• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La plainte du carnavalier mordu par un chien policier classée sans suite

Samuel Reffé Mercredi 31 Mars 2021 - 16h22
La plainte du carnavalier mordu par un chien policier classée sans suite
La blessure importante du carnavalier mordu par un chien-policier avait suscité l'émoi des réseaux sociaux. - D.R.

Début janvier, Albert Tarcy suscitait l’émoi général des réseaux sociaux et des personnalités politiques. Au cours d’un week-end de carnaval à Cayenne, l’homme avait été évacué aux urgences à la suite d’une morsure de chien policier. Sa plainte a été classée sans suite.

 “Rien n’établit que la morsure résulte d’un acte volontaire du conducteur du chien” explique un communiqué du parquet de Cayenne en date de ce jour. La plainte d’ Albert Tarcy, carnavalier mordu par un chien policier en marge du carnaval non-déclaré du dimanche 10 janvier n’aura pas de suites judiciaires, sauf recours du plaignant. Rappel des faits :
Carnaval bridé et débordements
Tout au long du week-end du 9 au 10 janvier, la police nationale a fait usage de maîtres-chiens pour contenir la foule du carnaval qui n'était pas autorisé en raison de la crise sanitaire. Dimanche 10 janvier, Albert Tarcy et environ cent-cinquant autres personnes étaient venus manifester leur mécontentement suite à l’annulation des festivités pour cause de crise sanitaire.

Couvre-feu oblige, la fin du carnaval était programmée samedi et dimanche à 19 heures. Mais, sur les deux journées, une poignée de participants a poursuivi la mobilisation, déguisements et festivités inclus. Les face-à-face entre manifestants et policiers se sont multipliés de la place de la préfecture jusqu'aux chaînes brisées.

Le 10 janvier, le commissaire Gil Friedman, désormais remplacé, avait "affronté" les manifestants en les sommant de cesser toute activité qui aurait pu troubler l’ordre public. De là, les policiers sous ses ordres avaient multiplié l’usage de gaz lacrymogènes (à moins de 5 mètres).

L’incident qui a entraîné une plainte avait eu lieu dans l’après-midi. En marge de la manifestation, Albert Tarcy, carnavalier, avait été attaqué peu après 18h30 par un chien policier démuselé qui l’avait mordu jusqu’au sang au niveau de l’avant-bras. Il s’était vu prescrire sept jours d’ITT après avoir été évacué aux urgences du centre hospitalier de Cayenne. Dans une annonce, le directeur technique de la police nationale avait rapidement prohibé l’usage des chiens suite au tollé provoqué sur les réseaux sociaux. Gabriel Serville, Christiane Taubira ou encore Marie-Laure Phinéra-Hort s’étaient exprimés publiquement pour dénoncer l’usage des chiens par la police. Gautier Hort réclamait des “sanctions sévères” contre le commissaire et le maître chien.
Le déroulé du face-à-face entre le maître-chien et le carnavalier
Le 11 janvier, Albert Tarcy saisissait par l’intermédiaire de son conseil le procureur de la République de Cayenne d’une plainte qualifiée “de violences avec arme par destination par personne dépositaire de l’autorité publique”. L’homme a expliqué dans sa plainte qu’il rentrait chez lui au moment où une équipe cynophile légère de la police nationale lui a demandé de “changer de chemin”.

La délégation de Fort de France de l’inspection générale de la police nationale s’est saisit de l’enquête peu après la plainte. Il résulte de cette dernière qu’à 17 h 45 Albert Tarcy et une autre personne déambulaient seuls au milieu de la rue Lalouette à Cayenne. L’exploitation des images de vidéosurveillance a permis d’établir qu’ils stoppaient chaque automobiliste, avant de les laisser repartir. Un embouteillage s’était formé.

A 18 h 30, l’unité cynophile légère de la police nationale était requise par un passant concernant deux individus “alcoolisés” qui entravaient la circulation. Décrit comme agressif, Albert Tarcy a reçu plusieurs avertissements du maître chien. “Les policiers relatent qu’Albert Tarcy s’approche du chien et de son maître en indiquant que s’il le mord, il va le “casser, le taper”” explique le communiqué du parquet. Le carnavalier  s’était fait mordre alors qu’il était dans “la zone de sécurité du chien”.

Le maitre chien avait également été mordu alors qu’il tentait de faire cesser la prise du chien. Le “conducteur du chien” assure toutefois n’avoir donné aucun ordre d’attaque, toujours selon l’enquête de l’IGPN. "En conséquence, sa plainte [celle d'Albert Tarcy] sera classée sans suite" explique le communiqué signé par le procureur de la République Samuel Finielz. Cette décision peut toutefois être contestée par le plaignant suivant "les voies de droit usuelles" conclut le parquet. 

L'événement avait déclenché, de surcroît à la vague de contestation de l'usage des chiens policiers, une longue crise au commissariat de Cayenne, entraînant à son paroxysme le départ du commissaire Gil Friedman. En se constituant en intersyndicale, les sept syndicats policiers ont réclamé deux semaines durant cette éviction, dénonçant un climat de “terreurs” et de “harcèlement” dans les couloirs des commissariats. 


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Benkwa973 02.04.2021

C'est marrant, les formulations semblent toujours victimiser des individus qui enfreignent la loi. Monsieur X se fait "attaquer" et plus tard dans l'article, on lit que ce Monsieur marchait au milieu de la rue en stoppant les voitures. Peut-être serait-il bon de remettre les faits dans le bon ordre...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
3 commentaires
6 commentaires
A la une

Vidéos

Voir toutes les vidéos