France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
TOURISME

Top Résa : La Guyane renoue avec le tourisme d’agrément

FXG, à Paris Mercredi 21 Septembre 2022 - 16h12

La 44e édition du salon IFTM Top Resa, plus connu sous le nom de Top Resa, se tient en ce moment au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris. Comme l’an dernier, le stand de la Guyane s’étale sur 80 m2.

Sylene Seraphin la costumiere et ses mannequins © FXG

La fusée à Paris © FXG

Lewest, Richard, et Rochet d'air Caraibes © FXG

Jonathan Polony (T'Air Nature Giuyane) Thierry Seraphin (Au Régal des saveurs Massy) Daniel Castor (Office tourisle centre littoral) © FXG

Jean-Luc Lewest © FXG

Laetitia et l'experience sensorielle © FXG

IAC fusée © FXG

Maimouna Keita © FXG

pavillon Guyane © FXG

QR code de l'experience sensorielle © FXG

stand Guyane dans l'espace CNES © FXG

Tina Soyavong Vadilon Renée T'air nature Guyane © FXG

Sylene Seraphin la costumiere et ses mannequins - FXG
La fusée à Paris - FXG
Lewest, Richard, et Rochet d'air Caraibes - FXG
Jonathan Polony (T'Air Nature Giuyane) Thierry Seraphin (Au Régal des saveurs Massy) Daniel Castor (Office tourisle centre littoral) - FXG
Jean-Luc Lewest - FXG
Laetitia et l'experience sensorielle - FXG
IAC fusée - FXG
Maimouna Keita - FXG
pavillon Guyane - FXG
QR code de l'experience sensorielle - FXG
stand Guyane dans l'espace CNES - FXG
Tina Soyavong Vadilon Renée T'air nature Guyane - FXG
 Le Comité de Tourisme de Guyane (CTG) a convié les offices du tourisme du Centre-littoral, de Kourou-Saint-Hélie et de l’Ouest Guyanais. Sylène Séraphin, l’épouse de Thierry, le restaurateur guyanais de Massy, en région parisienne, a costumé les touloulous et les hôtesses.

Jonathan Polony (T'Air Nature Giuyane) Thierry Seraphin (Au Régal des saveurs Massy) Daniel Castor (Office tourisle centre littoral) - FXG


Deux réceptifs font la promotion des loisirs que proposent la destination. T’Air Nature Guyane existe depuis 2019, mais c’est la première fois qu’elle vient à Top Résa.

Tina Soyavong Vadilon Renée T'air nature Guyane - FXG


Sa fondatrice Tina Soyavong vient chercher là une clientèle de tour operator car le gros de ses clients sont essentiellement des touristes affinitaires, des familles ou des personnes seules, qui cherchent des activités.

stand Guyane dans l'espace CNES - FXG


Nathalie, la responsable de Guyane Evasion n’était pas revenue depuis 2018 à Top Résa. Sa société, plus ancienne, a été créée il y a sept ans déjà. Elle aussi vient rencontrer les tour operator, les agents de voyage et les comités d’entreprises. Les hôtels Montabo et Mercure sont également présents. Et comme il faut toujours savoir se démarquer, le CTG a monté un espace sensoriel pour vivre une expérience guyanaise !

Laetitia et l'experience sensorielle - FXG


L’hôtesse Laetitia fait goûter à l’aveugle des confitures de wassaï et d’awara que Brigitte Lepelletier a créées à l’occasion de la dernière foire de Paris. Le marché français reste le principal émetteur à 90 %. « Le touriste qui vient en Guyane, explique Jean-Luc Lewest, président du CTG, a 50 ans, est CSP+, et européen : c’est la cible. C’est la clientèle de niche qu’on doit aller chercher. Nous sommes une destination qui a moins de trois millions de budget par an. On avait avant crise 100 à 110 000 touristes. Notre objectif est d’atteindre 200 à 250 000 touristes. Je rappelle toujours aux gens qu’avec 16 millions d’euros, Tahiti fait aujourd’hui 290 000 touristes par an. »

Jean-Luc Lewest - FXG


Cette année, l’équipe du CTG communique sur le développement du tourisme durable, l’économie verte et bleue. Elle a mis le paquet sur le désenclavement aérien de la Guyane. « Notre axe majeur, poursuit M. Lewest, est d’ouvrir le ciel guyanais. Notre objectif, c’est le désenclavement de la Guyane, pas seulement sur le plan aérien, mais sur le plan culturel, sur le plan des échanges avec le reste de l’Amérique du Sud. »

A Top Résa, ils ont rencontré Air France, Air Caraïbes mais également le groupe Corsair puisque Air Guyane et Air Antilles Express en sont des entités. « La collectivité territoriale de Guyane, rappelle Jean-Luc Lewest, a confié une délégation de service public à Air Guyane pour qu’elle assure une couverture aérienne de l’ensemble du territoire et on est loin d’être satisfaits. Cette DSP coûte chaque année à la Collectivité et aux contribuables guyanais 8,5 millions d’euros, et dix à la DGAC. En retour, on a un service qui n’est pas fini, un manque d’ambition et de développement, des sites internet qui ne fonctionnent pas, un vision commerciale inexistante ! Je rappelle que le comité du tourisme est actionnaire de la société qui gère cette DSP, mais si dans un mariage, les choses ne vont pas bien, on divorce. »

