France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CAYENNE

[EN IMAGES] : Manifestation contre les nouvelles mesures de freinage de l'épidémie, deux personnes en garde à vue

XP.LP. Vendredi 20 Août 2021 - 09h44

Fin de semaine agitée à Cayenne où dès l'aube du vendredi 20 août, une soixantaine de manifestants mobilisés contre les dernières restrictions sanitaires annoncées la veille se sont retrouvés face aux forces de l'ordre. De nombreux tirs de gaz lacrymogène ont eu lieu dans les premières heures de la matinée et deux personnes ont été interpellées. 

  • © XPLP

  • © XPLP

  • © XPLP

  • © XPLP

  • © XPLP

  • © XPLP

  • © XPLP

  • © XPLP

  • © XPLP

  • © XPLP

  • © XPLP

  • © XPLP

  • © XPLP

  • © XPLP

 Dès 5h00, au cours de la matinée du 20 août, une soixantaine de manifestants contre les dernières restrictions sanitaires annoncées la veille se sont positionnés aux environs de l'hôtel préfectoral de Cayenne dont les abords ont été partiellement barricadés par des barrières. En intervention à partir de 7h30, un escadron de gendarmerie préalablement en opération de sécurisation à Matoury a été déployé. Les protestataires ont été confrontés à plusieurs tirs de projectiles et de gaz lacrymogène.

 Lors de sa prise de parole avec les médias, le préfet Thierry Queffelec a indiqué que deux personnes avaient été placées en garde à vue.  Plus tard, dans la soirée de ce vendredi 20 août, elles se sont vues remettre une convocation par officier de police judiciaire au tribunal correctionnel le 21 octobre. L'une d'elles se serait rendue responsable d'un jet de pierre tandis que l'autre aurait envoyé une bouteille d'acide. Constatant une certaine préparation dans l'organisation de cette protestation, les autorités l'ont qualifié de "manifestation dure", indiquant ne pas avoir recensé de blessés autant du côté des forces de l'ordre que des manifestants. Certaines personnes parmi ces derniers dénoncent pourtant avoir reçu des coups de tonfas.

 Le préfet de Guyane annonce qu'une plainte sera déposée pour violence sur personne dépositaire de l'autorité publique. 
 
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
9 commentaires

Vos commentaires

cap40 24.08.2021
C'est pas moi...

C'est pas moi ...c'est l'autre...Lu dans libération la réaction d'un loueur de voitures guadeloupéen "Les touristes nous ont apportés le delta qui n'existait pas et maintenant ils s'en vont après nous avoir contaminés"...
Ben voyons!!!, comme en Guyane c'est toujours la faute des autres:le mot responsabilité n'apparaît pas dans le dictionnaire caribéen.Comme le disait P Dac, pour beaucoup "l'avenir est derrière moi surtout quand je lui tourne le dos" Tristes tropiques...

Répondre Signaler au modérateur
cap40 23.08.2021
Comme en...

Comme en Martinique et en Guadeloupe, en Guyane à la mi- septembre la 5ème vague et le tri des patients. On s'en fout y a JJ5...

Répondre Signaler au modérateur
Laguya2020 22.08.2021
Attention danger

Préfet arrivant à la préfecture encadré par deux cents gendarmes ..
Il a vraiment risqué sa vie le pauvre face à 20 militants de trop violans!

Répondre Signaler au modérateur
Parbo 20.08.2021
Ça craint !!!

Trop violence appelle a la guérilla .
Goudet dit clairement a ses ouailles de prendre les armes pour la guérilla.
Il le dit sans ambiguïté au micro de
radio peyi .
Le pire c que ensuite il dit qu il n est pas violant .
Il est ou son cerveau ?

Répondre Signaler au modérateur
Rudy M. 20.08.2021

Les fans de statistiques de la "caravane info" feront le rapport entre ces 60 manifestants qui représentent moitié moins que le nombre de morts du COVID ces derniers mois.

Répondre Signaler au modérateur
jéjé76 20.08.2021

Ils veulent quoi ces trépanés ? On continue à faire la fête ? On continue à se contaminer ? Mais quand leurs proches seront hospitalisés , parce que pas vaccinés bien sur , et qu'on leur dira qu'on peut pas les prendre en charge car services saturés , ils crieront haut et fort que l'état colonialiste Français les tue !!! De plus , mais on le savait déjà , ces gens là ne veulent que provoquer la violence , tout en la dénonçant !!! Des coups de tonfa contre des jets d'acide ? Il y a des coups de pieds au c... qui se perdent !!!

Répondre Signaler au modérateur
g6d 20.08.2021

jets de pierres ou de bouteille d'acide : n'est il pas normal que les forces de l'ordre se défendent avec les tonfas qui nécessitent une proximité autre que celle de nos courageux(?) révolutionnaires ?. Les Guyanais choisissent leurs représentants, leurs révolutionnaires patentés, aussi, mais attendent toujours tout du pouvoir Kolonialiste puisqu'ils sont fonctionnaires (+40%)

Répondre Signaler au modérateur
devisan 20.08.2021
Manque flagrant d'impartialité

Vous indiquez :"Les protestataires ont été confrontés à plusieurs tirs de projectiles et de gaz lacrymogène." mais vous ne rapportez rien sur les projectiles lancés par les manifestants.
Partialité regrétable !

Répondre Signaler au modérateur
aucun 20.08.2021
trop de violence ?

il faudrait créer un genre de comité pour lutter contre la violence ... ha mais non, c'est eux qui manifestent, je suis bête !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
14 commentaires
1 commentaire
8 commentaires
1 commentaire
A la une
1 commentaire