UN NOM, UNE HISTOIRE

Saint-Élie et la traction à vapeur

Saint-Élie et la traction à vapeur

Un village qui, de nos jours, a triste réputation. Il faut reconnaître que l’existence de cette commune doit tout à l’or et que rien n’a changé depuis que Théophile Vitalo a installé là-bas son exploitation aurifère à la fin du xixe siècle. Une exploitation industrielle, la seule de Guyane digne de ce nom à l’époque. Une exploitation qui dura longtemps, au contraire des orpailleurs, qui périclitèrent.

Le placer Adieu-vat, qui donna son nom à la compagnie créée et dirigée par Vitalo, exploitait de l’or filonien au contraire de l’or alluvionnaire dans les rivières. Les blocs de quartz contenant l’or étaient tirés de la montagne, puis broyés. Le concassé était ensuite lavé avec de puissants jets d’eau avant de passer dans les installations de séparation du métal d’avec le quartz.

Pour mener à bien ces tâches il fallait du matériel et des hommes. Les broyeurs pesaient plusieurs centaines de...
franceguyane.fr 491 mots - 16.09.2021
L’accès à la totalité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés
Déjà abonné(e) ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Abonnez-vous


Le premier mois à 1€

Pass numérique 1 jour

Accès au site pendant 24h pour 1,70€
Voir toutes les offres