France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SPORTS

Transat Jacques Vabre: Cammas et Caudrelier remontent vers la Martinique

AFP Mercredi 17 novembre 2021

Franck Cammas et Charles Caudrelier, en tête de la Transat Jacques Vabre à bord de leur trimaran géant volant (Maxi Edmond de Rothschild), ont été les premiers mercredi à tourner autour du point de passage de Trindade (Brésil) et remontent désormais vers la destination finale, la Martinique.

Les skippers Franck Cammas (d) et Charles Caudrelier manoeuvrent à bord de leur trimaran géant volant "Maxi Edmond de Rothschild", le 27 octobre 2021, lors de son convoyage entre Lorient et Le Havre, à dix jours du départ de la Transat Jacques Vabre

© Sebastien SALOM-GOMIS (AFP/Archives)

Le multicoque (Classe Ultime)" Maxi Banque Populaire XI", barré par les skippers Armel Le Cléac'h et Kévin Escoffier, le 22 octobre 2021 au large des côtes de Lorient, lors d'une sortie en mer en guise de préparation pour la Transat Jacques Vabre

© Fred TANNEAU (AFP)

Le skipper Thomas Ruyant, à bord de son monocoque (Classe Imoca) "LinkedOut", le 7 novembre 2021 au large des côtes d'Etretat, peu après le départ de la Transat Jacques Vabre depuis le port de Lorient

© LOIC VENANCE (AFP/Archives)

<p>Les skippers Franck Cammas (d) et Charles Caudrelier manoeuvrent à bord de leur trimaran géant volant "Maxi Edmond de Rothschild", le 27 octobre 2021, lors de son convoyage entre Lorient et Le Havre, à dix jours du départ de la Transat Jacques Vabre</p> - Sebastien SALOM-GOMIS (AFP/Archives)
<p>Le multicoque (Classe Ultime)" Maxi Banque Populaire XI", barré par les skippers Armel Le Cléac'h et Kévin Escoffier, le 22 octobre 2021 au large des côtes de Lorient, lors d'une sortie en mer en guise de préparation pour la Transat Jacques Vabre</p> - Fred TANNEAU (AFP)
<p>Le skipper Thomas Ruyant, à bord de son monocoque (Classe Imoca) "LinkedOut", le 7 novembre 2021 au large des côtes d'Etretat, peu après le départ de la Transat Jacques Vabre depuis le port de Lorient</p> - LOIC VENANCE (AFP/Archives)

 Le duo de skippers, alignés dans la catégorie la plus rapide de la flotte (les Ultimes), présente une belle avance sur ses poursuivants directs (environ 290 milles nautiques soit 537 km), Armel Le Cléach' et Kevin Escoffier (Maxi Banque Populaire XI) mais ils ne s'emballent pas pour autant.

"C'est toujours sympa d'avoir un temps d'avance sur nos poursuivants comme ça, ça nous permet de mieux gérer les choses, mais il ne faut pas oublier qu'en multicoque ça ne représente pas beaucoup de temps, donc ça peut revenir vite", a souligné lors d'une vacation avec le PC course Cammas dont le bateau glisse bien après des moments difficiles dans la houle.

"Là, la mer est bien aplatie mais nous avons eu une mer de face assez grosse. Trente nœuds en plus de la houle ce n'était pas très confortable… Nous avons des conditions vraiment sympas, faciles, nous ferons le même parcours au retour !", a-t-il ajouté.

Le navigateur ne pense pas arriver en Martinique "avant mardi soir, voire mercredi matin prochain". "Ça va aller vite pour remonter vers Sao Paulo, mais ensuite les trois derniers jours seront compliqués".

Les Ultimes ont un parcours bien plus long que les trois autres classes de bateaux, un choix de la direction de course pour permettre une arrivée relativement groupée des vainqueurs de chaque classe.

Bateaux-stars du Vendée Globe, les Imoca - qui sont des monocoques et donc moins rapides que les multicoques - n'auront pas à descendre jusqu'à l'archipel de Trindade mais devront tourner au point de passage de Fernando de Noronha.

En tête des Imoca, Thomas Ruyant et Morgan Lagravière (LinkedOut) entraient mercredi dans le pot au noir, cette zone de convergence inter tropicale redoutée des marins, où les vents peuvent amener la tempête tout comme il peut n'y avoir aucun souffle.

Classements mercredi à 15h00:

Les monocoques

. Class 40 (12 m)

1. Redman (FRA) à 2.434,9 milles de l'arrivée

(Antoine Carpentier, Pablo Santurde Del Arco)

2. Volvo (BEL) à 14,9 milles du premier

(Jonas Gerckens, Benoit Hantzperg)

3. Edenred (FRA) 36,0

(Emmanuel Le Roch, Pierre Quiroga)

4. La Manche #EvidenceNautique (FRA) 56,6

(Nicolas Jossier, Alexis Loison)

5. Banque du Léman (SUI) 57,0

(Valentin Gautier, Simon Koster)

. Imoca (18 m)

1. LinkedOut (FRA) à 2.930,8 milles de l'arrivée

(Thomas Ruyant, Morgan Lagravière)

2. Charal (FRA) à 69,7 milles du premier

(Jérémie Beyou, Christopher Pratt)

3. Apivia (FRA) 71,9

(Charlie Dalin, Paul Meilhat)

4. Initiatives-Cœur (GBR) 178,8

(Sam Davies, Nicolas Lunven)

5. Arkea - Paprec (FRA) 218,5

(Sébastien Simon, Yann Elies)

Les multicoques

. Ocean Fifty (15 m)

1. Primonial (FRA) à 2.299,2 milles de l'arrivée

(Sébastien Rogues, Matthieu Souben)

2. Koesio (FRA) à 78,9 milles du premier

(Erwan Le Roux, Xavier Macaire)

3. Solidaires En Peloton (FRA) 95,4

(Thibaut Vauchel-Camus, Frédéric Duthil)

4. LEYTON (GBR) 124,2

(Sam Goodchild, Aymeric Chappellier)

5. Les P'tits Doudous - The Arch (FRA) 171,9

(Armel Tripon, Benoit Marie)

. Ultime (32 m)

1. Maxi Edmond de Rothschild (FRA) à 3.314,6 milles de l'arrivée

(Franck Cammas, Charles Caudrelier)

2. Banque Populaire XI (FRA) à 289,3 milles du premier

(Armel Le Cléac'h, Kevin Escoffier)

3. SVR-Lazartigue (FRA) 406,6

(François Gabart, Tom Laperche)

4. Actual Ultim 3 (FRA) 659,3

(Yves le Blévec, Anthony Marchand)

5. Sodebo ultim 3 (FRA) 1.208,9

(Thomas Coville, Thomas Rouxel)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une