• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
POLITIQUE

Serville aux Outre-mer pour plaider une communication apaisée envers les Guyanais

Xavier-Paul Le Pelletier Jeudi 29 Juillet 2021 - 18h47
Serville aux Outre-mer pour plaider une communication apaisée envers les Guyanais
Le ministère des Outre-mer, rue Oudinot à Paris - Shutterstock

 En déplacement à Paris pour la semaine, une partie du nouvel exécutif territorial, avec à sa tête Gabriel Serville, est allée à la rencontre des cadres du ministère des Outre-mer. Objectif : apporter des solutions à une situation sociale qui pourrait encore se dégrader si le dialogue autour de la crise sanitaire ne saurait trouver un meilleur écho auprès des Guyanais.

 C'est à l'occasion du déplacement parisien pour l'assemblée générale des départements de France à laquelle était conviée la CTG que Gabriel Serville a choisi d'établir un programme de rencontres avec les têtes pensantes du ministère des Outre-mer. Avec à ses côtés Thibaut Lechat-Vega -son nouveau troisième vice-président- Gabriel Serville a donc rencontré le jeudi 29 juillet le directeur adjoint de cabinet du ministre Sébastien Lecornu, accompagné du conseiller Santé et du conseiller Économie de ce dernier. 

À l'occasion de son ultime rencontre avec le ministre, à la suite des élections, le nouveau président de la CTG avait largement débattu des modalités à mettre en place afin que l'État puisse soutenir la collectivité "à hauteur de 40 à 80 millions d'euros par an, afin de pouvoir garder la tête hors de l'eau", rapportait Gabriel Serville à France-Guyane. Il était cette fois question auprès des conseillers du ministre de s'attacher à prendre la mesure de la dégradation du climat social en Guyane. Tout comme de la défiance toujours plus palpable de l'opinion vis-à-vis des communications officielles. Dans un contexte de mise en application précipitée et non-concertée du pass sanitaire, d'une économie déjà fragilisée qui pourrait grandement souffrir des conséquences de ce dernier et avec la perspective d'une rentrée scolaire qui pourrait être socialement des plus agitées.
Des Guyanais déconsidérés
"Si les pompiers non-vaccinés de l'aéroport (18 sur 25, ndlr) devaient être contraints au respect de la stricte application de la loi, cela pourrait mettre en péril la sûreté et la sécurité aéroportuaire, compromettant ainsi la survie économique et sociale de la Guyane" s'est attaché à nous rappeler celui qui ne sera plus député le lundi 2 août et qui pourra pleinement se consacrer à sa mission de gestion de la collectivité territoriale de Guyane.

Loin d'être simplement interpellé par cet exemple concernant les pompiers, c'est aussi des manifestations de soignants qu'il estime que le gouvernement devrait se préoccuper : "Déjà que nous avons les plus grandes difficultés à convaincre du personnel soignant de venir s'installer en Guyane, si en plus ceux qui sont déjà en place se sentent malmenés au point de jeter leurs blouses devant la direction de l'ARS, on court à la catastrophe" analyse-t-il pour nous, rappelant au passage qu'il a aussi évoqué la situation des employeurs de ces potentiels futurs sans-emploi.

"La loi ne prévoit aucune mesure d'accompagnement financier dans l'application de ses mesures. Elle a été rédigée de telle sorte que l'on a l'impression qu'elle laisse les employeurs seuls. Alors qu'un bon nombre devraient être dans l'impossibilité de payer les indemnités de licenciement et que le texte ne prévoit aucune rupture conventionnelle" poursuit Gabriel Serville qui aurait au passage choisi d'amener la discussion sur la question des 550 élèves de Troisième et leurs familles qui risquent à la rentrée de ne pas trouver d'affectation ; alimentant ainsi ce climat au sein duquel toujours plus de Guyanais se sentent déconsidérés. 
La faute à une " mauvaise Com' "
Aussi, ce dernier aurait lourdement insisté auprès du cabinet du ministre afin qu'il puisse y avoir une modulation dans les décrets d'application afin qu'ils soient adaptés aux particularités des Outre-mer. Selon ce dernier, cette dégradation générale du climat social est le fruit d'une dissonnance au sein de la communication en Guyane des différents représentants de l'État et autres collectivités dès le début de la crise Covid. 

