• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
JUSTICE

La sécurité sanitaire l'emporte face à la liberté d'entreprendre

Ayodele Germa Mercredi 8 Septembre 2021 - 20h19
La sécurité sanitaire l'emporte face à la liberté d'entreprendre

  Le tribunal administratif de Cayenne a rejeté le 7 septembre dernier la requête du syndicat des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et discothèques de Guyane (SHRCDG) et de l’Union syndicale des opérateurs touristiques de Guyane. Une requête présentée le 31 août. Les professionnels du secteur souhaitent la levée des dispositions préfectorales qui interdisent aux établissements « de type N » que sont les restaurants et débits de boisson, d’accueillir du public.


Pour le Tribunal administratif   
“en dépit de l’atteinte portée par ces mesures préfectorales (...) à la liberté d’entreprendre des professionnels du secteur (...), cette atteinte ne peut être regardée comme présentant un caractère grave et manifestement illégal”.
“La colère est grande!", nous confie Steve Roldan, le porte-parole du collectif des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et discothèque de Guyane. "Nous sommes le seul département à avoir un couvre feu “non stop” depuis mars 2020. C'est un manque à gagner énorme.”  

Face à cela, le Tribunal administratif rappelle les chiffres produits par le préfet de Guyane: Du 1er janvier 2021 au 5 août 2021, le dispositif d’activité partielle créé au bénéfice des secteurs de l’hébergement et de la restauration, prévoit des aides d’un moment total de 2 286 742 euros. A cela s’ajoute une aide au paiement des charges sociales ainsi qu’un dispositif de prêt garanti par l’Etat. “Les établissements « de type N » gardent la possibilité d’effectuer de la vente à emporter ou par livraison et ne sont donc pas nécessairement privés de l’intégralité de leur chiffre d'affaires sur la période de validité de l’arrêté litigieux”, argumente le Tribunal administratif.
De l’efficacité du couvre-feu
D’autre part, Steve Roldan remet en question l’efficacité de la fermeture des bars et restaurants pour endiguer la crise sanitaire. “Qu'on arrête de croire que c'est en fermant les bars et les restaurants que l’on réduira les chiffres. Aucun (...) cluster n’a été détecté dans les bars.” Une enquête réalisée par Santé publique France et l’ARS de Guyane, le conforte dans cette conviction. Sur un échantillon de patients détectés positifs au Covid-19, seule une personne sur 271 estime avoir été contaminée par le virus dans un restaurant ou un bar, contre 232 personnes attribuant la contamination à des échanges dans le cercle familial, professionnel, scolaire ou universitaire.

Une étude insuffisante, au regard du Tribunal administratif “eu égard à la circulation active du virus sur le territoire”. Et de citer à l’appui de cet argument,“l’augmentation même modeste du taux d’incidence du Covid-19 pour la semaine 33, qui “ continuait alors d’augmenter (...) pour atteindre 434 cas pour 100 000 habitants, contre 375 cas la semaine précédente. (...) Les hôpitaux dénombraient 18 nouvelles admissions en services de réanimation contre 8 nouvelles admissions en semaine 32.”
Concurrence déloyale
Mais ce qui irrite le plus le collectif des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et discothèque de Guyane, c’est sans doute l’apparition de plus en plus de soirées illégales qui leur font une concurrence déloyale. “ Rien que ce week-end, j’ai compté six grandes soirées animées par des DJ du coin”, soutient le porte-parole. “ Les traiteurs subissent aussi la concurrence de ce travail parallèle illégal avec des particuliers non déclarés qui conquièrent le marché des mariages et les différents évènements dans des conditions sanitaires incontrôlables. 
“C’est de deux choses l’une. Soit on nous donne la possibilité d’ouvrir avec la garantie que nous respectons au mieux les mesures sanitaires, soit on veut bien être fermés mais il va falloir veiller à mieux contrôler les soirées illégales”, conclut Steve Roldan.
L’autorité publique assure qu’elle agit dans ce sens, mais pour le moment la requête du SHRCDG est rejetée.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

RAF973 11.09.2021

Bonjour
Mais qu'est-ce que vous attendez pour ouvrir avec le pass sanitaire ???? Nous aussi on attend que ca !

Répondre Signaler au modérateur
dogs 09.09.2021

La France est généreuse, à bon entendeur! Toutes ces aides diverses et variées. Non vaccinés, restez dans votre bulle, ne vous en déplaise.

Répondre Signaler au modérateur
Laguya2020 09.09.2021

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
CitoyenDeLaTerre 09.09.2021
agissez

Je vous propose de rendre votre carte vitale pour concrétiser vos propos. Ce serait un bel acte plein de panache.
Après tout, le couachi est gratuit dans la nature.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
8 commentaires
1 commentaire
A la une
7 commentaires
Société

Jean-Luc Melenchon en Guyane du 20 au 26 octobre

P.R - Dimanche 17 Octobre 2021

6 commentaires