• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
IIMMIGRATION

Demandeurs d'asile d'Haïti : la préfecture affirme sa "fermeté"

Xavier-Paul Le Pelletier Mardi 4 Mai 2021 - 16h35
Demandeurs d'asile d'Haïti : la préfecture affirme sa "fermeté"
(photo d'archives)

 Dans un communiqué qualifiant l'arrivée massive de ressortissants haïtiens demandeurs d'asile depuis le Suriname de "vague migratoire", les services de la préfecture entendent rappeler "la lutte permanente des services de l'État (...) contre l'immigration clandestine, ses abus et ses dérives". Une situation crée par l'arrivée de charters entre l'aéroport de Port-au-Prince et de Paramaribo auquel un terme aurait été mis le 18 avril. 

 143 : c'est le nombre de personnes, dont des mineurs non-accompagnés, qui se sont présentées à Saint-Laurent du Maroni muni d'un test Covid de moins de 72 heures et qui ont reçu l'autorisation de franchir le point de contrôle routier (PCR) d'Iracoubo afin de rejoindre la plateforme d'accueil des demandeurs d'asile (PADA) de Cayenne, en devant respecter le délai de 48 heures pour s'y présenter. 

Un communiqué du service communication de la préfecture rappelle aujourd'hui "qu'au-delà du traitement administratif individuel des demandeurs d'asile, dont le délai a été ramené à deux mois" (suite à la mise en place du "décret Guyane" de la loi asile et immigration de 2018), des investigations sont menées à la fois en France mais aussi au Suriname. Ce, afin de déterminer la nature de "possibles filières criminelles organisées" qui reléveraient auquel cas tout simplement de trafic d'êtres humains

(infographie prefecture 973) -


Fin avril, nos confrères du Suriname Herald donnaient ainsi la parole à un ressortissant haïtien de 37 ans installé au Suriname : Jean Mixon, surnommé Saya, qui serait à la fois concessionnaire automobile mais aussi pasteur (sic). Dans les colonnes du site surinamais, ce dernier assume l'implication de sa structure Team Haïti Foundation quant à ces arrivées massives au Suriname : "J'aide des gens et j'organise des vols charters, mais je ne suis pas impliqué dans la traite d'êtres humains (...) Ce qu'ils font ensuite n'est pas mon problème. Si la France ne veut pas d'eux, ils n'ont qu'à les renvoyer. Vous ne pouvez me tenir pour responsable de ce qu'ils font. Si vous partez en vacances aux Pays-Bas, votre agent de voyage ne sera pas tenu pour responsable si vous visitez un autre pays, n'est-ce pas?" déclare le pasteur.

Capture d'écran de l'article publié par Suriname Herald le 25 avril dernier -


Jean "Saya" Mixon explique ensuite que certains de ses compatriotes seraient prêts à se séparer de l'ensemble de leur possessions pour réunir parfois jusqu'à 5 000 € pour viser "une vie meilleure". Il affirme enfin ne pas percevoir de telles sommes : " Je ne demande pas d'argent à ceux qui ont vraiment besoin d'aide ; nous prenons en compte à quelle hauteur ils veulent contribuer aux frais. Pour certains c'est 300 quand pour d'autres c'est 1000 ou 1200 (...) je ne refuserais pas d'argent"...

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
13 commentaires

Vos commentaires

Mahury 06.05.2021

Et on s'étonne des scores du Front National en Guyane !

Répondre Signaler au modérateur
cap40 05.05.2021
Les voies du seigneur ...

Les voies du seigneur sont pénétrables en Guyane ...un brave pasteur et un homme de bien quoi!!!

Répondre Signaler au modérateur
youpix973 05.05.2021
De quelle fermeté parle t-on ?

Ils sont arrivés par charter au Suriname, renvoyez les par charter
dans leur pays , Haiti chérie, la Guyane finira par être maudite ..elle aussi
Où sont les élus qui étaient contre les lois prises à Mayotte pour freiner l'immigration , des traitres ...

