• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
INSÉCURITÉ

Gabriel Serville : son analyse de la crise au lycée de Balata

Samedi 13 Février 2021 - 11h58
Gabriel Serville : son analyse de la crise au lycée de Balata
Archive - DR

 Ancien chef de d'établissement du lycée de Balata qu'il dirigeait lorqu'il a pris la tête de la mairie de Matoury avant de suivre le parcours national qu'on lui connait depuis : le député Gabriel Serville s'est mobilisé la semaine dernière sur le site du lycée afin de mettre son expertise au service de la sécurité des élèves.

Vendredi matin en préfecture, à l'occasion de la réunion hebdomadaire du comité interministériel de crise (CIC), il n'a pas manqué de rappeler au préfet l'urgence de trouver des réponses adéquates et coordonnées à cette crise qui gangrène la vie des lycéens.
Il s'est entretenu avec nous à propos de cette situation explosive.



En tant qu'ancien chef de l'établissement, on vous a vu vous déplacer jeudi à l'occasion du blocage ; comment pensez-vous que le climat général du lycée de Balata ait pu se dégrader à ce point? 

"Avant toute chose, je suis extrêmement surpris. Surpris de la façon dont les choses sont traitées. Je ne suis pas là pour jeter de l'huile sur le feu et je ne voudrais pas que le chef d'établissement ait le sentiment que je le juge. Il n'y va pas que de sa responsabilité en sa fonction de proviseur, mais bien de celle de l'ensemble des acteurs qui gravitent autour de cette problématique et qui ne me semblent pas avoir pris la pleine mesure du danger qu'encourent les élèves. On a bien compris que le problème ne vient pas du sein de l'établissement mais de l'extérieur, c'est pour cela que je regrette qu'il n'y ait pas encore eu de véritable séance de travail qui réunisse tous les partenaires concernés de près ou de loin.

Qui selon vous, à un rôle à jouer?

C'est de l'ensemble des collectivités concernées et des services de l'Etat, dont je parle, les forces de l'ordre et les représentants de la justice aussi, mais pas uniquement. Il faut aussi réunir les acteurs du quartier : ses membres influents et leaders d'opinion. Toutes les mesures que nous prendrons aux abords de l'établissement permettront de faire baisser les incivilités, sans toutefois pouvoir les éradiquer définitivement si nous continuons ainsi. Ce voeu pieu de l'éradication demeure l'objectif essentiel à tenir. C'est quand même triste et désolant de se dire cette seule petite dizaine d'individus capables de provoquer ces incivilités n'a pas encore pu être identifiée formellement. 

Que cela laisse-t-il présager pour la rentrée ? 

Certes, le calme de la quinzaine de jours de vacances devrait permettre de rassurer les esprits de chacuns : élèves comme parents.  Cependant, je ne comprends pas que l'on repousse encore certaines rencontres de concertation aussi loin. Si les directeurs des différentes insitutions concernées ne sont pas disponibles immédiatement, ils n'ont qu'à mandater des adjoints en délégations ! Le fait que l'on ne soit toujours pas parvenu à mettre hors d'état de nuire ces individus dénote pour les élèves d'une impuissance des adultes à faire régner l'ordre. Cela fragilise donc grandement leur autorité au sein même de l'établissement. Ma conclusion est que les élèves, s'ils ne sont pas plus en sécurité à l'extérieur, ne seront pas en mesure de faire preuve du respect qu'ils doivent avoir à l'égard de leurs professeurs. Il nous faut envoyer un signal fort tel un électrochoc au sein des quartiers environnants dans lesquels se réfugient les agresseurs. Si nous ne trouvons pas de solutions à court, moyen et long termes, c'est une spirale infernale qui se présage.

La mairie de Matoury a invité l'ensemble des concernés à participer à une réunion ce lundi matin à l'hôtel de ville.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Paassy 13.02.2021
En campagne ?

Donc Gabriel Serville appelle à l'éradication de l'incivilité tout en s'affichant avec ses camarades des Komités Guyanais qui appellent à la désobéissance civile à la moindre contrariété ?
Pas crédible !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
5 commentaires
5 commentaires
A la une