux négatifs porteurs du variant brésilien dans ce groupe de passager et eux auront pu tranquillement sortir de l'aéroport et contaminer d'autre personne pendant leurs deux heures de sortie autorisée !

Répondre Signaler au modérateur
cap40 01.05.2021
Kafka

Kafka remis au goût du jour en France...
Lamentable pour un pays ...développé???

Répondre Signaler au modérateur
francoisrob 01.05.2021
BIS

Même chose ici. Test antigénique positif pour mon fils. Branle bas de combat. ARS. Rectorat. Classe fermée. Club de sport à l'arrêt. Sur consigne de l'ARS, test PCR le lendemain : Négatif!

La classes restera fermée pour un faux positif...

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 01.05.2021
Test bidon

Ces tests sont de l'arnak pure et simple, il a été prouver que meme le coca cola declenche un faux positif... Regardez les videos sur reseaux sociaux, ces test ne sont pas fiable!

Répondre Signaler au modérateur
Gigacyril 30.04.2021

Je constate que la situation était encore chaotique à votre arrivée à Orly. Pour ma part, j’ai fait le vol Cayenne-Paris Orly du 26-27 avril. Ils m’ont fait rater ma correspondance alors que j’avais 3 heures pour faire leur circuit mal organisé (désorganisé serait un peu fort). Tout a commencé par un ordre pas très logique pour évacuer l’avion (sans tenir compte de ceux qui avaient une correspondance et de la durée de ce maudit circuit) : classe business, puis les « gueux » rang par rang. Au pied de l’avion, après une petite attente dans le froid matinal, un bus nous a emmené à l’autre bout de l’aéroport, tels des pestiférés. Nous sommes donc rentrés dans un hall (abandonné ?) dans lequel une chaîne de détection COVID avait été armée. À droite une file d’attente interminable, à gauche une voie réservée aux passagers en transit. Ma première impression est très bonne, tout cela me semble prometteur. Sauf que les minutes défilent, les heures défilent, l’attente est pénible (surtout pour les jeunes enfants et les personnes âgées, certains esprits s’échauffent, aucune communication par les autorités, on se sent comme du bétail, un peu otages même. Enfin le test antigénique ! Puis vient à nouveau une longue attente, 1 heure (je croyais qu’on avait un résultat en 15 minutes ?). Je surveille ma montre et vois l’espoir d’avoir ma correspondance s’éloigner. Une « infirmière en chef » m’annonce un résultat négatif (quelle surprise...), elle commence à jouer les maîtresses et me fait un cours sur la COVID, en me prenant de haut. Je lui sors que j’ai pas le temps de l’écouter et que j’ai un avion à prendre. On se prend la tête : bienvenue à Paris ! Ensuite les policiers de la PAF me font signer un arrêté nominatif en me rappelant les consignes pour la future quarantaine (je les ai trouvés très bien et efficaces, au passage). Puis ça se complique car il faut attendre le bus (qui effectue des rotations) pour être ramenés au terminal 3. Le responsable du chargement n’arrête pas de parler dans son talkie-walkie : il me semble totalement dépassé par la situation, surtout que nous sommes plusieurs à lui mettre la pression. Une équipe de TV interviewe les plus dociles d’entre nous. Soudain une passagère est mise à l’écart car testée positive (sa famille ne comprend pas, c’est la consternation vu que le test PCR de 72h et l’auto-test de Matoury étaient négatifs). Cette passagère a droit à un test PCR et doit attendre longtemps sur place. Un anglais me demande des infos vu que l’aéroport ne communique pas, du moins personne ne parle anglais (euh, allo quoi : on est bien dans un aéroport international ??). Enfin un bus : reste à être suffisamment nombreux pour qu’il accepte de partir... Le bus nous ramène au terminal 3 : je réalise à quel point nous étions loin, très loin, à l’autre bout de l’aéroport. Sans surprise, j’ai raté ma correspondance, je suis furieux. En résumé : une organisation remarquable au départ à Matoury, et un accueil peu aimable et très mal organisé à Orly. Tout ça pour quoi : pour finir bloqué chez soi en métropole pendant 10 jours, contrôlés régulièrement par des gendarmes. Quid des nombreux métros asymptomatiques porteurs du variant britannique et qui ont fait des réservations un peu partout en métropole suite aux annonces du Président ? Drôle de gestion de crise...

Répondre Signaler au modérateur
jl06 30.04.2021

Si ce récit est vrai c'est vraiment scandaleux de traiter les passagers de la sorte et de ne pas refaire les tests s'il y a un bug.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
4 commentaires
6 commentaires
4 commentaires
A la une
1 commentaire