France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
ECONOMIE

Le top des start-up ultramarines à la Station F

FXG, à Paris Lundi 29 Novembre 2021 - 18h01

La 6e édition des trophées Outremer innovation a récompensé jeudi dernier à Paris un laboratoire de Guyane, une école d’animation en Martinique et deux sociétés de l’Hexagone créées chacune par un Guadeloupéen et une Martiniquaise.

Bio stratege Guyane

Ma petite maison verte

Trophées OMN6

Mwheel

Saidou Bernabe

Parrallel 14 laureat Moreno

Bio stratege Guyane
Ma petite maison verte
Trophées OMN6
Mwheel
Saidou Bernabe
Parrallel 14 laureat Moreno
 Harold du Village by CA Martinique-Guyane, l’accélérateur de start-up, est à la tête de la délégation de la Martinique qui s’est rendue jeudi dernier à la Station F, l’accélérateur de Start-up de l’homme d’affaires Xavier Niel, à Paris.

Ils étaient une quinzaine de Martiniquais à assister à la remise des 6e prix Outremer Network innovation, dont six finalistes sur les 28 nominés : Artefact innovation, Noula, Parallel 14, Table (la digitalisation des restaurants), Soraya et Bo kay nou.

« Ce sont de vrais courageux, indiquait Daniel Hierso, fondateur d’Outremer Network, certains ont bravé des barrages pour être là ! »

Ils sont venus de tous les Outre-mer, y compris de Tahiti (la conserverie de Tahiti qui a reçu le prix « Innovation Artisanat » et Airaro, installateur de SWAC a reçu le prix « Industrie-Green ») et même de Nouvelle-Calédonie (Le prix « innovation e-commerce/services » est allé à Shoppins pour sa carte bancaire cashback d’influence).

« L’idée, poursuit Daniel Hierso, président d’Outremer Network, c’est de mettre un écosystème à la disposition de ces start-up et on espère qu'il va en sortir quelque chose de positif. »

Cet ecosystème, c’est le réseau qu’a patiemment bâti Outremer Network depuis plus de dix ans, qui leur a permis de faire venir les start-up d’outre-mer sur des incentives et autres ateliers.

Parmi les lauréats ce jeudi soir, le Guyanais Bio stratège a reçu le prix « Business France » et son projet AmazonActiv Valley, le prix « Projet d’avenir ».

La mission de ce laboratoire de biotechnologie basée à Matoury est de « mettre en lumière le pouvoir de la nature et l’incroyable intelligence des plantes, à travers des ingrédients 100% écoresponsables et via leurs services aux green-entrepreneurs ».

Le Prix « coup de cœur » a été décernée à Ma Petite maison verte, une société qui propose la construction de petits logements à base de carton recyclée.

Ses fondateurs, Anna-Ketsia Plesel et Benjamin Bajal, sont originaires de la Martinique. Le prix « innovation sociale / smart city » est revenu à l’entreprise MWheel qui propose une solution de mobilité alternative clé en main destinée aux entreprises. Son fondateur Joël Montout, qui vit à Bordeaux, est originaire de la Guadeloupe.

L’école d’animation martiniquaise, Parallel 14, représentée par son co-fondateur Saïdou Bernabé, a reçu le prix « Égalité des chances » des mains de la ministre Élisabeth Moreno. Le jeune Martiniquais était soutenu par la productrice Mylène Ollivier de Cinéorama (Minuscule 1 et 2) avec laquelle il co-développe un mini-studio pour produire un long-métrage d'animation (encore confidentiel) puisqu’ils sont encore en phase de structuration de leur stratégie économique.

Ils ont pu présenter leur projet à Xavier Fontanet, ex-dirigeant du groupe Essilor, administrateur de nombreuses entreprises du CAC 40 et soutien actif d’Outremer Network, mais également à Netflix dont l’émissaire, Patiente Priso, cheffe de projet Grow creative, s’est montrée curieuse et en quête de découverte.

Cette 6e édition d’Outremer innovation poursuit l'idée de raccourcir le lien entre les entrepreneurs, les fonds d'investissement ou encore les services achats de grosses entreprises. « Chaque année, explique Daniel Hierso, on essaie d’up-grader les montants prélevés. On a commencé à 700 000 euros, l'année dernière on a fini à 4,5 millions. On s'est mis une target à 5 millions. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
10 commentaires
13 commentaires
2 commentaires
A la une
1 commentaire
2 commentaires
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos