France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FAITS-DIVERS

Lutte contre l'orpaillage illégal : ils se jettent à l'eau pour échapper aux militaires

Rédaction web Samedi 22 Mai 2021 - 11h14

2150 litres de carburant ont été saisis. - Gendarmerie de Guyane

 Dans la nuit du 21 mai 2021, les militaires de l'Antenne Gign, de la brigade fluviale de Matoury et de l'EGM 17/9 se sont engagés sur le fleuve Approuague. Une pirogue et 5 tonnes de matériel destinés à des camps d'orpailleurs ont été saisis.

 Belle prise pour les militaires de l'Antenne GIGN de Cayenne, de la brigade fluviale de Matoury et de l'Escadron de Gendarmerie Mobile 17/9. Dans la nuit du 21 mai 2021, une opération dans le cadre de la lutte contre l'orpaillage illégal a porté ses fruits. Alors qu'ils s'engageaient au passage de deux embarcations, les militaires ont eu la surprise de voir les occupants des deux pirogues sauter à l'eau pour échapper à leur interpellation. Les marchandises transportées et du matériel ont été saisis.

Le même jour, la brigade de gendarmerie maritime de Cayenne a intercepté deux pirogues adverses prenant la fuite vers le sud, toujours sur le fleuve Approuague. Tous les occupants se sont jetés à l'eau et délestés de l'intégralité de leur cargaison.

Une pirogue de 12 mètres, un moteur de 200cv, 2150 litres de carburant, 5 tonnes de matériel divers, 10 téléphone et 20 bouteilles de gaz ont été saisies. 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 22.05.2021
Au Surinam

Ils ont pas de problème de garimperos, la bas c’est tir à vu directe tandit que la France s’enferme dans ses droits de l’homme soi disant et defant les mailfaiteurs plus que les victimes !

Répondre Signaler au modérateur
germina 07.06.2021

Bonjour, je ne connais pas les lois intégrales du Surinam ni les conditions de travail de la police surinamaise, ni les accords internationaux pour me permettre de penser qu'au Surinam c'est différend de la France. C'est donc à vérifier auprès du consulat, de l'ambassade et des fonctionnaires surinamais.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
12 commentaires
4 commentaires
1 commentaire
5 commentaires
A la une