• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FAITS-DIVERS

Cayenne : les organisateurs d'un after-party convoqués devant le tribunal correctionnel

S.R. Mercredi 7 Avril 2021 - 12h48
Cayenne : les organisateurs d'un after-party convoqués devant le tribunal correctionnel
Les quatre organisateurs présumés ont été placés sous contrôle judiciaire en l'attente de leur jugement. - S.R.

Dans la nuit de vendredi à samedi, la police est intervenue pour mettre un terme à une pool party qui réunissait une centaine de personnes à Cayenne, vers la Cité Grant. Quatre des organisateurs présumés ont été placés en garde à vue puis convoqués en correctionnelle le 6 mai.

La dernière soirée avant l'instauration du couvre-feu à 19 heures a entraîné son lot d'interpellations dans la nuit du vendredi 2 au samedi 3 avril. Vendredi soir, vers 23 heures, près d'une centaine de fêtards, qui souhaitaient profiter des dernières festivités avant le durcissement des restrictions, ont quitté les environs du Moonlight à Montabo, en quête d'une suite à donner à leur soirée. Ils se sont ensuite délocalisés dans une maison avec piscine dans le secteur Montabo à proximité de la cité Grant.
"Agression sonore"
La police est intervenue une première fois vers 1 heure du matin pour mettre un terme à la "pool party". Selon nos informations, les noctambules s'étaient réunis au domicile de plusieurs personnes qui vivent en colocation pour prolonger la soirée. Le lendemain, en début d'après-midi, trois des colocataires ont été interpellés à leur domicile avant d'être conduits au commissariat pour être placés en garde à vue. Vers 15 heures, le dernier des occupants du logement qui accueillait la soirée s'est rendu au commissariat puis a également été placé en garde à vue. 
Une soirée "pool party" qui se clôt par quatre convocations en justice. - Préfecture de la Guyane

Les quatre locataires de la maisons où avait lieu l'after-party se sont vus remettre une convocation devant le tribunal correctionnel le 6 mai. En l'attente, ils ont dû s'acquitter d'une caution de 1000 euros pour avancer les frais de justice et ont été placés sous contrôle judiciaire avec obligation de pointage une fois par semaine. La charge retenue par le parquet contre les mis en cause est l'"agression sonore". Toujours selon nos information, aucune personne dans le voisinage n'a porté plainte suite à cette fête clandestine.

Dans un communiqué de la préfecture et du ministère de la justice paru ce mercredi après-midi, il est précisé qu'une partie des fêtards qui avaient quitté la soirée ont été verbalisés à hauteur de 135 euros pour non-respect du couvre-feu de 23 h. L'enquête ouverte par le parquet pour "infraction covid" et "non-respect du couvre-feu" est toujours en cours. 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

Laguya2020 09.04.2021
Police

Ouah ouah...135 euros par tête de pipe.... c'est pour la caisse noire de la police probablement !
Il n'y a pas de fortune à prendre dans les bas quartiers comme on sait...il y a des fêtes qui se déroulent ici en des endroits plus discrets et où on invite deux ou trois policiers ou gendarmes.Ces derniers repartent avec du rhum et de la nourriture...
Dans ce type de soirée ou après midi, il y a toujours une ou deux filles que l uniforme séduit encore. Et hop voilà le tour est joué. Tout le monde y trouve son compte!covid mon oeil!

Répondre Signaler au modérateur
Faya973 08.04.2021

Pas de mise en examen pour agression orthographique chez FG ?

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 07.04.2021

A la niche les incivilités...

Répondre Signaler au modérateur
Georges de Cayenne 07.04.2021
Que fait la police ?

Et les prostituées qui tapinent tous les soirs devant ma maison, à l'angle des rues Ronjon et des 14 et 22 juin 1962 à Cayenne et qui se fichent du couvre-feu comme de leurs premières culottes ? Profitent-elle d'une complaisance tacite de la Police ?

Répondre Signaler au modérateur
AS 07.04.2021
tapage pas tapinage

Les putes ne font pas de tapage nocturne, elles font du tapinage nocturne, c'est pas pareil

Répondre Signaler au modérateur
dny973 07.04.2021

Sérieusement ??? je ne dis pas que la justice ne devait pas être saisit mais lorsqu'il s'agit d'aller dans les quartiers et de faire cesser les tapages ou autres "agressions sonores", là, c'est pas pareil

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
3 commentaires
A la une
Société

Grémési Kiko !

par Xavier-Paul Le Pelletier / Photos : Archives France-Guyane, Eugene Epailly, Kathryn Vulpillat / Pierre Rossovich - Samedi 10 Avril 2021

    Gauthier Horth : « Kiko voulait faire revivre l’esprit de Vitalo » Vous avez beaucoup...

Vidéos

Voir toutes les vidéos