• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La Safer de Guyane avance pas à pas

M.L.T Mardi 19 Octobre 2021 - 11h54
La Safer de Guyane avance pas à pas
Christian Epailly, à la tête de la FDSEA (Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) de Guyane, a été élu premier président de la Safer du territoire

Créée il y a peu, la Safer de Guyane doit encore franchir quelques étapes avant d’être définitivement opérationnelle. Une rencontre en ce sens a eu lieu récemment en préfecture, avant celle, prévue en novembre, au ministère de l’Agriculture.

La mise sur pied de la Safer (1) de Guyane, officiellement actée le 10 mai dernier et finalisée par l’élection, le 10 août, de son président, Christian Epailly (lire nos précédentes éditions), poursuit son chemin.

Le 13 octobre, une réunion de travail a eu lieu en préfecture. Autour de la table, le préfet de Guyane Thierry Queffelec, certains de ses collaborateurs, Christian Epailly, accompagné du député de la seconde circonscription, Lénaïck Adam. « Une réunion brève, mais courtoise, avec un préfet très à l’écoute, souligne le président de la Safer. Ont été évoqués un certain nombre de sujets, tels que la démarche, toujours en cours, visant à obtenir l’agrément ministériel, légalement nécessaire pour valider définitivement la Safer. » A ce sujet, une rencontre, initiée par Lenaïck Adam et à laquelle devraient participer d’autres élus guyanais, est programmée pour le 16 ou 17 novembre au ministère de l’Agriculture, à Paris.

Les autres sujets évoqués lors de la rencontre ont été surtout d’ordre administratif : la validation du droit de préemption, le financement de la Safer, son éligibilité aux Feader (2)… « Nous avons aussi parlé du prix des terrains en Guyane, précise Christian Epailly. A cet effet, j’ai remis au préfet une grille comparative des prix des terrains à vocation agricole et disponibles dans les différents territoires ultra-marins. La Guyane se distincte nettement avec une fourchette allant de 40 000 à 80 000 euros l’hectare. Très au dessus des moyennes des autres territoires… »


(1): Société d’aménagement foncier et d’établissement rural

(2): Fonds européens agricoles pour le développement rural.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Bloublou fini 19.10.2021
L'histoire recommence

On prend les mêmes et on recommence. A la fin de son mandat il manquait deux millions d'euros dans les caisses de la chambre d'agriculture .... 40000 euros l'hectare de terrains non fertile à déboiser et a créé des pistes, sa ferme , qu'elle jeune peut le faire ? Les seuls qui le font se sont les spéculateurs qui n'ont pas assez pour acheter a remire Mont-Joli et attendent au chaud la retraite. On marche sur la tête. J'espère que le bail emphytéotique sera toujours disponible pour les jeunes. Commencé par montré votre propre titre foncier monsieur...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
7 commentaires
4 commentaires
A la une
3 commentaires
1 commentaire