• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
COVID -19

Clara De Bort : "j'ai fait des erreurs de communication et j'en referai, comme tout le monde"

Propos recueillis par Ayodele GERMA Lundi 15 Novembre 2021 - 10h43
Clara De Bort : "j'ai fait des erreurs de communication et j'en referai, comme tout le monde"
Clara De Bort, Directrice de l'Agence Régionale de Santé - AG

 La directrice de l'Agence Régionale de Santé, Clara De Bort fait le point sur la gestion de la crise sanitaire. Mesures contraignantes à l'endroit des professionnels du parcours de santé qui s'opposent à la vaccination, pass sanitaire, carnaval 2022. Tour d'horizon de décisions souvent controversées. 

A ce stade de la crise sanitaire, quel bilan tirez-vous?
C’est une épidémie qui pèse sur les populations et qui pèse énormément sur leur quotidien. Les enfants ont payé un lourd tribu avec les cours interrompus. 316 familles ont perdu un proche en raison de ce virus et une personne sur trois a été atteinte et en garde les séquelles. Les séquelles, même d’un covid non grave, ce sont des sortes de brouillards mentaux, un essoufflement à monter les escaliers, une grande fatigue, des douleurs qui peuvent durer des mois.
Une étude récente, publiée par l’institut Pasteur de Guyane, fait état de 63,9 % de la population qui serait immunisée contre le coronavirus. Comment interprétez-vous ces résultats?
Ils n’ont pas forcément développé une immunité. Mais ils ont des anticorps dans leur sang. Leur corps a rencontré soit le virus, soit le vaccin. Il n’est pas dit que ça repose également sur un seul type d’anticorps, et s’il va durer. Mais il est mieux d’avoir des anticorps que de ne pas en avoir du tout. Cela les préserve sans doute contre les risques de développer des formes graves, s’ils étaient à nouveau exposés aux virus. Cette étude nous montre aussi que le virus a circulé différemment dans les communes. Elle a été réalisée sur 2 000 personnes volontaires en provenance de diverses communes.
Le taux de vaccination est de 32% actuellement en Guyane. Comment percevez-vous ces chiffres?
Sur la population des plus de 12 ans, désormais, une personne sur trois est vaccinée. 85 000 personnes ont au moins une dose. C’est déjà bien, même si nous aimerions qu’il y en ai beaucoup plus. On peut toujours attraper le virus après avoir été vacciné mais si les personnes sont asymptomatiques ou ont juste un léger rhume, ce n’est rien. Elles vont faire attention et se reposer. Avec le vaccin, ce que nous souhaitons aujourd’hui, c’est d’éviter des morts.
Avec la mise en place progressive du pass sanitaire, certains représentants des Insoumis, mais aussi du Rassemblement national, de passage en Guyane, ont pu parler d’une obligation vaccinale de fait à l’endroit de la population; dans la mesure où les personnes non vaccinées « sont condamnées à une sorte de mort sociale », et si elles ne se font pas tester régulièrement. Qu’en pensez vous ?
Il y a beaucoup de gens en Guyane qui ne vont jamais au cinéma, au restaurant ou en week-end en carbet. Le pass sanitaire en Guyane s’adresse de fait à une population plutôt privilégiée, et qui, comme par hasard, est la plus vaccinée. Les personnes les plus pauvres ou les plus éloignées du système de santé, sont celles sur lesquelles le pass sanitaire ne va, de fait, pas s’imposer, parce que malheureusement elles n’ont pas les moyens d’aller dans des activités qui sont soumises au pass. Non, ce n’est pas une obligation détournée, mais il est important que dans des lieux comme les restaurants, où on enlève les masques, où l’on parle fort et on rit, les personnels aient la garantie d’avoir en face d’eux des clients vaccinés ou testés.
Les infirmiers, médecins, personnels et professionnels en rapport avec le parcours de soins ont obligation de se faire vacciner à défaut de quoi leur rémunération et leur droit d’exercer sont suspendus. Ils ont dénoncé ce qu'ils qualifient de menace au porte-feuille. Comprenez-vous ces récriminations?
Les infirmiers ont déjà plusieurs obligations qui ne s’imposent pas au reste de la population. En rentrant à l’école d’infirmiers, on vous demande de faire une vaccination contre l’hépatite, et tant que ce n’est pas fait, vous ne pouvez pas commencer vos études. Et cette obligation vaccinale n’est pas du tout imposée à la population générale. Par ailleurs et par exemple, la liste d’obligations vaccinales des vétérinaires , est encore plus importante.
Mais eux, ne sont pas sanctionnés par la suspension de leur salaire et leur droit d’exercer… ?
Ce n’est pas une sanction, ce n’est pas une peine. Il n’ y a que le juge disciplinaire ou le juge pénal qui peut prononcer une peine. Ce n’est pas une sanction, par contre, vous vous mettez en situation de ne plus pouvoir exercer. Vous avez eu le choix d’un métier dans lequel il y a des obligations vaccinales, que vous avez accepté d’ailleurs .
La preuve que non, au vu des manifestations des syndicats infirmiers qui se sont fermement opposés à l’obligation vaccinale…