"J’ai tenté de mettre en place une démonstration afin de leur faire comprendre que nous ne partageons pas les mêmes éléments d’appréciation et donc de compréhension. Les forces en présence doivent nécessiter qu’elles se rassemblent et qu’elles parlent le même langage pour éviter tous ces quiproquos et malentendus qui ont pu être portés à la connaissance de la population de Guyane. Une population qui face à ces valses d’hésitations est passée d’une situation de méfiance vis-à-vis de la parole publique à une véritable défiance, nous explique le nouveau président Serville. Il nous faut donc faire en sorte que les différentes entités qui gèrent l’organisation de la vie en Guyane sachent trouver une parole commune et convergente pour pouvoir être entendues dans notre travail de transmission de connaissances et de pédagogie de manière que ce que nous annonçons puisse trouver l’adhésion du plus grand nombre " continue-t-il.

Ce qui, à l'évidence n’est pas actuellement le cas... En témoigne la campagne de vaccination qui piétine. "Cette question devrait pouvoir être abordée de manière dépassionnée de façon à agir de manière plus concertée et plus structurée. Il faudrait qu’à un moment donné, ceux qui possèdent la parole publique, puissent avoir un fil conducteur auquel nous nous tenons" conclut Gabriel Serville qui devrait être samedi de retour aux affaires à Cayenne, afin de mener à bien ce fastidieux travail de retour à une collégialité vertueuse dans la manière d'instruire et d'informer les Guyanais concernant la situation sanitaire. 

Quant aux motifs impérieux, qui ont nécessairement été aussi évoqués, le conseiller Santé du ministre a rappelé que le variant brésilien Gamma, serait présumé être doté d'une période d'incubation plus courte que le Delta, présentant un risque supplémentaire au débarquement à Paris et justifiant donc la batterie de tests imposés à des Guyanais qui s'en sentent toujours plus exclus de l'unité de la République. Une analyse que le président de la CTG a indiqué qu'il s'attacherait à faire valider, auprès de ses propres conseils, la véracité scientifique.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
11 commentaires

Vos commentaires

Garimpo 31.07.2021

Mauvaise Com..? Vous parlez de trop violans, MDES et UTG bien sûr...? Cette fois çi leurs gesticulations pourraient bien coûter des vies.

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 30.07.2021
On marche sur la tête

Pour l'exemple des pompiers (et des infirmiers), on est dans l'absurdité totale. Les pompiers sont donc présumés refuser le vaccin malgré la loi qui leur impose, et on s'inquiète que leur refus persistant entraine leur suspension et donc un manque de personnel ?
Mais si ces pompiers sont en arrêt maladie pour cause de covid, il n'y aura pas de problème de carence d'effectif c'est bien ça ?
Et où en est la pharmacopée miraculeuse du Docteur Serville qui guéri le covid et fait revenir l'être aimé ?

Répondre Signaler au modérateur
RAPHI 30.07.2021

au lieu d expliquer au ministre que ns sommes complètement idiots et de s'adresser à nous avec un vocabulaire pas trop riche, le président Servile ferait mieux de demander la levée des restrictions (style couvre feu) pour les personnes munies d un pass sanitaire

Répondre Signaler au modérateur
Laguya2020 30.07.2021

Un minimum de 10 000 naissances chaque année en Guyane pour 179 décès dus au covid depuis le début de la pandémie...
On est quand même loin de la disparition annoncée de la Guyane par les professionnels du catastrophisme!

Répondre Signaler au modérateur
P.Daudet 30.07.2021
Désinformation ou mal information ?

« … le conseiller Santé du ministre a rappelé que le variant brésilien Gamma, serait PRESUMÉ être doté d'une période d'incubation plus courte que le Delta, présentant un risque supplémentaire au débarquement à Paris et justifiant donc la batterie de tests imposés à des Guyanais ». Juste une question : France Guyane peut-il publier le taux de contamination de ce variant « guyanais » qui effraie la Fraaaaance ?

Répondre Signaler au modérateur
André Paradis 30.07.2021

Capitulation devant la rue? Enfin la vraie démocratie Mais naturellement, dans ce cas, nous n'avons plus besoin d'élus!

Répondre Signaler au modérateur
Neuf 7 Trois 30.07.2021

Convertissez les millions d'euros en millions de neurones ... juste pour voir ... sait-on jamais. Les solutions les plus simples sont souvent les meilleures !

Répondre Signaler au modérateur
jmc59 30.07.2021
Quel charabia !

article difficilement compréhensible pour le commun des mortels

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 30.07.2021

Rire ou pleurer ?

Répondre Signaler au modérateur
g6d 30.07.2021

Pourquoi Serville attribue le manque de communication à l'Etat alors qu'aucun élu local ne prend position sur la gestion de la crise sanitaire ?

Répondre Signaler au modérateur
fr.atoy 30.07.2021
vaccin

la communication est simple: tous les malades (à plus de 95/100) sont non vaccinés; préférez vous le covid ou le vaccin? le choix est vite fait!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
7 commentaires
1 commentaire
A la une
1 commentaire
14 commentaires