• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
EDUCATION

L'inquiétude des parents des futurs lycéens suite à des affectations critiquées

S.R. Lundi 5 Juillet 2021 - 13h25
L'inquiétude des parents des futurs lycéens suite à des affectations critiquées
Ils étaient une quinzaine ce lundi matin à réclamer des explications au Rectorat. - S.R.

 Les aléas de la répartition des futurs lycéens dans les établissements de l'Île de Cayenne suscitent l'indignation chez une poignée de parents d'élèves, qui étaient regroupés ce lundi matin devant le Rectorat. 

 Jusqu'au bout, la cruelle loterie de répartition des élèves de troisième dans les lycées de l'île-de-Cayenne suscite indignation et incompréhension d'une partie des parents concernés, qui se font entendre depuis la semaine dernière auprès de l'Académie. Rassemblés devant le rectorat ce lundi matin pour la deuxième fois, une poignée de parents d'élèves, notamment appuyés par la FAPPEG, ne comptent pas baisser les bras. En cause, l'affectation de leurs enfants au Lycée Balata (pour la plupart) ou dans des lycées trop éloignés est illégitime selon eux.

A la quasi-unanimité, les parents d'élèves interrogés ce matin réfutent un rejet de l'établissement scolaire de Balata - qui a fait l'actualité plusieurs fois en raison de problèmes d'insécurité - et dénoncent une décision du rectorat qui viserait à rehausser le niveau général du lycée.



« On a des enfants qui ont émis un souhait d’affectation dans des lycées à Cayenne, dans la filière générale, et en fait ces enfants ont été affectés au lycée Balata » retrace Tatiana, mère d'un des collégiens concernés, qui participait à la mobilisation ce matin. Un rassemblement particulièrement vif, notamment lors des échanges avec la directrice de cabinet du recteur. Globalement, on craint que les élèves soient cantonnés à l'un des lycées les moins "cotés" du secteur. 

Affelnet, cet algorithme national d'affectation, pose problème de longue date à Cayenne, où il est principalement accusé de deux maux : laisser chaque année des collégiens de troisième sur le pavé, ou les orienter dans une filière ou un lycée qui ne correspond en rien à leur premier choix.

La semaine dernière déjà, après un premier échange avec la directrice de cabinet, charge était donnée aux parents de fournir un recours contre la décision d'affectation de leurs enfants. Et s'il est difficile d'expliquer en quelques lignes les méandres du fonctionnement du "Parcours sup" des collégiens, le rectorat ne s'y est pas davantage étendu, réprimant aux demandes d'explications des parents des réponse succinctes. En l'espèce le fait que le nombre de dossiers à traiter actuellement est large - 210 selon la directrice de cabinet - et que le manque de places dans les lycées est imputable à la collectivité territoriale de Guyane. 

« Il y a un ratio de 1200 à 1400 élèves par lycée en Guyane » rappelle Adrien Aubin, porte-parole de la FAPPEG, qui annonce avoir reçu entre 25 et 30 dossiers de parents d'élèves et tempère : « en ce qui nous concerne, on explique aux parents qu’il n’y a pas lieu de stigmatiser un établissement d’enseignement secondaire. » Selon les parents d'élèves interrogés, le Rectorat devrait fournir une première réponse aux recours déposés en fin de semaine prochaine. Si cette dernière ne répond pas à leurs attentes, certains envisagent un recours en justice, devant le tribunal administratif. 

 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

dny973 05.07.2021

Le lycée de Balata est victime de son triste succès : des bagarres à répétition, de l'insécurité grandissante et un sentiment d'impunité des malfrats, implanté au cœur d'un quartier qui regroupe de nombreux voyous. Ça c'est un super cocktail pour la (in)quiétude de tous parents.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
2 commentaires
3 commentaires
A la une
1 commentaire
14 commentaires