• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
INFO FRANCE-GUYANE

Accusé de harcèlement moral, l’ancien principal du collège de Papaïchton est nommé responsable d'une unité d'enseignement

Gaëtan TRINGHAM Mercredi 3 Novembre 2021 - 14h45
Accusé de harcèlement moral, l’ancien principal du collège de Papaïchton est nommé responsable d'une unité d'enseignement
Les locaux de l'Opérateur Public Régional de Formation

L’ancien principal du collège de Papaïchton John Mpemba Boni a été nommé responsable d'une unité d’enseignement polyvalent, provisoirement installée dans les locaux de l'OPRF, par le Rectorat. Parallèlement, il devra passer en décembre devant le Tribunal correctionnel pour des faits d'harcèlement moral au travail, abus de biens publics et abus de confiance.

 C'est une information confirmée par le Rectorat lui-même. “Nous avons nommé M. Boni à ce nouveau poste de responsable d'une unité d'extension des établissements publics polyvalents. Il va accueillir les nouvelles formations qui permettront de satisfaire la demande des familles pour les inscriptions au lycée des élèves de secondes”.

L’ancien principal du collège Charles-Tafanier de Papaichton avait pourtant été placé en garde à vue le 30 juin dernier. Il doit comparaître devant le Tribunal Correctionnel le 7 décembre 2021 pour avoir "harcelé par des propos ou des comportements répétés, ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptibles de porter atteinte à leurs droits et à leur dignité, d'altérer leur santé physique ou mentale, ou de compromettre leur avenir professionnel en l'espèce en les privant de matériel ou d'accès à des salles de classe, en les humiliant en public lors des conseils de classe, réunions pédagogiques ou lors d'intrusion dans leurs salles de classes, en leur imposant des heures supplémentaires et en les convoquant abusivement dans son bureau".

Comme nous l'écrivions en juillet dernier, ce principal avait également fait l'objet d'une enquête administrative du côté du Rectorat.Trois personnes avaient ainsi été déléguées en janvier dernier, chargées d'interroger l'ensemble du personnel de l'établissement ainsi que les élèves et parents. Pour certains, "c'est ce qui aurait conduit à ce que Mr Mpemba Boni soit poussé à la retraite à la fin de cette année scolaire", rapportait-on encore.

Il faut dire que dès 2015, des parents d'élèves avaient initié un mouvement de grève pour pousser ce même principal à la démission.
Ils dénonçaient déjà "la pression" qu’il pouvait exercer sur les enseignants du collège.

Une source proche du dossier “se demande s'il y a un manque de personnel au sein du Rectorat pour qu'une personne qui doit comparaître en justice soit nommée à ce poste”.

Quatre anciens enseignants de Papaichton vont témoigner le 7 décembre contre John Mpemba Boni. Pour rappel, certains d’entre eux avaient été placés en arrêt maladie longue durée suite aux agissements présumés de leur supérieur. Selon nos informations, une de ces personnes est encore sous traitement à ce jour. D'autres, qui auraient subi également des préjudices les années précédentes sont partis ou ont été mis en arrêt maladie “du fait de la non prise en compte de leur situation par le Rectorat”.

Une convention-cadre a été signée entre le Rectorat et l’OPRF (Operateur public régional de formation). Ce dernier mettant à disposition certains de ses locaux pour accueillir les élèves n'ayant pas pu être affectés dans leurs lycées professionnels.


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Zorglub1962 04.11.2021

Tous ceux qui viennent "D'AILLEURS"... Ambiance extrême droite tendance Le Penno-Zemourienne.

Répondre Signaler au modérateur
Neuf 7 Trois 04.11.2021

Mr Monguy,

"Ceux qui viennent d'ailleurs" ... soyez précis au lieu de vous cacher derrière "ceux" ... quand bien même il vous resterait un semblant de balloche entre les guiboles.

"Et personne ne dis rien" ... ben si ... toi tu parles beaucoup et tu me sembles bien seul !

"Et pourtant ceux sont des fais graves" ... Retourne à l'école copain !!!

"Sans retour pour notre liberté" ... Mais t'es qui coco pour parler de notre liberté quand tes 60 potes de la caravane des baltringues nous font ch... en s'imposant comme détenteurs des clés de la Guyane ... ouvrez des livres d'histoire durant votre temps libre et faites vous aussi petit que possible (ça va aller tkt il y a de la marge ... plus con que "moi" tu meurs)

"Fo nou fè panga" ... zéro faute bravo !!! Mais qui ira vérifier ?

Répondre Signaler au modérateur
Monguy 04.11.2021

Encore une fois cela prouve bien que tout ceux qui viennent d'ailleurs en tant que directeur sur les postes principaux font ce qu'ils veulent. Et personne ne dit rien, on est d'accord, on ferme la bouche, on accepte tout. Et pourtant ceux sont des faits graves. Mais par contre brûler 2 ou 3 palettes c 2 ans de prison directe sans retour pour notre liberté. A se poser des questions pour ceux qui n'ont pas encore compris le système d'y hier, d'aujourd'hui et de demain. Fô nou fè panga

Répondre Signaler au modérateur
mikeromeo 04.11.2021

Le mec vient d'ailleurs ? Vous êtes surs ?

Répondre Signaler au modérateur
HIHIHI 05.11.2021
Venu d'ailleurs...

Comme E.T ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
9 commentaires
5 commentaires
3 commentaires
A la une
1 commentaire
2 commentaires
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos