• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Nouvelle suppression de classe au collège d’Apatou : la grève sauf si ?

M.L Jeudi 13 Mai 2021 - 14h51
Nouvelle suppression de classe au collège d’Apatou : la grève sauf si ?

Le mécontentement au collège d’Apatou s’exprime à nouveau en cette fin d’année scolaire. La cause de cette discorde : une nouvelle suppression de classe prévue pour la future rentrée scolaire. Une décision qui ne passe pas auprès des enseignants exaspérés par le silence du rectorat face à leurs inquiétudes.

 Hier, un préavis de grève a été déposé pour le mardi 18 mai, un ultimatum si des discussions ne sont pas engagées d’ici là.
Un vote de rejet et une motion revendicative adoptée en conseil d’administration restés sans réponses.

Lors du conseil d’administration du 30 mars dernier, les personnels et les parents d’élèves de l’établissement avaient déjà adressé un premier avertissement au rectorat en rejetant par un vote la Dotation Horaire Globale (DGH) qui prévoyait la suppression d’une nouvelle division pour la prochaine rentrée.

Dans une motion jointe au vote, parents et enseignants faisaient valoir leurs arguments : « Cette dotation est une nouvelle fois en diminution pour la 4e année consécutive alors que le nombre d’élèves accueillis en 6e repart à la hausse. Le nombre de classe de l’établissement passerait donc de 24 divisions en 2019 à 22 à la rentrée 2021 ».

Ce texte mettait également en avant un décalage d’envergure entre le nombre d’élèves considérés par le rectorat pour attribuer les moyens et les effectifs réellement accueillis dans l’établissement : « En 6e par exemple, nous accueillons cette année 134 élèves dans nos classes, mais le rectorat base ses calculs sur 124 élèves montant en 5e l’année prochaine. Il faut corriger ce décalage » détaille Mathurin Lévis, CPE dans l’établissement : « Car à la fin cela permet de supprimer une classe mais ça ne correspond pas à la réalité ».

Mercredi matin, Quentin Pelletier, professeur de mathématiques déplorait que cette motion soit restée sans réponse de la part du rectorat.
« La balle est dans le cas du rectorat. S’ils veulent éviter la grève, ils le peuvent »

Ce professeur prévient : « Face à leur silence, nous avons décidé d’agir et de déposer collectivement un préavis de grève pour le mardi 18 mai. Cela laisse le temps au rectorat de nous répondre. Si ce n’est pas le cas, nous nous mobiliserons ». En bon professeur de mathématiques et pour appuyer sa démonstration, Quentin Pelletier s’appuie sur les chiffres d’une consultation organisée en interne de l’établissement : « A la question : envisagez vous de participer activement à la grève du 18 mars, si le rectorat ne nous a pas adressé une réponse satisfaisante, nous avons eu 23 réponses favorables pour une seule négative. Cela montre notre engagement et notre unité sur la question » détaille-t-il avant d’ajouter « et depuis que ce vote a été diffusé, des collègues qui n’avaient pas pu y prendre part se sont manifestés favorablement ».

« Maintenant ce que l’on espère c’est que la division qui devait disparaître soit maintenue ainsi que les dispositifs pédagogiques et les postes d’enseignants qui vont avec. La balle est dans le cas du rectorat. S’ils veulent éviter la grève, ils le peuvent, ils doivent cesser de nous supprimer des moyens chaque année, sans raison apparente. C’est tout, mais c’est un minimum ».


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

mikeromeo 14.05.2021

Un vote, sans doute à main levée (courage à celui qui a dit non), de 24 personnes pour 24 classes. On a dû oublier la moitié des enseignants.

Répondre Signaler au modérateur
ornub 13.05.2021

Et dire qu'il vont construire un Lycée d'Excellence a MARIPASOULA
C'est vraiment de la poudre de Perlin aux yeux des Guyanais

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
11 commentaires
6 commentaires
A la une
1 commentaire