• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FAITS DIVERS

"La machine de production de la délinquance nous intéresse au plus haut point"

Gaëtan Tringham (g.tringham@agmedias.fr) Jeudi 11 Août 2022 - 18h14
"La machine de production de la délinquance nous intéresse au plus haut point"
Thierry Queffelec, le préfet de la Guyane a répondu aux questions concernant l'insécurité en Guyane - G. Guitteau, photo d'archives

Au lendemain de l'homicide volontaire qui a couté la vie à l'entrepreneur Andy Ramkaram, le préfet Thierry Queffelec a répondu aux questions concernant l'insécurité en Guyane.

Fin juin les autorités dressaient un premier bilan maccabre : 25 meurtres commis depuis le 1er janvier.

Un nouveau nom s'est ajouté à cette liste hier matin : celui de Andy Ramkaram, abattu devant sa boulangerie après quatre attaques à main armée à son encontre. Son avocate Me Robo avait mis en avant l'inaction de la justice et l'impunité des agresseurs : "les autorités ont été sourdes", confiait-elle notamment.

C'est dans ce contexte que le préfet s'est exprimé aujourd'hui, 11 aout 2022. "La chaine pénale et la chaine de police tournent parfaitement. C'est plutôt la machine de production de la délinquance qui nous intéresse au plus haut point", indique d'abord Thierry Queffelec.

"Est-ce qu'il faut plus de policiers ou de gendarmes, je serai le premier à dire oui. Ça nous donnerait une plus grande souplesse. Mais il faut savoir que la perception de l'insécurité en Guyane est déjà prise en compte dans les effectifs. En France, la moyenne est de 30 policiers pour 10 000 habitants. Pour la même tranche d'habitants, nous en disposons entre 45 et 56 en Guyane."

Quid du RAID ? 
Le préfet évoquait dernièrement sur Guyane la 1ere qu'une antenne du RAID pourrait venir s'installer en Guyane. Nous l'avons relancé à ce sujet : 

"C’est une demande que j’ai faite au gouvernement qui, pour l’instant, est en phase d’instruction et de manière surement positive. On a une antenne du GIGN, on peut avoir une antenne du RAID. C’est quelque chose qui se prépare, mais il n’y aurait pas plus de vingtaine hommes... ça commencerait surement à 12 si c’est acté. Mais leur action correspond à des situations particulières. Ils sont là pour protéger les fonctionnaires et intervenir sur les délinquants dans des conditions spécifiques. Et ce n’est pas 12 hommes qui vont tout changer, c’est une organisation complète. La vraie méthode, c'est de casser cette production de la délinquance. Cela se fait via le rapport avec les familles ; c’est le rapport avec le tissu associatif ; c’est le dialogue que j'ai avec les maires... 

J’ai rencontré hier le maire de Matoury avec son conseil municipal : il s’engage dans un CSI. Un Contrat de sécurité intégré qui reprend à la fois l’ensemble de la politique de la ville, l’ensemble des cités éducative, le travail avec la CAF etc… Il y a la machine de production et après il y a les gens qui sont au contact. Nous devons travailler de façons conjointe avec élus, État, associations
."

 
Quatre tentatives de meurtre sur un même homme. Le danger sur sa vie pris au sérieux ?
Sans s'offusquer de la question, le préfet a très vite redirigé vers les autorités attachées au ministère de la Justice :

"Nous sommes maintenant dans une enquête judiciaire. C’est à présent le procureur qui pourra répondre à ces questions. Ce sont des questions qui vont rentrer dans la qualité du jugement. Alors, je n’ai pas d’opinion, je n’ai pas d’information non plus. Je suis dans un autre domaine. Ma responsabilité, c'est la mise en place de la sécurité, ce n’est pas de traiter les résultats de la sécurité."

La conférence de presse du préfet disponible ci-dessous en vidéo : 





Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
12 commentaires

Vos commentaires

MartinEden 16.08.2022
Bac Pro ou CAP cocaïne bientôt ?

17 à 20 % (120 personnes) des 600 passagers contrôlés sur 3 vols Cayenne vers Paris, sont des mules selon la préfecture de Guyane.

Donc 30 à 40 mules par vol, on fait comment alors pour endiguer ce fléau ?
Pas assez de places en prison alors la majorité passent les controles et vivent de ce commerce, cet argent facile.
Ou sont arrêtés, jugement en comparution immédiate, 1 nuit de prison puis relâchés avec une amende de 1000 euros (pour 2kg de coke) s’ils trouvent un travail !

Des mules qui ont un travail pour la plupart et souvent même dans le secteur public (un comble !).
Personnel hospitalier, dans l’éducation, militaires (dont 1 en 2015 avec 27kg) ... aussi des maires de commune.

