• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Au procès du 13-Novembre, les noms des victimes résonnent dans la salle d'audience

Vendredi 10 septembre 2021
Au procès du 13-Novembre, les noms des victimes résonnent dans la salle d'audience
Croquis d'audience réalisé le 9 septembre 2021 montrant Salah Abdeslam, l'un des principaux accusés au procès des attentats du 13 novembre 2015 à Paris - Benoit PEYRUCQ (AFP)

"Dans la soirée du vendredi 13 novembre 2015, trois équipes, chacune composée de trois hommes, attaquaient différents lieux de la région parisienne"... Dans la salle d'audience de la cour d'assises spéciale de Paris, le silence se fait lourd quand le président commence à lire son rapport sur les attentats du 13-Novembre.

Après plus de deux heures à citer la liste des témoins et des experts qui vont se succéder à la barre, la troisième journée du procès a été essentiellement consacrée à la lecture du rapport résumant l'enquête, titanesque.

D'une voix neutre, le président Jean-Louis Périès reprend minute par minute le déroulé des attaques qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés, les plus meurtriers ayant jamais frappé la France.

"21h16, première explosion au Stade de France, 21h20, deuxième explosion au Stade de France, 21h24, première fusillade au Carillon et au Petit Cambodge, 21h26, deuxième fusillade à la Bonne bière et au Casa Nostra, 21h36, troisième fusillade à la Belle équipe, 21h41, explosion au Comptoir Voltaire, 21h47, début de l'attaque au Bataclan, 21h53, troisième explosion au stade de France".

Avec les termes cliniques caractéristiques de ces rapports, Jean-Louis Périès revient sur chacun des événements.

A chaque fois, il termine en donnant le nombre de morts. Un au Stade de France, 39 sur les terrasses, 90 au Bataclan. Puis il lit, lentement, les prénoms, noms et âges des victimes.

- Tête baissée -

Dans la salle d'audience, les parties civiles remplissent la majorité des dizaines de rangées de bancs. On retient ou pas ses sanglots. Des mains s'agrippent. Des voisins de place s'enlacent.

Le président évoque le Bataclan. "Une vraie scène de guerre où des cadavres se mêlaient à des personnes blessées ou indemnes se faisant passer pour mortes afin de ne pas déclencher de tirs sur elles", décrit-il.

Certains quittent la salle. Le président lit les noms des victimes. Baptiste C., 24 ans, Aurélie de P., 33 ans, Cécile M. épouse Z., 31 ans... La lecture dure plus de cinq minutes.

Debout entre les rangées, des membres de l'association Paris aide aux victimes scrutent les visages, se penchent parfois pour dire un mot de soutien.

Dans le box, les accusés écoutent bras croisés sur la poitrine. Certains ont la tête baissée. Seul membre encore en vie des commandos, Salah Abdelsam, qui a multiplié les provocations les deux premiers jours d'audience, reste silencieux.

Onze hommes comparaissent détenus dans le box de la salle d'audience construite pour l'occasion dans l'historique palais de justice de Paris. Trois accusés, sous contrôle judiciaire, comparaissent libres. Les six autres sont jugés en leur absence: cinq sont présumés morts, un dernier incarcéré en Turquie.

Sur les 20 accusés, douze encourent la réclusion à perpétuité.

- Attaques coordonnées -

La nuit de terreur du 13 novembre 2015 a débuté aux abords du Stade du France, à Saint-Denis, où se jouait le match de football France-Allemagne. Trois jihadistes y ont successivement déclenché leur ceinture explosive.

Un peu plus tard, au cœur de Paris, d'autres assaillants tirent sur des terrasses de cafés et de restaurants. Puis un autre commando fait irruption au Bataclan, avec armes de guerre et ceintures explosives, et mitraille les spectateurs d'un concert.

Les enquêteurs - jusqu'à 1.000 au début de l'enquête - et les cinq magistrats antiterroristes saisis établissent rapidement que les attentats ont été coordonnés de Belgique. Ils identifient aussi leur commanditaire en Syrie: Oussama Atar, un Belge surnommé "Abou Ahmad al-Iraki", membre important du groupe Etat islamique (EI), vraisemblablement mort en 2017 dans une frappe de la coalition en zone irako-syrienne.

Vers 21h30, alors que le rapport aborde le parcours de chacun des accusés, les avocats de la défense se succèdent pour demander à mettre fin à l'audience. Leurs clients n'ont "pas mangé depuis 10h30" et ne suivent "plus rien", plaident-il.

Jean-Louis Périès autorise une première courte suspension. Une partie civile fait passer un paquet de biscuits pour les accusés.

Le président finit par consentir, à contre-coeur, à suspendre l'audience pour la journée à 23h30.

"On aura les mêmes problèmes la semaine prochaine", prévient-il, exaspéré, rappelant que les audiences commencent justement à la mi-journée pour ménager les accusés. "Alors bon, faut prendre sur vous un peu, messieurs".

La dernière partie du rapport, lu à trois voix avec ses deux premières assesseures, se fera donc lundi à 12h30.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
8 commentaires