HUB ÉCO France-Guyane
CONTENU SPONSORISÉ
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
HUB ECO FRANCE-ANTILLES-GUYANE

Délices de Guyane, le goût de l'entrepreneuriat

Sophie Baconin (Hub Eco) Vendredi 18 Février 2022 - 16h44
Délices de Guyane, le goût de l'entrepreneuriat
Délices de Guyane peut aussi se targuer d'avoir la seule boutique de marque d’Outre-Mer à Paris, dans le 18e arrondissement.

Pour certains entrepreneurs, le challenge est une raison d'être. C'est le cas pour Bernard Boullanger, qui a repris la société Délices de Guyane en 2007. Son expérience permet aujourd'hui à cette entreprise agroalimentaire d'afficher une belle croissance avec de nombreux projets à venir.

« Délices de Guyane est ma dernière entreprise » annonce, d'emblée, Bernard Boullanger. Il faut dire que cet entrepreneur, qui a fait la majeure partie de sa carrière en Guyane, aime relever les défis, comme le prouve la vingtaine de sociétés à son actif. « La société Expert était en train de fermer et j’ai vraiment du mal, quand l’idée est bonne mais qu’elle ne marche pas, de me dire qu’elle puisse arrêter, explique Bernard Boullanger. Je me suis dit qu’il fallait que j’essaie de l’aider et j’ai repris cette société en décembre 2007 sous l’enseigne Délices de Guyane ».
Pour l'entrepreuneur, l'important est d'avoir toujours un coup d'avance. -

Le défi est alors de taille mais l'entrepreneur à une idée derrière la tête pour relancer l'activité dès 2008. « Je me disais qu’il pouvait y avoir des jonctions avec une autre de mes entreprises, SOLAM (une société laitière, ndlr). Je pensais notamment pouvoir créer une gamme de confitures utilisables dans les yaourts. Mais en fait, les choses ne se sont pas passées comme prévu. Ce n’était pas si simple. Car dans les yaourts, ce ne sont pas des confitures qu’on utilise. Finalement, Délices de Guyane est devenu très vite autonome. Elle n’a pas eu besoin de SOLAM alors que j’étais persuadé que sans elle, elle ne pourrait pas fonctionner. Par contre, sans la logistique commune pour les emballages, elle aurait eu beaucoup de difficultés à s’approvisionner. »

Promouvoir les produits locaux
Délices de Guyane emploie aujourd'hui une quinzaine de salariés et propose divers gamme : les produits à base de piment, les confitures ainsi que les sirops et les punchs. « Le cœur de notre métier, c’est le piment, rappelle toutefois Bernard Boullanger. Au départ, nous avions environ 30 références. Maintenant, nous en avons 150 ». Délices de Guyane peut aussi se targuer d'avoir la seule boutique de marque d’Outre-Mer à Paris, dans le 18e arrondissement. « L’Outre-Mer exporte beaucoup chez les revendeurs, explique le gérant. Nous, nous avons une boutique à notre nom qui ne vend que nos produits ». Pour autant, afin d'attirer une clientèle plus large et rendre cet investissement plus rentable, Bernard Boullanger a décidé de convertir son magasin de métropole en « boutique de Guyane » afin d'y vendre tous les produits guyanais.
Les piments sont le coeur de métier de l'entreprise et sont équeutés à la main. -


Un risque mesuré
Les défis menés par l'entrepreneur le pousse à anticiper les besoins et éventuelles difficultés. « Il faut toujours avoir un coup d’avance, affirme Bernard Boullanger. Se dire « je lance un produit et se demander « est-ce que ça va marcher ? ». C’est excitant et angoissant à la fois ». Face aux particularités du marché guyanais, le gérant avoue se référer beaucoup « au feeling » et à son expérience. Il peut aussi compter sur le soutien de Bpifrance qui l'accompagne notamment depuis sa reprise de Délices de Guyane. « Bpifrance a été un déclencheur parce que les sociétés de capital risques sont très chères, argumente Bernard Boullanger. Alors qu’avec Bpifrance, on a un éventail d’outils à des coûts très raisonnables. Et notamment pendant la crise où ils ont mis à disposition de très bons outils. Pour Délices de Guyane, Bpifrance nous a suivis pour toutes les garanties de prêts bancaires et pour le plan de Relance où nous avons eu des projets sélectionnés ». De quoi garantir une croissance solide de la société.

Plusieurs pistes de développement
Des projets plein la tête, Bernard Boullanger n'est pas du genre à se reposer sur ses acquis. « Nous avons mis en place toute une ligne de chocolats, énumère-t-il en premier. Nous commençons également à exporter et nous allons dans le cadre du plan de relance, investir dans une ligne dédiée. Nous souhaitons aussi mettre en place une unité indépendante pour le traitement des fruits car ils sont traités à la main et nous en avons de plus en plus ».
Délices de Guyane peut aussi se targuer d'avoir la seule boutique de marque d’Outre-Mer à Paris, dans le 18e arrondissement. -

Conscient des enjeux environnementaux et économiques à venir, le dirigeant s'inscrit également dans une démarche de transition écologique. « Nous sommes sur un « prêt vert » afin de poser des panneaux solaires sur l’usine en autoconsommation. Cela nous permettra de consommer directement l’énergie que nous produisons. Je pense en plus que l’énergie va coûter de plus en plus chère et que nous avons intérêt à agir de cette manière et très rapidement ».
En dirigeant aguerri, Bernard Boullanger assure ainsi un avenir serein à Délices de Guyane.

Rejoignez le réseau d’entrepreneurs Tribu de Bpifrance qui pulse la croissance. Tous les entrepreneurs, experts et partenaires de Bpifrance regroupés en un seul lieu, ayant tous pour objectif de développer leur business par la mise en relation. Pour plus d’informations : https://tribu.bpifrance.fr/
Bio express :
Bernard Boullanger est un serial entrepreneur guyanais. Le dirigeant a créé une vingtaine de sociétés dans des domaines très variés : imprimerie, informatique, Qualité, mobilier de bureau ou encore agroalimentaire. C'est d'ailleurs dans ce dernier domaine qu'il finira sa carrière avec Délices de Guyane. Depuis la reprise de la société basée à Rémire-Montjoly, en 2007, il a porté les effectifs de trois à une quinzaine de salariés, fait travailler une trentaine d’agriculteurs et une dizaine de petits artisans.
Homme de challenge, l'entrepreneur aime également s’investir dans la vie associative. Il a notamment organisé une coupe du monde de ski nautique en Guyane en 1990.
Bernard Boullanger. -

 
 


Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 12.07.2022
bravo

a se monsieur qui vient pas en Guyane pour faire de la "figuration", touchés les primes ect. Lui il s'est bouger le Q pour faire avancé le pays et il fait vivre de vrais artisans Guyanais.

Répondre Signaler au modérateur
jang 11.07.2022

je sais pas à quel moment il a rajouté de l'huile dans ses sauces, avant ça baignait moins.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
2 commentaires