Répondre Signaler au modérateur
melimélo973 05.05.2021
Vaut mieux être un hors la loi qu'un citoyen en France!

En parle de fermeté mais il y a des gens qui font des lois, se sont assis et puis ont décidé que bon ils volent ton terrain ok, mais passé un certains délai bon flemme ils ne peuvent pas être délogés comme ça. Non, non non et renon! Ça ne t'appartient pas, peut importe le délai tu dois te casser de mon terrain c'est simple ce n'est pas à toi! C'est quoi ces histoires L'état est complice de la situation de la Guyane qui se transforme en bidonville géant. Sincèrement tout ce qu'ils vont faire c'est causer l'exaspération et il ne faudra pas être de certains votes l'année prochaine.

Répondre Signaler au modérateur
melimélo973 05.05.2021
filou

Non mais la France ce n'est pas croyable. Dans ce pays on a l'impression que les lois sont faites pour ceux qui ne la respecte pas. Pardon pourquoi on autorise des gens entrés illégalement à demander quoi que ce soit. J'aimerai pouvoir aller sur Saint Laurent mais pour moi c'est tout un cirque à cause du "super barrage dont l'efficacité n'est plus à prouver". N'est ce pas monsieur le préfet? Pourquoi faire un barrage puisqu'ils passent avec des laissés passés. Messieurs dames surveillés vos terrains oui parce que les autorités font semblant de ne pas savoir que ce n'est pas simplement en leur disant de quitter le territoire qu'ils vont le faire.

Répondre Signaler au modérateur
Ti-Rex 05.05.2021

je me demande si ce bon pasteur ne pourrait pas faire l'objet d'un mandat d'arrêt international dans le cadre d'une mise en examen pour la traite des êtres humains, prévue par l'article 225-4-1 du Code pénal...

Répondre Signaler au modérateur
tronoki 05.05.2021

La Guyane c'est open bar et libre circulation pour les haïtiens entrés illégalement sur le territoire, dans le même temps qu'en Métropole on traite les Guyanais comme des pestiférés, lourdement amendés s'ils font un pas de côté.
Seul commentaire : rendez-vous en 2022.

Répondre Signaler au modérateur
lestranger 05.05.2021

Ils ne sont pas encore demandeur d'asile qu'ils ont déjà violé la Loi en franchissant une frontière sois-disant fermée. Mais c'est vrai que les forces de l'ordre ne peuvent pas être partout à la fois, c'est plus facile de verbaliser le français moyen pour non respect des règles liberticides covid !
L'article ose s'intituler "la préfecture affirme sa "fermeté", rigolade, il faut se réveiller car le délitement total est à nos porte ...

Répondre Signaler au modérateur
chris22973 05.05.2021
Chercher la cause!

Tout le monde gueule, mais tout le monde, y compris nos fonctionnaires ont leur petite femme de ménage et jardinier non déclaré !c est comme la cocaïne, si il y a des dealers c est qu il y a des clients !

Répondre Signaler au modérateur
Éveil de Guyane 05.05.2021
Pour stopper l'offre, il faut revoir la demande

Exactement une belle hypocrisie de la part des guyanais de la HAUTE qui prennent des femmes et hommes issus de l'immigration pour la plupart d'origine haïtienne pour faire leur ménage et autre au lieu de donner ces jobs à des étudiants. Faudrait un peu arrêter d'alimenter ce genre d'activité aussi et après tout le monde râle et c'est normal car TROP C'EST TROP, mais de grâce guyanais et guyanaises que nous sommes remettons nous en question! Et pas seulement lô vaval rivé!

Répondre Signaler au modérateur
Didy20 06.05.2021

Eveil de guyane. Nous sommes tous hypocrites????
Dans l'exagone, ceux sont les roumains, roms sur les chantiers.
Africaines, asiatiques comme nounou.
En espagne, il y a les sud-américains.
Aux usa, les mexicains etc
Dans tous les pays, il y a de l'exploitation.
C est malheureux mais c' est comme ça.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
7 commentaires
2 commentaires
A la une