Lewest, Richard, et Rochet d'air Caraibes - FXG


Heureusement, il y a de bonnes nouvelles ! Des événements forts s’annoncent pour la Guyane puisque le CTG a reçu Alexia Laroche-Joubert pour Koh Lanta, sans plus de précision pour l’heure, et puis la Guyane devrait recevoir du 22 au 26 mars prochain quelques cent agents de voyage du groupe EDV (Entreprises Du Voyage), en partenariat avec le Comité du Tourisme de la Guyane et Air Caraïbes. « Ça doit être l’affaire de tous les Guyanais, de tous les opérateurs touristiques, insiste le président du CTG. Un réceptif va faire la coordination de ce voyage, mais pendant ces quatre jours que va durer ce voyage, il faut que la Guyane se pare de ses plus beaux habits, parce que ce sont eux qui vont vendre la destination Guyane demain ! »

Au dernier pointage, la fréquentation touristique en Guyane serait à moins 7 % par rapport à 2019 ! « Pas mal, se satisfait M. Lewest, lorsqu’on sait qu’on vient de manger le bouillon pendant deux ans, plus une guerre en Ukraine, une crise énergétique et des problèmes climatiques… On va mettre le paquet pour que la fin de l’année soit bonne et qu’on finisse à moins 5 % ! »

Les voyants sont au vert, la fréquentation repart, et dans cette fréquentation, la part du tourisme d’agrément est en train de monter à côté du tourisme local qui a explosé.

•  LIRE AUSSI - Tourisme : La Guyane a-t-elle trouvé sa cible ?

« Depuis qu’on est sur le salon, conclut M. Lewest, je ressens qu’on représente une forme d’exotisme et cet exotisme, c’est la durabilité, l’écotourisme, le vert… L’Amazonie, avant c’était la jungle et les animaux sauvages, aujourd’hui, l’Amazonie, c’est le poumon de la planète. »
 
pavillon Guyane - FXG
 
« Il n’y a pas que le spatial en Guyane ! »

La fusée à Paris - FXG


 A deux pas du salon du tourisme, se tient le salon du spatial, l’IAC où le CNES tient le haut du pavé. A l’entrée, la fusée Ariane donnent la réplique aux vielles colonnes art-déco du parc des expositions de la porte de Versailles. Plus loin, dans le hall qui accueille l’IAC, le grand espace du CNES a fait une place pour le stand du comité du tourisme de Guyane.

Maïmouna Keita, une jeune Guyanaise de Rémire-Montjoly, fait l’article de son pays. Elle fait un extra. Elle est étudiante à Paris, en BTS management commercial opérationnel. Et pendant les trois jours de l’IAC, elle a mis sa casquette d’ambassadrice de la Guyane.

Maimouna Keita - FXG


« Je leur explique quelles sont les activités que l’on peut faire en Guyane, je leur parle de la nature, de la biodiversité de la Guyane, de notre culture… »

L’idée, c’est de faire savoir aux visiteurs de l’IAC qu’en Guyane, à côté du spatial, on peut faire autre chose !

« Les gens ont tendance à croire qu’il n’y a que le spatial, mais non ! » Alors Maïmouna leur fait l’article sur les belles plages des îles du Salut, sur les jolies criques, les animaux à découvrir, la flore…

Une bonne partie des visiteurs de ce salon passent devant Maïmouna sans même lui jeter un regard et vont directement voir les fusées ! « Mais il y en a qui s’arrêtent, qui s’intéressent à la Guyane et qui veulent même étudier là-bas et faire partie du centre spatial guyanais. Ils viennent se renseigner sur l’habitat, la vie quotidienne… »

Mercredi, c’était la journée grand public et Maïmouna a été surprise du nombre de personnes qui s’intéressaient non pas au port spatial de Kourou, mais à la Guyane !

 
IAC fusée - FXG
 
 
Edmond Richard, directeur général adjoint d’Air Caraïbes

« Nous assurons quatre vols par semaine entre Paris et la Guyane les mardi, jeudi, vendredi et dimanche. On monte bien sûr pendant les périodes de vacances scolaires. La demande est soutenue sur cet axe. L’été a été très bon, je confirme, parce que je pense que les gens n’ont pas pu sortir. La Guyane est très enclavée aujourd’hui et les gens, après les différentes phases de covid ont quand même beaucoup restreint leurs déplacements ces deux dernières années. Alors je ne sais pas si l’on assiste à du « revenge-travel », mais on a des gens qui ont envie de sortir, de venir en métropole et en Europe. »
 
 

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
Société

Les offres d’emploi de la semaine

France-Guyane avec Pôle emploi - Samedi 17 Septembre 2022

1 commentaire
A la une