• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
AU CŒUR DU PARC

Congrès mondial de la Nature : La biodiversité et les droits des peuples autochtones

S.B. (PAG) Lundi 13 Septembre 2021 - 16h34
Congrès mondial de la Nature : La biodiversité et les droits des peuples autochtones
Singes hurleurs © PV_PAG

Le Congrès mondial de la Nature de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) s'est achevé la semaine dernière. Il rassemble tous les quatre ans la communauté internationale - États, organismes gouvernementaux, ONG, organisations de peuples autochtones - pour guider les actions de préservation et de développement durable. Aux côtés d’autres institutions et associations de Guyane, le Parc amazonien a participé à cet événement, à Marseille.

 Ce grand rendez-vous des acteurs de la préservation de la biodiversité a été l’occasion pour le Parc amazonien de présenter les enjeux du Sud de la Guyane. Orpaillage illégal, pollution des cours d’eau, contamination au mercure, insécurité... Ce congrès a permis une nouvelle fois d’alerter les autorités sur les pressions subies dans les communes de l’intérieur.

Les axes de coopération avec les pays voisins, non seulement dans le domaine de la lutte contre l’orpaillage illégal mais aussi en faveur de la transmission culturelle ou de la gestion des aires protégées, étaient également au cœur des discussions. Il a enfin été question d’évoquer les relations homme-nature, « ces liens très forts entre les modes de vie et les ressources naturelles », complète Pascal Vardon, directeur du Parc amazonien.

Animations biodiversité © AA_PAG -

Durant ce Congrès, il a évidemment été question de conservation et de biodiversité, mais aussi de droits de l’Hommes, des femmes, des jeunes, des peuples autochtones. Le message est clair : les actions de conservation ne doivent pas entraver les droits des peuples autochtones. Au contraire, les politiques environnementales doivent s’appuyer sur les jeunes et les femmes, renforcer les droits fondamentaux, respecter les peuples autochtones.

Au niveau mondial, alors que les peuples autochtones représentent moins de 5% de la population, ils gèrent près de 80% de la biodiversité mondiale qu’abritent leurs terres. Pour la première fois cette année, les organisations de peuples autochtones ont obtenu un statut spécifique au Congrès. Elles ont officiellement demandé au Congrès de se prononcer sur leur principale revendication, la protection de 80 % de l'Amazonie d’ici 2025.

singes hurleurs -

Cette revendication a été rappelée lors de la soirée « Aires protégées et communautés amérindiennes », organisée par l’ONG Amazon Conservation Team, à laquelle le Parc amazonien a participé samedi 4 septembre. Plus tôt dans la journée, la séquence « Guyane » a permis à Jean-Paul Fereira (1er vice-président de la CTG en charge du développement durable) Patrick Lecante (président du Comité de l’eau et de la biodiversité) et au directeur du Parc amazonien de présenter les enjeux liés à la biodiversité dans la région. Le parc national est également intervenu aux côtés de l’Office de l’Eau de Guyane et du WWF sur le thème de la gestion des ressources en eau du Plateau des Guyanes, ainsi qu’à la soirée « Forêts tropicales », mercredi 8 septembre.

Sequences Guyane © AA_PAG -

Le Congrès mondial de la nature se poursuit jusqu’au 11 septembre. Au niveau national, trois priorités ont été définies : le renforcement des espaces naturels protégés et la restauration des écosystèmes dégradés ; l’augmentation de la mobilisation pour la protection et le renouvellement des espèces animales ; un effort de mobilisation des acteurs économiques en faveur de la biodiversité.
 
De Camopi à Marseille, les Singes hurleurs font entendre leur voix

 La compagnie des Singes hurleurs, les teko makan de Camopi, encadrée par la compagnie Bardaf, s’est produite dimanche au Congrès mondial de la nature. Un spectacle très apprécié du public, sensible aux messages vibrants des jeunes comédiens de Camopi : Stop aux suicides des jeunes, Stop à l’orpaillage illégal, nous sommes les héritiers de la tradition amérindienne. Nous sommes la jeunesse de Camopi et croyons en l’avenir. Un message puissant, à la hauteur de ces jeunes de l’Oyapock.
 
 
© FFA _ PAG -
 
Des animations sur la biodiversité guyanaise

À quel animal le jaguar n’ose-t-il pas s’attaquer ? Pourquoi la grenouille paradoxale porte-t-elle ce nom ? Quel oiseau sait imiter le chant des autres oiseaux ?

 Le quizz Amazonie donne du fil à retordre aux jeunes Marseillais venus découvrir les espaces « Générations nature » ! Aux côtés du Parc national de la Guadeloupe et du Parc national de Port Cros, le Parc amazonien a conçu des animations pour faire découvrir et mettre en valeur l’extraordinaire biodiversité de notre territoire. Un grand support propose également de s’initier aux clés de détermination des espèces.
 
 
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
Une

La Kaz ti'tri de Beauséjour nettoyée par les...

JMT - Dimanche 5 Septembre 2021

1 commentaire
A la une
1 commentaire
14 commentaires
Une

Un corps retrouvé au Saut Bief

S.R. - Lundi 20 Septembre 2021