• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SANTE

Le pass sanitaire s’appliquera outre-mer dès la fin de l’état d’urgence sanitaire

FXG, à Paris Mardi 7 Septembre 2021 - 12h41
Le pass sanitaire s’appliquera outre-mer dès la fin de l’état d’urgence sanitaire
Olivier Véran a confirmé que le Pass Sanitaire ne s’appliquerait pas tant que les Outre-mer sont en état d’urgence sanitaire

Le ministre de la Santé Olivier Véran a confirmé que le pass sanitaire ne s’appliquerait pas tant que les Outre-mer sont en état d’urgence sanitaire. Il a toutefois signalé que dès que cet état prendrait fin, a priori le 16 novembre, le pass sanitaire s’appliquerait, « au cas par cas ».

 Justine Bénin, députée MODEM, a interpellé le ministre de la Santé Olivier Véran sur la situation épidémique outre-mer, mardi à l’Assemblée nationale, lors de la séance de questions au gouvernement.

Elle a principalement demandé au ministre comment s’adapterait dans nos territoires le pass sanitaire et quelles mesures de différenciation il entendait proposer. Avant toute forme de réponse, le ministre de la Santé a remercié la députée guadeloupéenne pour son discours engagé pour la vaccination. Olivier Véran a ensuite indiqué que l’incidence de l’épidémie en Guadeloupe reste élevée mais est en baisse, que la pression hospitalière demeure forte, que deux mille soignants ont été envoyés dans les territoires d’Outre-mer et qu’aujourd’hui, ils sont encore huit cents, et qu’une centaine d’évacuation sanitaires ont été opérées vers l’Hexagone depuis le début de la quatrième vague.

Enfin, au sujet du pass sanitaire qui ne s’applique pas pour l’heure dans les Outre-mer, Olivier Véran a confirmé qu’il ne s’appliquerait pas tant que les Outre-mer sont en état d’urgence sanitaire. Il a toutefois signalé que dès que cet état prendrait fin, a priori le 16 novembre, le pass sanitaire s’appliquerait, « au cas par cas ».

Justine Bénin a interpellé Olivier Véran sur la situation épidémique outre-mer, mardi à l’Assemblée nationale, lors de la séance de questions au gouvernement. -

Olivier Véran détaille les traitements médicaux contre le Covid

 Moetaï Brotherson
, député GDR de la Polynésie, a demandé « candidement » au ministre de la Santé, mardi lors de la séance de questions au gouvernement s’il existait une autre stratégie de prise en charge des malades du Covid parallèlement à la stratégie vaccinale.

C’est une question qui est souvent posée dans nos territoires et que le député polynésien a posé non sans préciser qu’il était lui-même vacciné et fils d’infirmier et en se défendant d’être « antivaxx et complotiste » !

« A part leur donner du doliprane, qu’est-ce qu’on peut faire ? », a-t-il conclu avant de laisser répondre Olivier Véran. Le ministre de la Santé et médecin lui-même a donc expliqué que « oui, il y a des traitements ».

Ainsi pour la forme bénigne de la maladie, c’est-à-dire de la fièvre, un syndrome grippal, des courbatures, des frissons, il a indiqué qu’il convenait effectivement de prendre un doliprane ou un antipyrétique. En cas de forme infectieuse, le médecin prescrit un antibiotique pour éviter une surinfection bronchique. En cas de forme grave, quand les poumons sont encombrés, remplis d’un magma de liquide inflammatoire, le médecin met le malade sous oxygène, soit avec des lunettes soit à haute-dose (de l’optiflow) ou encore par intubation sous coma artificiel. « Y-a-t’il une molécule antivirale, a questionné le ministre ? Non. Un traitement pour limiter les risques d’accentuation des formes graves ? Oui, il existe un traitement par anticorps monoclonaux, et pour éviter des complications, des traitements par la cortisone et par anticoagulants. »

Le ministre a conclu sa réponse au député polynésien ainsi : « Les médecins savent comment traiter mais ils ne savent pas se débarrasser du virus, par contre la vaccination évite de l’attraper ou d’avoir une forme grave. »
 
 
Manuela Kéclard-Mondésir, le bouclier social et le vaccin

 La députée GDR Manuela Kéclard-Mondésir a demandé au ministre de la Santé, mardi à l’Assemblée nationale, qu’on mette en place un bouclier social pour les populations socialement touchées par la crise sanitaire et ses effets collatéraux, notamment en Martinique. Elle a regretté notamment que l’on n’ait pas activé la réserve sociale.

Cette réserve créée au début de la crise Covid par le gouvernement permet aux étudiants en travail social de se mobiliser de façon volontaire pour prêter main forte aux établissements sociaux et médico-sociaux. Olivier Véran lui a sèchement rétorqué que la réserve sociale était une compétence territoriale.

Manuela Kéclard-Mondésir a demandé au ministre de la Santé qu’on mette en place un bouclier social pour les populations socialement touchées par la crise sanitaire. -


Mais avant cela, tout en reconnaissant la réalité de la crise sociale que vit la Martinique, il a d’abord affirmé que « la crise sanitaire n’était pas la conséquence de la crise sociale, mais la conséquence d’un virus contre lequel il existe un vaccin » ! Alors tout en regrettant que le confinement ait des conséquences sociales et psychologiques « considérables », Olivier Véran a répété son antienne : « Il faut donc vacciner et je compte sur les élus pour avoir un discours courageux vis-à-vis de la vaccination. »
 
 


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

g6d 08.09.2021

Les élus ultramarins réclament toujours plus d'aides. Actuellement, ils demandent des aides pour les difficultés liées à la crise sanitaire tout en étant contre la vaccination qui est la mesure la plus efficace actuellement. En NC, le gouvernement local qui ne peut pas attendre d'aides de la Métropole dans ce cadre a rendu la vaccination obligatoire. Cette crise sera une bonne base de départ pour discute sur le changement de statut que certains réclament en permanence

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
5 commentaires
13 commentaires
A la une
5 commentaires
Société

Jean-Luc Melenchon en Guyane du 20 au 26 octobre

P.R - Dimanche 17 Octobre 2021

6 commentaires