France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le budget de la mission Outre-mer adopté au Sénat

Jeudi 12 décembre 2019
 Le budget de la mission Outre-mer adopté au Sénat
Annick Girardin a défendu son troisième budget le 5 décembre dernier au Sénat

Le budget de la mission Outre-mer a été adopté la semaine dernière au Sénat après une grosse demi-journée de débats.

Avec 2,61 milliards d’euros d’engagement et 2,5 milliards d’euros en crédits de paiement, les sénateurs des groupes CRCE, PS et LR ont regretté une baisse (3,96 % et 6,45 % ) tout en admettant que cette réduction était due en partie à des modifications de périmètre. Le sénateur Lagourgue (Les Indépendants, La Réunion) a estimé la baisse réelle de 1,3 % pour les autorisations d’engagement et 3,88 % pour les crédits de paiement. Ce dernier, malgré ses réserves a indiqué que son groupe voterait le budget. Pas le même son de cloche avec l’ancien ministre PS des Outre-mer, Victorin Lurel qui s’est livré à un inventaire à la Prévert pour dénoncer la suppression lors des précédents budgets la suprression de la TVA NPR, la baisse de la réfaction de l’impôt sur le revenu Outre-mer, la fin des contrats aidés, la surtaxation du rhum, la fermeture de France Ô, de la circonscription européenne des Outre-mer, de la cité des Outre-mer et encore les menaces sur les congés bonifiés et la majoration de vie chère… Il a voté contre. Guillaume Arnell (RDSE, Saint-Martin) a lui aussi livré ses critiques, mais concluant en disant qu’il préférait « voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide », il a indiqué voter les crédits de la mission. Le sénateur Antoine Karam (LREM, Guyane) a fait une allusion à la loi égalité réelle Outre-mer qui a « suscité autant d’espoir qu’elle n’a généré de déception » avant de dire qu’il soutiendrait ce budget. Même chose chez les centristes par la voix du sénateur de NouvelleCalédonie, Gérard Poadja.

« Le réflexe Outre-mer »

Le président de la délégation sénatoriale Outre-mer, Michel Magras (LR, Saint-Barth) s’est moqué de la formule fétiche de la ministre Annick Girardin, « le réflexe Outre-mer », pour dire qu’elle était « un aveu d’absence de culture outre-mer ». Quant à la sénatrice PS martiniquaise, Catherine Conconne, elle a indiqué qu’elle s’abstiendrait, comme « on refuse un héritage ». La discussion des amendements, dans cette assemblée où le le groupe LREM est minoritaire, a tourné à l’avantage des sénateurs d’opposition malgré les avis quasi toujours défavorables des commissions. A la fin du mois, quand le texte reviendra en débat à l’Assemblée nationale, tous ces amendements tomberont.

F-X. G., à Paris