Or et misère de la prospection

Or et misère de la prospection

«En 1887, une expédition de prospection, quand elle est bien montée, compte deux pirogues, et 7 ou 8 hommes de personnel outre le chef.»

« On emporte des vivres pour six semaines à deux mois. C’est tout ce que les pirogues peuvent emporter. Ces vivres se composent, si tout le personnel est noir, comme c’est souvent le cas, de couac, de riz, de bacaliau (morue fumée), d’un peu de lard et de ta a. Si plusieurs Européens sont présents, on y ajoute de la farine et du biscuit. (...) Il est admis en...

franceguyane.fr 888 mots - 27.08.2021
Cet article d'archive est payant ou réservé à nos abonnés ayant un crédit suffisant
Vous disposez d'un compte avec un crédit d'archives ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié
Nos formules d'achat d'archive à l'unité
Nos formules d'abonnement

Découvrez toutes nos offres d'abonnement

Découvrir