• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

[VIDÉO] Un blessé, chassé d'une manifestation de la communauté haïtienne le 16 juin

Emile Boutelier Samedi 19 Juin 2021 - 13h38
[VIDÉO] Un blessé, chassé d'une manifestation de la communauté haïtienne le 16 juin
Le rassemblement a eu lieu cité Brutus à Cayenne

Alors qu’elle devait témoigner de l’union de la communauté haïtienne de Guyane, la manifestation organisée mercredi 16 juin à Cayenne a démontré tout l’inverse. Malgré un mot d’ordre en apparence consensuel - celui de la lutte contre l’insécurité en Haïti, de vifs débats ont secoué le rassemblement, allant jusqu’à l’expulsion manu militari d’un participant.

 « A bas kidnapping. A bas corruption » scandait avec conviction la centaine de citoyens d’origine Haïtienne rassemblés mercredi après-midi devant les locaux de Radio Mozaïque, 11 rue Sainte-Catherine, dans le quartier de la cité Brutus à Cayenne. « Nous sommes là pour dénoncer l’insécurité qui frappe toutes les couches de la populations en Haïti », déclare André-Yves Rameau, entrepreneur de profession, vice-président de l’Association pour l’Insertion, le Développement et l’Education (AIDE) et principal organisateur de cette marche.
 
En cause, la prolifération massive des gangs armés dans la toute première république noire de l'Histoire qui se traduisent notamment par une explosion des kidnappings pour rançon. « Ces enlèvements concernent la France, car ils poussent toujours plus d’Haïtiens à s’exiler ici, mais aussi parce qu’ils frappent directement des Français » ajoute André-Yves Rameau, faisant allusion à l’enlèvement d’une dizaine d’ecclésiastiques en avril 2021, dont deux Français, par un gang armé en banlieue-Est de Port-au-Prince.

Mais derrière des revendications d’apparence non partisanes, les participants de la manifestation témoignent d’un soutien inconditionnel à l’actuel président de la République Haïtienne -Jovenel Moïse- et à son projet de référendum constitutionnel. « C’est l’opposition terroriste qui fout le bordel, et seul le maintien au pouvoir de Jovenel Moïse parviendra à la mater » mortelle l'organisateur de la marche.

Resté aux commandes malgré la fin de son mandat officiel le 7 février 2021, le Président de la République Haïtienne essuie depuis lors une crise de légitimité qui rappelle bien des fins de mandats de ses prédécesseurs. Le président Moïse cherche à entériner son maintien au pouvoir dans la constitution : la suppression du Sénat et du poste de premier Ministre, de même que la possibilité d’enchaîner deux mandats présidentiels consécutifs lui permettraient ainsi de faire taire les accusations d’inconstitutionnalité formulées par l’opposition. « Le renforcement du régime présidentiel est le seul moyen d’endiguer la violence » affirme Lysner Premier, président de l’AIDE, qui dit cependant se tenir à l’écart de la manifestation.

Un point de vue qui ne semble pas partagé par l’ensemble de la communauté Haïtienne en Guyane. Plusieurs de nos interlocuteurs sur place semblent en effet sceptiques à l’égard de la politique du gouvernement, allant jusqu’à l’accuser d’être à l’origine des kidnappings. Le jeune universitaire Rolph Jean (en blanc sur la vidéo), venu opposer ces arguments aux organisateurs de la manifestation, en aura fait les frais : violemment alpagué par des membres du service d’ordre de la manifestation, on le voit contraint de quitter les lieux en courant, sous les jets de pierre et les coups de ceinture d’une dizaine d’individus. Joint par téléphone, il affirme avoir été hospitalisé pour une contusion à la lèvre supérieure gauche et une entorse au genou ainsi qu'en témoigne son bilan d'hospitalisation. Il dénonce une  "tentative d’assassinat".
  
« La communauté haïtienne n’a pas de chef, et nous refusons catégoriquement d’être représentés par quiconque s’auto-proclame notre représentant » affirme-t-il. Plusieurs dénoncent une mainmise des "anciens" sur la communauté haïtienne en Guyane, favorables au régime actuel, alors que les jeunes générations seraient plus enclines à critiquer le régime. Qu’ils soient pour ou contre, tous les militants présents s’accordent sur un point : la France, chargée d’une dette morale envers Haïti, ne devrait plus fermer les yeux sur la crise politique majeure qui s’abat sur la moitié occidentale de l’île d'Hispaniola qu'elle partage avec la République dominiquaine et qui pourrait avoir des conséquences majeures dans toute la Caraïbe.


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

Woly 21.06.2021

S.E monsieur Jovenel Moïse est un président légitime avec la majorité de la population, vous n'êtes pas informé ne raconte pas n'importe quoi ok

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 22.06.2021

Légitime, c'est vite dit... En fait on attend le 07 Février 2022 pour le voir sous son vrai jour : dictature genre Duvalier ou genre Aristide ?

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 21.06.2021

C'est plus facile de soutenir le régime de Jovenel Moïse depuis la Guyane Française, on craint moins les kidnappings et les balles perdues... Quant à cette association AIDE, une visite dans la comptabilité ouvrirait certainement bien des yeux.

Répondre Signaler au modérateur
Éveil de Guyane 19.06.2021
Jusqu'en Guyane ça continue

Félicitations pour votre intégration, si vous vous donnez en spectacle comme ça sur le territoire guyanais. Bèl fè

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
Une

Accident mortel sur la route de Mana

P.R - Vendredi 18 Juin 2021

3 commentaires
4 commentaires
6 commentaires
11 commentaires
A la une
4 commentaires
1 commentaire