Les obligations vaccinales précédentes, vous (les personnels soignants, ndlr) les avez accepté, sinon vous ne seriez pas infirmiers diplômés d’Etat. C’est l’Etat qui détermine les conditions d’obtention de ces diplômes et les conditions de leur exercice. Ce sont des métiers protégés par le droit. Et la contre-partie de cette grande responsabilité ce sont certaines obligations de formation et de vaccination.
La semaine dernière s’est tenue une rencontre avec les acteurs culturels au sujet de la préparation du carnaval dans les meilleures conditions possibles. Que ressort-il de cette réunion ?
Différents acteurs de Saint-Laurent, Kourou, Cayenne étaient présents. Nous étions une quarantaine en tout, et nous avons discuté des activités carnavalesques; certaines étant plus probablement à risque que d’autres. On sait que les activités de plein air sont moins à risque que celles dans les salles de bals.
L’Assistance publique et les Hôpitaux de Paris ont réalisé, au mois de mai dernier, lors d’un concert de 4000 personnes donné par le groupe Indochine, une étude comparative. Entre l’échantillon de cas négatifs allés au concert et ceux restés à la maison, il n’ y avait pas eu plus de cas de contamination chez les personnes qui ont assisté au concert. Pour cette étude, les personnes à risque ont été écartées. Un concert debout, sans buvette dans une salle fermée. Il y avait, à peu près, le même taux de vaccination à ce moment là, qu’actuellement en Guyane.
Suite aux premières discussions, sous quelles conditions le carnaval pourra-t-il avoir lieu ?
Ce n’est pas encore très précis. Je m’attendais à ce que des propositions émanent des invités. Sur la question de la jauge, du pass sanitaire, des mesures spécifiques…
En fin d’année dernière, les organisateurs de la Rasta chic ont conçu et expérimenté un protocole sanitaire strict. Ne peut-on pas s’en inspirer?
A ce moment là, le virus circulait un peu moins, il n’ y avait pas de pass sanitaire et la vaccination n’était pas encore mise en place. On connaissait aussi beaucoup moins le virus, le taux d’incidence était plus bas. Il n’ y a aucun moyen aujourd'hui de connaitre le taux d’incidence en début d’année prochaine. Il faut qu’on fasse attention à tout type de certitude. Le virus est fourbe et arrive toujours à nous contredire.
Le taux d’incidence tourne autour de 135 / 100 000 habitants. N’est-ce pas le moment de déconfiner le dimanche? Qu’attend-on au sein de la Cellule Interministérielle de Crise ?
Je rappelle qu'il est possible de sortir le dimanche si, par exemple vous allez au Zoo Guyane, vu qu’il est soumis à la présentation d’un Pass Sanitaire. Mais en règle générale, nous nous donnons une quinzaine de jours entre la mesure d’allègement précédente et la suivante. On a bon espoir que le dimanche suivant (le 21 novembre, ndlr) puisse être déconfiné. Mais il ne faut pas qu’on soit soumis à une dictature des chiffres. Chaque territoire a ses propres mesures et ses propres échanges avec ses élus et ses socio-professionnels. Nos socio-professionnels ont demandé, très tôt, de privilégier des activités plus formelles, soumises à pass sanitaire, au détriment des activités informelles. Soit on demande que les mesures soient prises intra-territorialement, soit on demande que les mesures soient automatisées par des ordinateurs en fonction des chiffres. Nous avons tout intérêt à renforcer la concertation en locale.
On vous a reproché des erreurs de communication, notamment dans l’un de vos tweets sur les « lapins dans les phares d’une voiture ». Reconnaissez-vous ces erreurs?
Je sais que j’en ai fait. Et j’en referai, sachez-le, comme tout le monde. Je ne pense pas que les Guyanais décident de ne pas se faire vacciner parce que la DG de l’ARS aurait fait un tweet. J’y ai souligné la position assez désespérante des complotistes. Et j’ai été étonnée que certains se sentent visés.
Il y a des gens qui hésitent, qui veulent plus d’informations, qui n’ont pas eu le temps ou qui ne se sentent pas concernés par le vaccin.
Par contre, il y a des mouvements mondiaux de complotistes, « QAnon » par exemple, qui écoutent un ou plusieurs gourous et n’écoutent plus qu’eux. Ce sont ces gens qui sont comme des lapins dans les phares d’une voiture, ils n’arrivent plus à se rendre compte qu’ils sont en danger, parce qu’ils vont se faire écraser par la dite voiture.
On peut aussi se parler de ces mouvements de désinformation, organisée par de grand groupe mondiaux avec des algorithmes qui enferment les gens dans des bulles d’informations...
Selon certaines rumeurs, votre mission au sein de l'ARS arriverait à son terme. Qu'en est-il réellement? 
Je suis nommée en Conseil des Ministres et « dénommée » en Conseil des ministres, comme les Préfets et les Recteurs. Je suis là pour rendre service et je ne possède pas mon poste. Je ne suis pas accrochée à mon poste. Par contre, je suis heureuse d’être ici. J’ai encore plein de choses à faire et je pense avoir encore la confiance du gouvernement. Ce qui compte pour moi, c’est le territoire avec les Guyanais et les Guyanaises.



Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
27 commentaires

Vos commentaires

pengyou 17.11.2021
Femme Djok

Clara de Bort, vous êtes une femme courageuse, admirable, compétente. Félicitations pour la gestion de cette épidémie dans notre département . Un exemple pour les jeunes femmes, vous qui avez su faire face aux difficultés, aux réactions négatives envers votre personne et particulièrement venant de machos .

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 17.11.2021
pas vrai

elle est pas conpetente, elle a etait nul et elle a meprisez les Guyanais... Vous vous etes fait prendre par son "charme metro", sa aurait etait un homme, vous auriez vu son inconpetence comme tout le monde...

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 17.11.2021

Et vous, quelle est votre compétence ? Médecin épidémiologiste ? Sociologue ? Chercheur dans un domaine spécifique ? Non, juste un beauf qui énonce ses opinions en imaginant que tout se vaut...le drame de la médiocrité intellectuelle sur internet.

Répondre Signaler au modérateur
melimélo973 19.11.2021
les intellectuels intellectualisés

Miséreux chez eux, se prennent pour des bourgeois intellectuels chez les autres :), dans le cercle ou dans le cargo svp

Répondre Signaler au modérateur
Vieux blanc 19.11.2021

Gaston Monnerville, "tout citoyen est chez lui sur le territoire de la République"

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 20.11.2021

Faut freiner sur la belle caresse ma chère...

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 20.11.2021

Faut freiner sur la belle cabresse ma chère...

Répondre Signaler au modérateur
melimélo973 20.11.2021
Vive le rhum!!!!!!

Non non d'ailleurs il faut que je me renseigne sur l'éventualité de la faire couler directement à mon robinet ( le chauffeur de bus ne passe pas assez souvent pour m'emmener en acheter). Bon sinon j'attends encore votre embarquement dans ce cargo avec Dora, il y a des cantinières qui attendent pour prendre sa place.

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 21.11.2021

Pas étonnant qu'il ne passe pas le chauffeur...il doit être en grève car on lui a demandé de faire son travail. La cantinière doit préparer le barbecue des obèses devant l'hôpital et ils dissertent de leurs compétences médicales, sociales...en tout cas, un bel effort pour rappeler à quel point le guyanais ahouahouahou est xénophobe dès qu'on le contredit. Comme quoi 1848...lol

Répondre Signaler au modérateur
melimélo973 22.11.2021
EXACTEMENT!

C'est ça!!! Vous avez tout compris. Je lui dis au chauffeur de me prévenir quand même avant de faire grève, mais non, il n'en fait qu'à sa tête. Et la cantinière doit avoir les mêmes compétences que Luz Clarita aux vues du résultat de son action sur le département hein!!! Les compétences ne se vérifient pas sur le papier mais dans les résultats! Alors VIVE LE RHUM! VIVE LA RÉPUBLIQUE! Bon j'ai vu avec le chauffeur, il m'a promis de ne pas se mettre en grève pour pouvoir vous déposer au port. Il était pas très content mais sait que c'est pour la bonne cause! Pour célébrer ça je m'en vais de ce pas me faire une bonne ratatouille. Mais bon dès que vous serez parti j'irai prendre un bon haricots rouges en face de l'hôpital

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 23.11.2021

Et dites moi, vos compétences pour l'analyse des résultats se basent sur ? Les dominos ? les braises du barbecue ? Le vol des urubus ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
1 commentaire
10 commentaires
A la une