Répondre Signaler au modérateur
MartinEden 16.08.2022
Mules

20% de la drogue consommée en France vient de Guyane.
Pourquoi il n’a pas été mis en place un meilleur système de contrôle à l’aéroport de Paris comme cela a été fait à Amsterdam ?
Si la drogue surinamaise passe par Cayenne et pas Paramaribo, il y a une raison.

Répondre Signaler au modérateur
maitrespirituel 13.08.2022

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
MartinEden 12.08.2022
Entre 45 et 56 policiers pour 10 000 habitants ? (Suite et fin)

Guyane en 2019, 280 000 habitants.
Donc la Guyane compte entre 1260 et 1568 policiers/gendarmes ??

Pour travailler ou venir en congé ?

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 14.08.2022

Primo, un gendarme/policier ne "travaille" pas au sens véridique, mais SERT. Idéalement, je veux dire.

Secundo, vous n'insinuez tout de même pas qu'il y ait un rapport entre leur nombre et la sécurité en tout ? Hein ?
Voyons...

Répondre Signaler au modérateur
MartinEden 12.08.2022
Entre 45 et 56 policiers pour 10 000 habitants ?

Mana, 12 000 habitants -> 7 gendarmes
(Intervenez si je me trompe)
SLM, 50 000 habitants -> ??? gendarmes (entre 225 et 280 gendarmes).

La police municipale dans les communes de l’ouest, quel effectif ? Invisible dans les rues.
” Mais où est donc passée la police municipale ?"

Répondre Signaler au modérateur
gilles SLM 12.08.2022

Traiter l'insécurité pourrait commencer par traiter l'incivilité, par exemple, non ? Prenons St Laurent : en quoi avoir installé 865 000 Euros de caméras de surveillance apaisera la ville ? Ne vaudrait t'il pas mieux que notre armée de policiers et "ASVP" municipaux aient une fonction plus utile qu'achalander en bande dans les magasins ?

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 14.08.2022

"commencer par traiter l'incivilité, par exemple, non ?"

NON

Répondre Signaler au modérateur
Uku man 12.08.2022
blablabla

Quid de la pauvreté galopante ? Des enfants non scolarisés, bombes à retardement ? Quid du chômage généralisé ? Quid des gens qui vivent sans aucune aide (pas de papiers ... pas de droits, pas de travail déclaré ... vivre avec moins de 500 Euros/mois en Guyane, vaste blague) Quid de la spoliation des terres par une minorité de familles du littoral ? Quid des mafias internationales (or, coke, armes, devises, esclaves de fait ...), et, quid du système colonial ? (corruption, népotisme,, il suffit de voir l'état des rues de Cayenne, avec des Porches du même nom), favoritisme des boîtes de métropole (et Martinique, Gwada), qui trustent tous les business, bagnoles, nourriture ...) ... la France est en Guyane pour la fusée, et pour quelques bénéficiaires du trafic, d'or surtout, qui blanchissent tranquille depuis le 16ème arrondissement à Paris, le reste ... la France s'en balance.

Répondre Signaler au modérateur
roots973 12.08.2022
No comment

Rien a dire de plus .... a part "Bougez vous Mr le préfet!" .
Et à l'Etat ,il est temps de vous décider si on est Français ou pas

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 12.08.2022

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 12.08.2022

Exacte. La machine de production de la délinquance n'est autre que les politiques publiques, celles du passé et du présent.

Décidément insolubles sous ce statut...

Répondre Signaler au modérateur
guidicelli 15.08.2022

Quelle est la solution selon vous ?

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 15.08.2022

Ah, question à combien ? :-)

La solution... certainement pas ce genre de discours, cette revendication ouverte de l'irresponsabilité, la réclamation stupide de "plus de flics".. jamais assez, par nature.
Cette vision purement policière qui fait des flics les pompiers impuissants de l'échec politique...

Faudrait un jour assimiler la vision holistique des choses et apprendre à réfléchir... comprendre les suites causes-conséquences... comme le chemin qui mène des lois débiles et leurs applications spécifiquement abjectes au non-dvpt économique et, par ricochet, au trafic de drogue et faits divers.

Tout ce dont la configuration actuelle est absolument incapable, réduite à sautiller sur les méchanttrafffikants - bien plus des victimes de l'ineptie des politiques publiques que de véritables criminels.

Pour dire bref, l'architecture politico-administrative et sa culture inhérente (policière, volontariste, étatiste, méprisante, par essence corrompue) sont inadaptées pour assurer un dvpt quelconque.
Elles n'arrivent même pas à maintenir les acquis du passé...en Métropole. Le modèle n'étant pas compétitif... Alors, en attendre une performance en matière du dvpt en Guyane ?
Blague.
Soit un chgt de statut intelligent et très réfléchi, soit Ayiti, va.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
7 commentaires
1 commentaire
3 commentaires
1 commentaire
3 commentaires
A la une