• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Autonomie statutaire : "Pour y parvenir, toutes les forces politiques doivent converger"

I.J. Mercredi 9 Juin 2021 - 11h59
Autonomie statutaire : "Pour y parvenir, toutes les forces politiques doivent converger"
Le Front pour un changement statutaire a organisé une conférence de presse le 9 juin 2021 pour intégrer le sujet dans les débats électoraux.

"On s'est battus pendant 4 ans pour interpeller le Gouvernement sur l'autonomie statutaire. Ce sujet doit faire partie des thématiques des campagnes électorales" lance la porte-parole du Front, Lucie Louzé-Donzenac, pour interpeler les candidats.

Tel un rappel à l'ordre, le Front guyanais pour un changement statutaire relance le sujet en pleine campagne électorale. "On s'est battus pendant 4 ans pour interpeller le Gouvernement sur l'autonomie statutaire. Ce sujet doit faire partie des thématiques des campagnes électorales" justifie la porte-parole du Front, Lucie Louzé-Donzenac.

C'est au président de la CTG de saisir le Premier Ministre pour adopter ce statut
 
Ce front pour un nouveau statut à été créé après les accords de Guyane de 2017. Il réunit quasiment tous les partis politiques à l'exception de celui de Rodolphe Alexandre, " Guyane Rassemblement" ainsi que des associations et particuliers. Moteur dans l'élaboration du projet pour donner plus d'autonomie à la Guyane, il pousse pour que ce statut franchisse toutes les étapes afin d'être validé par le Gouvernement. "C'est une revendication depuis 1956. On devait statuer en 2018. En 2021 toujours rien..." grogne Jean-Pierre Aron, représentant du Parti socialiste au sein du front. "Ce projet a été adopté en janvier 2020 : il crée un statut sui generis pour la Guyane. C'est au président de la CTG de saisir le premier ministre pour adopter ce statut" explique pour sa part la porte-parole. Mais si le président de la CTG actuel, Rodolphe Alexandre, les rejoint sur le principe d'un statut "sui generis" - donc à part pour la Guyane - sa vision diverge dans la manière d'y arriver. En particulier concernant la Gouvernance : le front réclame une assemblée Territoriale et un Gouvernement local, ce à quoi s'opposerait le président.

"Une assemblée territoriale permetrait d'adopter des lois pays, c'est à dire adaptées au territoire. C'est ce qui se fait en Polynesie et en Nouvelle Calédonie. Nous allons d'ailleurs échanger avec des élus de Polynésie sur un statut mieux adapté dans le cadre de l'université de Guyane et nous rendre sur place pour une approche de terrain. Ils sont autonomes depuis 1984 avec une pleine autonomie depuis 2004 en mettant en place des lois pays" explique Lucie Louzé-Donzenac. "Mais pour que ce statut sui generis aboutisse, toutes les forces politiques doivent converger" admet le porte-parole du PS.

Le collectif attend surtout la fin des élections afin de reprendre le processus autour de l'évolution statutaire et espère que le prochain président de la CTG sera enclin à faire avancer le statut.

Le 10 janvier 2010, un référendum avait été organisé pour savoir si la population souhaitait une autonomie élargie. 48,1% des guyanais avaient participé à ce référendum. 69% d'entre eux avaient voté contre.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

aouara 13.06.2021

Faire croire, parler au nom de toute la population, est une escroquerie. Ces individus ne représentent rien.ils ne seront pas déçus d'une consultation populaire sur leur projet !!

Répondre Signaler au modérateur
Vieux blanc 11.06.2021

Une visite aux pays décolonisés voisins devrait refroidir les plus enthousiastes. A moins que ce ne soit qu'une posture pour faire le buzz. Sachez que cette situation qui vous parait inacceptable fait des envieux a nos frontières.

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 11.06.2021

Une différence fondamentale qui évidemment n'est pas rappelée : les créoles ne sont pas les autochtones guyanais à la différence des kanaks calédoniens.

Répondre Signaler au modérateur
Bravo 10.06.2021
69%

69% des guyanais ont voté contre lors du référendum...

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 10.06.2021
sa tombe sous le sens

L'autonomie tombe sous le sens. L'etat francais depuis toujours ignore les problematique de la Guyane, il faut plus d'autonomie pour etre maitre de son destin. Rien qu'avec le centre spacial, la Guyane peut demander 12 mds d'euros a l'union europeenne, sa les vaut largement pour tiré leurs fusée!

Répondre Signaler au modérateur
P.Daudet 09.06.2021

« nous rendre sur place pour une approche de terrain », alors que partout ailleurs on parle bilan carbone, visio-conférence. Voilà pourquoi 69 % ne font pas confiance à ce qui pourrait être un projet légitime.

Répondre Signaler au modérateur
Parbo 09.06.2021
Pourquoi pas !

Il y a de l or , du bois ...par contre zéro industrie .un peu comme le Suriname finalement .
Moi je dis pourquoi pas .
Mais pas sur le dos de la France.

Répondre Signaler au modérateur
g6d 09.06.2021

autonomie comme la NC où il y a un système social autonome financé localement, c'est vraiment ce que veulent les Guyanais ? le chômage , la santé, les allocations payés avec le seul argent prélevé sur le territoire ? Je pense plutôt que les membres du front veulent disposer librement des différentes aides venant de la Métropole pour les utiliser selon leur bon plaisir et surtout celui de leurs affidés pour se faire réélire,

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
3 commentaires
A la une
1 commentaire